Laurence des Cars, première femme nommée à la tête du Louvre

Laurence des Cars, 54 ans, a pris la tête du Louvre.

NOMINATION - Jusqu'alors présidente du Musée d'Orsay, Laurence des Cars a été choisie par l'Élysée pour prendre la tête du Louvre, le plus grand musée du monde, dont elle veut faire "une chambre d'écho de la société".

En plus de deux siècles, elle est la première femme à accéder à ce poste. Laurence des Cars, la présidente du Musée d'Orsay, a été choisie par l'Élysée pour prendre la tête du Louvre, le plus grand musée du monde. L'annonce de sa nomination par Emmanuel Macron a été faite par France Inter. Elle succèdera le 1er septembre à Jean-Luc Martinez qui, en huit ans de mandat, l'aura rendu plus accessible à tous les publics, sans compter la mise en œuvre de projets nationaux et internationaux comme le Louvre Abou Dhabi. 

Le projet que Laurence des Cars, 54 ans, avait soumis à l'Élysée "réfléchit à la manière dont le Louvre peut être pleinement contemporain", a-t-elle expliqué sur France Inter. "Il a beaucoup à dire à la jeunesse, c'est une chambre d'écho de la société." L'heureuse élue a annoncé sa première mesure : la création d'un neuvième département, qui sera consacré à Byzance et aux chrétiens d'Orient.   

"Stature internationale"

"Elle a été choisie, car c'est une conservatrice reconnue, de stature internationale, ayant très bien réussi à Orsay, ayant une connaissance du Louvre, car à la manœuvre sur le Louvre Abou Dhabi de 2007 à 2014", a fait valoir la présidence de la République. 

Son projet, se félicite-t-on, vise à "accueillir la polyphonie du monde dans un musée en résonance" avec la société : place de la femme dans les collections, provenance des œuvres. "Ce qui a beaucoup intéressé le président, c'est qu'elle sente que les débats de société sont entrés dans les musées et regarde comment ne pas subir ces débats, mais les traiter par l'art et le spectacle vivant, en invitant notamment des artistes", a indiqué un conseiller de l'Élysée.

Laurence des Cars aura à écrire une nouvelle page de l’histoire du plus grand musée du monde- Roselyne Bachelot

"Laurence des Cars aura à écrire une nouvelle page de l’histoire du plus grand musée du monde. Le Louvre doit se réinventer dans le monde de l'après-crise, devenir plus encore qu’aujourd’hui, un lieu de contemplation et de réflexion ouvert à tous", a réagi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Jean-Luc Martinez, 57 ans, briguait un troisième mandat et assurait l'intérim depuis le 13 avril. Il est nommé par Emmanuel Macron premier ambassadeur pour la coopération internationale dans le domaine du patrimoine. Il sera chargé de la poursuite de la politique des restitutions et de la lutte contre le trafic international d'œuvres d'art. 

Lire aussi

Très sensible à l'accès au Louvre de tous les publics, il a modernisé le musée de sorte que le nombre de visiteurs dépasse les 10 millions de visiteurs en 2019 (dont 71% d'étrangers), avant d'être frappé par la pandémie de coronavirus. Il a développé les billetteries en ligne, créé des nocturnes, une "petite galerie" pour les familles, ordonné des travaux d'agrandissement, engagé la restauration du Jardin des Tuileries. 

Une approche plus contemporaine et sociétale du musée

Jean-Luc Martinez aura aussi conduit l'important projet du Louvre Abou Dhabi, intensifié les prêts et dépôts en province. Et inauguré en 2019 un centre ultra-moderne de conservation des réserves, à Liévin, à côté du Louvre-Lens. Son approche pour compléter les ressources a été discutée. Ayant intensifié la commercialisation de la marque à de grandes enseignes (AirBnB, Uniqlo, Alibaba, etc), il a été accusé par ses adversaires de brader les symboles du Louvre. Ses opposants lui reprochaient aussi d'avoir freiné les expositions d'art contemporain dans la vénérable institution. 

À l'Élysée, "on salue un bilan exceptionnel de Jean-Luc Martinez, qui aura réussi à rajeunir et à renouveler le public, à développer l'éducation artistique et les projets territoriaux". Jean-Luc Martinez et Laurence de Cars "se connaissent bien et se respectent" et le changement ne doit "être aucunement perçu comme un désaveu" mais répond à la volonté d'"ouvrir un nouveau chapitre" dans "une approche plus contemporaine, sociétale" du musée, ajoute un conseiller d'Emmanuel Macron.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal : la fleur faite aux non-vaccinés

Covid-19 : 525.527 cas positifs en 24 heures, nouveau record de contaminations en France

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 20 janvier

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 400.000 nouveaux cas en 24 heures

États-Unis : un homme retrouvé mort entouré de plus d'une centaine de serpents

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.