L’étonnant teasing des Black Eyed Peas

CULTURE
FLASHBACK – Depuis ce week-end, ils font monter la pression. Will.i.am et ses deux compères masculins des BEP ont annoncé leur grand retour avec une image déjà utilisée en 2003 pour la promotion de leur single phare "Where is the love ?", qu’ils chantaient avec Justin Timberlake. Pas étonnant puisqu’ils en offriront une nouvelle version mercredi.

Un point d’interrogation rouge sur fond noir. Ce dessin fera rapidement tiquer tous les fans des Black Eyed Peas. C’est lui qui faisait de multiples apparitions dans le clip de "Where is the love ?". C’est encore lui qui se cachait dans la pochette de l’album "Elephunk", le premier avec Fergie, sorti en 2003. C’est sans la Duchesse que Will.i.am, Apl.de.Ap et Taboo reviennent à la musique, comme on le savait déjà depuis quelques mois. "Où est l'amour?", le groupe hip-hop américain semble toujours se poser la même question treize ans plus tard. 

"N’oubliez pas et demandez-vous : où est l’amour ?", a ainsi écrit dimanche le leader de la formation sur Instagram en légende de ce fameux dessin, sous lequel on peut lire "4 jours". Depuis, Will.i.am partage chaque jour la même image. Seul le décompte change. Et les paroles qui s’affichent en commentaires. Des textes lourds de sens et encore tellement actuels. 

Jugez plutôt : "What’s wrong with the world mama ?" ("C’est quoi le problème avec ce monde, Maman ?"), "people killing, people dying" (“Des gens tuent, des gens meurent”), “if you only have love for your own race… you only leave space to discriminate” (“Si tu n’as de l’amour que pour ta propre race, tu ne fais que laisser de l’espace à la discrimination"), "if your not upset with what’s happening on the world then you didn’ pay attention" ("si ce qui se passe dans le monde ne te bouleverse pas, alors tu n’as pas été attentif"). Le groupe proposera donc dès mercredi une nouvelle version de ce titre qui l'a fait connaître à l’international. Un retour aux sources qu'on espère aussi niveau musical, après sa (trop) longue période électro.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter