La série "Emily in Paris" a-t-elle acheté ses deux nominations aux Golden Globes ?

La série "Emily in Paris" a-t-elle acheté ses deux nominations aux Golden Globes ?

SCANDALE – Une enquête du LA Times met en cause la production Netflix du créateur de "Sex and the City", affirmant qu’elle aurait traité une trentaine de membres de la société organisatrice des Golden Globes "comme des rois et des reines" lors d’une visite du tournage en France.

Elle a partagé "son excitation" avec une photo d’elle tout sourire aux côtés de son chien, trop heureuse d’avoir entendu son nom parmi la liste des nommés. Lily Collins concourt ce dimanche 28 février pour le Golden Globe de la meilleure actrice dans une série comique ou musicale pour Emily in Paris, la dernière création de Darren Star aussi qui est, elle, en lice pour le prix de la meilleure série comique ou musicale.

Deux nominations plutôt surprenantes pour un programme certes attachant mais pas franchement révolutionnaire. Le tribunal des réseaux sociaux s’est insurgé contre un tel choix quand d’autres séries de qualité ont été totalement oubliées par la Hollywood Foreign Press Association, l’organisateur de la prestigieuse cérémonie. En interne aussi, les critiques ont fusé.

Deborah Copaken, l’une des autrices de la série, a partagé son incompréhension dans une tribune publiée par le Guardian. Si elle affirme être ravie de voir son travail salué, elle a été "stupéfaite" de découvrir que le puissant récit sur la survivante d’un viol, May I Destroy You, avait été mis de côté. 

"Le fait que quelqu’un puisse regarder cette série et ne pas la qualifier de brillante ou ne pas qualifier Michaela Coel de génie va au-delà ma capacité à comprendre comment les décisions sont prises", écrit-elle. Certaines langues de la HPFA se sont déliées dans le Los Angeles Times cette semaine.

Séjour dans des hôtels 5 étoiles

"Il y a eu un vrai retour de bâton et c’était justifié. Cette série n’a sa place dans aucun top de 2020", commente auprès du quotidien un membre de la HFPA à propos de la série Netflix. Alors comment l’escapade parisienne d’Emily s’est-elle retrouvée nommée lors de la prestigieuse cérémonie ? Le LA Times rapporte que la production a envoyé en France "plus d’une trentaine de membres de la HFPA" pour découvrir les plateaux de tournage grandeur nature. Mais aussi profiter du luxe parisien avec un séjour de deux nuits dans un hôtel cinq étoiles, accompagné d’un déjeuner au Musée des arts forains. "Ils nous ont traités comme des rois et des reines", témoigne l’un des participants sous couvert d’anonymat. 

Lire aussi

Des avantages en nature qui participent d’une drôle de culture au sein de l’association regroupant les journalistes étrangers basés à Hollywood. "Des interviews avec plus de 50 personnes, ainsi que des documents judiciaires et des documentaires financiers internes dressent le portrait d’une organisation fortifiée qui lutte toujours à effacer sa réputation de groupe dont les prix ou les nominations peuvent être influencés par des voyages aux frais de la princesse et des paniers cadeaux", note le LA Times dans une enquête sur le fonctionnement pas toujours très net de la HFPA. 

Ni le producteur Paramount Network ni Netflix n'ont réagi à l'article du quotidien californien. Sans doute trop occupés à plancher sur la suite d'Emily in Paris, qui a été renouvelée pour une saison 2.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Les premiers enseignants "sans doute vaccinés dès la semaine prochaine"

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

Funérailles du prince Philip : avec ou sans Meghan et Harry ?

Lire et commenter