La Joconde, une militante féministe ?

La Joconde, une militante féministe ?

CULTURE
DirectLCI
INSOLITE – Un historien amateur d'art du Texas soutient que le portrait de Mona Lisa est une déclaration pour les droits des femmes et que Leonard de Vinci était une sorte de ''gauchiste''.

Elle serait une sorte de militante féministe prônant l'égalité des sexes. William Varvel, un historien d'art américain, vient de passer 12 ans à étudier La Joconde et ses conclusions sont pour le moins étonnantes. Selon lui, ce portrait de Mona Lisa, peint au début du XVIe siècle par Léonard de Vinci, revendiquerait de manière cryptée la possibilité pour les femmes d'être prêtres dans l'Eglise catholique.

Pour l'auteur de "La Dame parle, les secrets de Mona Lisa'', qui vient de sortir aux Etats-Unis, aucun doute : ''La Joconde est une sorte de déclaration pour les droits des femmes". En 180 pages, pas toujours simples à lire, William Varvel explique avoir découvert comment le peintre a "émaillé le tableau de 40 symboles'' tirés du chapitre 14 du Livre du prophète Zacharie", dans l'Ancien Testament. Ce texte annonce l'avènement de la "Nouvelle Jérusalem", symbole d'une société idéale où les droits des femmes seraient reconnus.

Trop de monde au Louvre

L'auteur établit ainsi des corrélations entre les descriptions géographiques ou symboliques du texte sacré et les détails du tableau : route, eaux, pont, voile, broderies, position du modèle... Et le sourire? Il signifirait "qu'elle connaît le secret de la Nouvelle Jérusalem".

Depuis cinq siècles, La Joconde fascine. On s'enthousiasme d'en trouver des copies, on croit repérer des signes mystérieux dans ses yeux, des Japonais ont reconstitué sa voix, un médecin a même cru diagnostiquer chez elle un excès de cholestérol.  Quant à William Varvel, il n'a jamais vu le tableau en vrai. "Il y a trop de monde. Si je vais à Paris, le Louvre devra m'accorder une visite privée", s'amuse-t-il.

Sur le même sujet

Lire et commenter