Isabelle Huppert, Sharon Stone, Thierry Ardisson… taclés par Benoît Poelvoorde

CULTURE
RÈGLEMENT DE COMPTES - Dans "SoFilm", Benoît Poelvoorde est revenu sur sa carrière et ses rencontres. L’acteur belge en a profité pour balancer sur certaines d’entre elles : Isabelle Huppert, Sharon Stone, Catherine Barma. Au passage, Laurent Ruquier et Thierry Ardisson en ont eux aussi fait les frais.

A la fois drôle et touchant, Benoît Poelvoorde est acteur sans concession qui n’a pas la langue dans sa poche. Une qualité que le comédien un brin cynique partage avec Gérard Depardieu, son partenaire dans Saint-Amour, le film de Gustave Kervern et Benoît Delépine sorti cette année. 


Vingt-quatre ans après l’irrévérencieux C’est arrivé près de chez vous qui a lancé la carrière de Benoît Poelvoorde,  SoFilm, sorti le 5 octobre,  a décidé de consacrer sa une à l’acteur aux multiples facettes. Dans une longue interview accordée au magazine, l’acteur s’épanche sur son parcours et n’hésite pas à balancer sur certaines de ses rencontres. 

Isabelle Huppert a la manie de se regarder, mais alors quasiment tout le temps.Benoît Poelvoorde

Benoît Poelvoorde, connu pour sa liberté de ton, s’attaque même à un monstre du cinéma français : l’intouchable Isabelle Huppert à qui il a donné la réplique en 2011 dans le film Mon Pire Cauchemar d’Anne Fontaine. "Elle a la manie de se regarder, mais alors quasiment tout le temps. Dès qu'elle trouve un miroir, un rétroviseur de bagnole ou même un couteau, elle se regarde. Le pire, c'est qu'elle ne fait même pas exprès." 


Cependant, malgré ce penchant très narcissique, Benoît Poelvoorde reconnaît que l’actrice est capable de rire d’elle-même : "Donc, quand j'ai repéré ce tic, je me suis mis à la vanner. Je m'approchais discrètement, je la prenais en flagrant délit et là je hurlais : 'Ah, Isabelle, fais attention, tu te regardes ! Tu te regardes encore, Isabelle...' Elle riait comme une folle. Isabelle Huppert, il faut le dire, est rieuse. Mieux, elle est capable d'autodérision." 

Sharon Stone, "juste une blonde sophistiquée, pas intéressante"

Sharon Stone est une icône mondiale et à l’époque de Basic Instinct, c’était un véritable sexe-symbole… Enfin pas pour tout le monde puisque Benoît Poelvoorde l’a trouvée insipide lors de leur rencontre en 1992 au Festival de Cannes. Le jeune acteur était venu alors présenter C’est arrivé près de chez vous, tandis que la blonde incendiaire mettait le feu à la Croisette avec le sulfureux film de Paul Verhoeven. "Sharon Stone, si je l'ai croisée, je ne l'ai pas reconnue. Elle ne me faisait aucun effet. C'était juste une blonde américaine sophistiquée, et pas intéressante. T'es juste devant une blonde américaine, ça sert à quoi ? Alors que Lio : elle était d'origine portugaise, libérée sexuellement, super marrante. Elle incarnait la Belgique, alors que la Sharon Stone, rien à foutre, ce n'est pas du tout mon monde," a-t-il déclaré. 

Laurent Ruquier, "un homme qui rit à ses propres vannes, et avant de les dire"

La productrice Catherine Barma, qui est à l’origine des émissions Tout le monde en parle, Salut les Terriens, On n’est pas couché, en prend également pour son grade. Il la décrit comme "une femme austère qui doit avoir, allez, 2 700 ans. Catherine Barma, c'est l'Égypte ! Je dis ça sans être méchant, hein, mais cette femme, c'est Pharaon." Laurent Ruquier, "un homme qui rit à ses propres vannes avant de les dire", n’a pas non plus les faveurs de Benoît Poelvoorde. 


Autre animateur à s’attirer les foudres du comédien belge : Thierry Ardisson ! "Ardisson n'est pas une ordure. Par contre, il est cynique, et c'est peut-être pire." Il revient alors sur une anecdote qui l’a visiblement marqué. Invité sur le plateau de Tout le Monde en Parle, l’acteur est assis à côté de Bernard Montiel venu promouvoir son livre. Benoît Poelvoorde se souvient que l’ancien animateur subit une véritable humiliation de la part de l’homme en noir. 


Choqué, Benoît Poelvoorde confiera son incompréhension après l’émission et Thierry Ardisson de lui répondre : "T'en fais pas, il m'appellera demain pour me remercier. Avec notre engueulade, il va en vendre 6 000 exemplaires de plus de son bouquin..." Benoît Poelvoorde conclut alors désabusé : "Comment croire à la sincérité des rapports médiatiques après avoir entendu ça ?"

VIDEO. Quand Depardieu et Poelvoorde inventent un verbe en plein JT de TF1

En vidéo

Quand Depardieu et Poelvoorde inventent un verbe en plein JT de TF1

VIDEO : Poelvoorde et Depardieu : "On dit que nous sommes ingérables mais c'est faux !"

En vidéo

Poelvoorde et Depardieu : "On dit que nous sommes ingérables mais c'est faux !"

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter