Laurent Maistret dans "Stars à nu" sur TF1 : "Ça a été assez facile jusqu'au moment où il a fallu enlever le caleçon"

Laurent Maistret (à droite) aux côtés de Christophe Beaugrand ont relevé le challenge de "Stars à nu".

INTERVIEW – Le candidat emblématique de "Koh-Lanta" a accepté de faire tomber le bas pour la bonne cause. Et ça n'a pas été si facile que ça…

Après une première édition couronnée de succès, "Stars à nu" fait son retour ce vendredi 4 février (pour les hommes) et le 11 février pour les femmes. Produite par Arthur, l'émission propose à des personnalités de préparer un spectacle d'effeuillage pour sensibiliser les téléspectateurs au dépistage du cancer. Parmi les candidats qui ont accepté de se prêter au jeu, on retrouve Laurent Maistret, candidat emblématique de "Koh-Lanta" et grand vainqueur de la septième saison de "Danse avec les stars", pour qui le programme a une résonance particulière. Après avoir durement lutté contre un cancer, sa maman Aïcha a succombé du Covid-19 en janvier dernier. Aux côtés de Gil Alma, Christophe Beaugrand, Cartman, Vincent Desagnat, Jeanfi Janssens et Camille Lacourt, Laurent Maistret a tout donné pour encourager le public au dépistage précoce du cancer du côlon qui touche plus de 40 000 personnes par an en France. 

Pourquoi avez-vous accepté de vous lancer dans cette folle aventure ? 

La production de l'émission m'avait déjà contacté pour la première saison, mais je n'avais pas pu la faire car j'étais parti au Mexique plonger avec des requins blancs. Ils savaient que ma mère avait eu un cancer et que c'était un sujet qui me touchait. J'ai accepté car je me suis dit que ce serait une bonne façon de pousser les gens à se faire dépister. Le côté danse me plaisait beaucoup aussi. J'avais envie de relever le défi tout en faisant passer un message pour ma mère.

Quel rapport entretenez-vous avec la nudité ? On vous a souvent vu torse nu dans "Koh-Lanta" ou "Danse avec les stars"…

En fait ça a été assez facile jusqu'au moment où il a fallu enlever le caleçon ! Je suis quelqu'un de très pudique à ce niveau-là. Même avec mes amis dans les vestiaires, je n'expose jamais mon sexe. Alors le faire devant un public, c'était hyper compliqué. 

Lire aussi

Si on peut sauver des vies en montrant son sexe, c'est banco ! - Laurent Maistret

Cette année l'émission promeut le dépistage précoce du cancer du côlon. Comment se faire dépister ? 

C'est très facile : il faut juste aller voir son médecin. Il vous donne un kit de dépistage pour mettre vos selles et vous l'envoyez ensuite dans un centre.

 

Si une personne se fait dépister, c'est gagné ?

Oui, bien sûr. Si on peut sauver des vies en montrant son sexe, c'est banco ! Trop de gens se disent, à tort, qu'ils n'ont pas besoin de le faire car ils n'ont pas de soucis particuliers. J'espère qu'ils vont se rendre compte que c'est important. 

Cette année, il paraît que le niveau est monté d'un cran...

Oui, la chorégraphie était beaucoup plus difficile que l'an dernier. J'ai pris beaucoup de plaisir à aider les autres qui ont plus galéré que moi. Et puis parmi les épreuves, il y a notamment eu une séance photo très compliquée qui nous a mis dans le bain. Les défis ont demandé d'avoir une grande force mentale pour mettre sa timidité et sa pudeur de côté. 

Dans "Stars à nu", au moins on peut manger ! - Laurent Maistret

Qu'est-ce qui a été le plus difficile ? 

Pour moi, c'était de vraiment de faire tomber le caleçon ! Jusqu'à la dernière seconde je me suis demandé si l'allais le faire. 

C'est plus facile de faire "Koh-Lanta" ou "Stars à nu" ? 

(Rires) "Stars à nu", sans hésiter, au moins on mange ! "Koh-Lanta" ça reste une aventure super difficile. Mais dans "Stars à nu" il y a quand même un réel dépassement de soi. Si ça n'avait pas été pour une cause, je ne l'aurais jamais fait. 

Quels sont vos projets ? 

Actuellement, c'est compliqué. Et puis, avec ce qui m'est arrivé récemment, j'ai des doutes sur le futur. Je me dis que tout peut arriver. Pendant un mois, j'ai côtoyé la tristesse, j'étais tous les jours à l'hôpital en réanimation pour voir ma mère et malheureusement j'ai vu beaucoup de gens mourir. Maintenant, j'aimerai surtout faire du bien autour de moi. Ce qui m'est arrivé, ça m'a donné envie de me sentir utile. Mon but désormais, c'est de rendre les gens heureux. 

Sur le même sujet

Lire et commenter