Jean-Louis Trintignant : "Depuis 15 ans, je vais de plus en plus mal"

Jean-Louis Trintignant : "Depuis 15 ans, je vais de plus en plus mal"
CULTURE

Toute L'info sur

Bertrand Cantat, l’impossible retour ?

CONFESSION - Quinze ans après la mort de sa fille, Marie, tuée par Bertrand Cantat, Jean-Louis Trintignant s'est confié sur cette douloureuse disparition lors d'un entretien diffusé dans le magazine "19h le dimanche".

"C'est arrivé il y a quinze ans. C'est curieux, hein ? Moi, je ne pensais pas qu'il y avait si longtemps. C'était en 2003", se souvient Jean-Louis Trintignant. Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003, sa fille Marie mourait des suites des coups portés par son compagnon, Bertrand Cantat, dans une chambre de Vilnius en Lituanie. "Ça m'a complètement détruit et je n'arrive pas à m'en remettre", confesse-t-il dans une interview accordée à Laurent Delahousse. Avant de reconnaître : "En même temps, on est fait de nos bonheurs et de nos drames."

Le comédien de 87 ans, invité du magazine "19h le dimanche" et qui souffre d'un cancer dit ne pas s'être "tellement relevé, malgré le temps. "Depuis 15 ans, je vais de plus en plus mal. Il y a des gens qui me disent des fois : 'vous devriez faire ce film, ça vous ferait du bien'. Et c'est vrai, ça me fait du bien de travailler. Ça fait du bien de faire des choses." 

Je n'attends pas à demain, je t’attends- "La Marche à l’amour", de Gaston Miron

Jean-Louis Trintignant est ainsi remonté sur les planches. Jusqu'au 22 mai, il présente son spectacle Trintignant Mille Piazzolla - un mélange de musique et de poésies - sur la scène du théâtre des Célestins à Lyon. L'un d'entre eux, La Marche à l’amour, de Gaston Miron, est le reflet de ses douloureux sentiments. "Je n'ai plus de visage pour l’amour / Je n'ai plus de visage pour rien de rien / Parfois je m'assois par pitié de moi / J’ouvre mes bras à la croix des sommeils / Mon corps est un dernier réseau de tics amoureux / Avec à mes doigts les ficelles des souvenirs perdus / Je n'attends pas à demain je t’attends / Je n'attends pas la fin du monde je t’attends / Dégagé de la fausse auréole de ma vie."

Lire aussi

Son poignant témoignage a profondément touché le public. "Bouleversant", "une leçon de vie en toute simplicité", "Je suis scotché devant son immense humilité et son incroyable sensibilité", pouvait-on lire sur Twitter.

En vidéo

Samuel Benchetrit : Bertrand Cantat est un lâche, un faible"

Lors de cet entretien, jamais Jean-Louis Trintignant n'a évoqué Bertrand Cantat. Le chanteur de Noir Désir a été condamné à huit ans de prison par la justice lituanienne. Transféré en France, il a bénéficié d'une liberté conditionnelle en 2007. Sa peine aujourd'hui purgé, il a entamé une nouvelle tournée de concerts. Une tournée polémique "égoïste et vaniteuse", selon Nadine Trintignant. "On n'applaudit pas un assassin", avançait-elle en mars dernier sur France 5. Des critiques également émises par Samuel Benchetrit, l'ancien compagnon de Marie Trintignant : "ce type a tué de ses mains la mère de mon fils" a-t-il regretté sur le plateau de LCI, qualifiant Bertrand Cantat de "lâche" et de "faible". "Qu’il chante autant qu’il veut, c’est sa façon de réapparaître qui est indigne et dégueulasse", a-t-il ajouté, ulcéré par la médiatisation dont bénéficie aujourd'hui le chanteur, qui a décidé depuis, sous la pression, de se retirer des festivals d'été.

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent