Journées du patrimoine : visitez en avant-première L’Atelier de moulage des musées nationaux

DirectLCI
ART – Les Journées européennes du patrimoine se tiennent ce week-end dans toute la France. Parmi les lieux qui ouvriront leurs portes exceptionnellement au public : L’Atelier de moulage de la Réunion des Musées Nationaux, à Saint-Denis. Visite guidée en avant-première.

Envie d’une Victoire de Samothrace grandeur nature dans votre salon ? C’est possible. Moulage de bas-reliefs d’Angkor, statues gréco-romaines, égyptiennes ou de la Renaissance, Mariannes… on trouve de tout à l’Atelier de moulage de la Réunion des musées nationaux (RMN) de Saint-Denis. Ce week-end, à l’occasion des Journées du patrimoine, le public est invité à venir découvrir cet établissement exceptionnel chargé de la reproduction de sculptures depuis 1794.


"Nous avons plusieurs missions. Nous faisons d’abord de la reproduction d’œuvres pour les musées. Actuellement, nous sommes en charge de réaliser des copies des statues des jardins de Versailles trop abîmées pour continuer à être exposées. Nos réalisations permettent également de montrer dans d’autres pays des sculptures qui ne quittent jamais leur musée d’origine. Nous avons, par exemple, reproduit le Code d’Hammourabi, exposé au Louvre, pour le futur musée de la bible de Washington. Enfin, nous réalisons des pièces à la demande de clients", nous explique Camille Bault responsable à la RMN. 

Au fil des salles et des couloirs, on découvre 12 000 moules, entassés sur des étagères, qui attendent d’être recouverts un jour de plâtre. Mais certains prendront la poussière encore longtemps. "Ces moules permettent de réaliser 6000 modèles car certains sont divisés en plusieurs pièces pour éviter la casse au démoulage, raconte Camille Bault. Le Moïse de Michel-Ange (photo ci-dessous) a ainsi été découpé en 36 moules. Mais parmi tous ces modèles, seuls 200 à 300 font l’objet de copies. Les plus demandées sont la Vénus de Milo et la Victoire de Samothrace. Viennent ensuite les pièces égyptiennes", raconte Camille Bault.

L’Atelier réalise également les bustes de Marianne qui trônent dans les mairies. A l’image de Catherine Deneuve, Mireille Mathieu ou Laetitia Casta… à chaque édile de choisir. Mais celle qui a le plus la cote reste Brigitte Bardot, parfois déclinée en couleur. 

Quelquefois, les demandes sont très particulières. Camille Bault se souvient ainsi d’une cliente très fortunée qui leur a demandé de reproduire la tête d’un bélier se trouvant sur un vase versaillais du XVIIe siècle (photo). La sculpture a ensuite fini dans la salle de bain des invités de son penthouse new-yorkais. Quant à Mylène Farmer, elle est venue il y a quelques années faire réaliser un moulage de… son propre corps pour les besoins d’un clip. Inutile de demander une copie, les moules n’ont pas été conservés. 

La visite est également l’occasion de découvrir toutes les étapes de la fabrication. L’œuvre est d’abord recouverte d’une couche protectrice avant d’être moulée. Puis, le moulage est recouvert de plâtre. Reste à faire sécher quelques jours le résultat dans l’étuve, une pièce chauffée à 45°. La copie est prête à passer dans les mains expertes de Julie Guillamier, patineuse statuaire, qui va appliquer teintes, encaustiques et poudrages. 

"Bronze, bois, terre cuite, céramique… on peut imiter n’importe quelle matière. Nous travaillons également sur l’effet du temps pour faire une reproduction la plus fidèle possible à l’originale", raconte-t-elle.  Et si les matériaux se sont perfectionnés, la technique du moulage, elle, n’a pas changé depuis l’Antiquité.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter