Le comédien et metteur en scène Robert Hossein est mort à l'âge de 93 ans

Il était l'une des figures du théâtre populaire avec ses très grands spectacles. Robert Hossein est mort à 93 ans. C'est grâce au cinéma qu'il était devenu un immense star.

DISPARITION - Metteur en scène de grands spectacles à succès, mari d'Angélique dans les films du même nom, Robert Hossein est mort à l'âge de 93 ans.

Figure du cinéma et du théâtre français, Robert Hossein est mort à l'âge de 93 ans. C'est son épouse Candice Patou qui l'a annoncé à l'AFP. Comédien, il était entré dans la légende en incarnant Joffrey de Peyrac dans Angélique Marquise des Anges, aux côtés de Michèle Mercier.

Metteur en scène, il avait connu un immense succès à partir des années 1970 en montant de grands spectacles consacrés à Danton, Robespierre ou encore Marie-Antoinette, invitant les spectateurs à prendre parti pour ou contre ces figures historiques.

Je voudrais sauver la planète avec un spectacle, en réunissant tout le monde, toutes les religions, toutes les races- Robert Hossein à LCI, en 2018

"Si j'étais sûr de moi, je ferai autre chose !", nous confiait en 2018 cet infatigable travailleur, qui rêvait de monter un dernier spectacle. "Je voudrais sauver la planète avec, en réunissant tout le monde, toutes les religions, toutes les races. Faire quelque chose uniquement inspiré par le coeur, par le partage. Par la prise de conscience, pour les jeunes et ceux qui souffrent. 

"Je n'ai pas encore réussi à avoir tout le pognon que je souhaiterai car je n'en ai pas. Parce que je le remets en jeu à chaque fois, comme je me remets à chaque fois en question."

Sex symbol grâce à "Angélique"

Né à Paris d’un père iranien, compositeur de musique, et d’une mère orthodoxe russe, Robert Hossein suit très tôt des cours de théâtre auprès du célèbre René Simon. En 1948, Sacha Guitry le fait débuter au cinéma dans Le diable boiteux. Il tourne pour Jules Dassin, Roger Vadim, Edouard Molinaro, Claude Autant-Lara…

Il va connaître la consécration en 1964 lorsque Bernard Borderie lui confie le rôle de Joffrey de Peyrac, le héros romantique d’Angélique, Marquise des Anges, d’après le roman d’Anne et Serge Golon. En prenant Michèle Morgan dans ses bras, il acquiert l’image d’un sex symbol. S’il retrouve le personnage dans trois autres films, Robert Hossein a d’autres ambitions.

Sa passion pour la mise en scène l’a conduit derrière la caméra dès 1955, où il a réalisé son premier film, Les salauds vont en enfer, d’après Frédéric Dard. Il dirige une quinzaine de films au total, dont Le Vampire de Düsseldorf en 1965, ou  le polar Point de chute avec le jeune Johnny Hallyday, en 1970.

Lire aussi

Cette année-là, Robert Hossein créé le Théâtre populaire de Reims, avec la volonté de créer les spectacles un public le plus large possible. Isabelle Adjani y fera ses débuts à l'âge de 17 ans, tout comme Anémone, la future vedette du Splendid. Au fil des années, le metteur en scène développe, avec l’aide de mécènes privés, de grosses productions pour des salles comme le Palais des Sports et le Palais des Congrès à Paris. 

Robert Hossein adapte des textes classiques (Notre Dame de Paris, Les Misérables, Jules César) puis il passe aux figures historiques sur des textes de l’historien Alain Decaux (Danton et Robespierre, Charles de Gaulle dans Celui qui a dit non ou encore C'était Bonaparte). Bien souvent, Robert Hossein fait participer les spectateurs au destin de ses héros.

Dans Ben-Hur, un gladiateur demande au public d'encourager les candidats en agitant des foulards. Il fait distribuer des pains par des apôtres sortis de scène dans Jésus était son nom. Dans Je m'appelais Marie-Antoinette, il vient sur scène demander aux spectateurs de voter pour ou contre la mise à mort de la reine. Très croyant, Robert Hossein montera son ultime spectacle consacré à la Vierge Marie au Sanctuaire de Lourdes, en 2011.

Côté privé, Robert Hossein fut marié une première fois en 1955 à la comédienne Marina Vlady. Ils auront deux fils, Igor et Pierre. En 1964, il épouse Caroline Eliacheff, la fille de la journaliste Françoise Giroud, qui lui donnera un troisième fils, Nicolas. En 1973, il partage la vie de la comédienne Michèle Watrin lorsque celle-ci trouve la mort dans un accident de voiture. Depuis 1976, il était marié à l'actrice Candice Patou, mère de son quatrième fils, Julien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Des maires dénoncent "des carences" de l'État dans la livraison des vaccins

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Couvre-feu national à 18 heures : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Lire et commenter