"Les Vacances des Anges" : la production exclut des candidats ayant agressé un maire de La Réunion

Anciennement "Les Anges de la téléréalité", "Les Anges" sont diffusés sur NRJ 12 depuis 2011.

FAITS-DIVERS – Trois candidats des "Vacances des Anges" ont été interpellés après une violente altercation avec le maire de Saint-André, Joe Bédier. Ils ont été exclus de l'émission de téléréalité.

Le tournage n'a pas encore commencé qu'il est déjà entaché par un scandale. Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a condamné "fermement l'agression du maire de Saint-André, Joe Bédier, et de sa famille" ce dimanche par des candidats des "Vacances des Anges", dans un hôtel de Saint-Denis à La Réunion. Trois candidats de l'émission, dont la saison 4 est en cours de tournage dans cet hôtel quatre étoiles, ont été interpellés, comme le rapporte l'AFP qui cite une source policière. 

Une enquête a également été ouverte pour violences volontaires en réunion par le procureur de Saint-Denis, selon Sébastien Lecornu qui a demandé sur Twitter que ces actes "inadmissibles" soient sanctionnés. C'est désormais chose faite. Dimanche soir, la production du programme a annoncé dans un communiqué l'exclusion des candidats. "Malgré son attachement à la présomption d'innocence, cet évènement nous conduit à écarter immédiatement du tournage de l'émission les candidats concernés avant même le début du tournage", a indiqué La Grosse Équipe.

Jointe par 20 Minutes, la production a confirmé que les trois candidats exclus sont Ricardo Pinto, son ex-compagne Nehuda et Pauline (précédemment apparue dans "Love Island"). "La Grosse Équipe a pris connaissance, avec stupeur, d’un incident survenu sur le temps personnel des candidats, en dehors des conditions de tournage d’une nouvelle édition de l’émission 'Les Vacances des Anges sur l’île de la Réunion'", a déclaré la société de production dans un communiqué dimanche soir.

"Ma femme a fini au sol avec des bonhommes baraqués sur elle. Moi j'ai pris des coups, je pensais que je n'allais pas m'en sortir"- Joe Bédier

"Parce qu’elle ne transige pas avec la violence que rien ne saurait justifier, la production annonce avoir pris la décision radicale de faire revenir, dès que la justice le permettra, les candidats concernés en France métropolitaine", a poursuivi la Grosse Équipe. "Malgré son attachement à la présomption d’innocence, cet évènement nous conduit à écarter immédiatement du tournage de l’émission les candidats concernés avant même le début du tournage". 

Les faits se sont produits dimanche dans la salle à manger de l'hôtel. Plusieurs familles, dont celle de Joé Bédier, maire de Saint-André (commune de l'est), venue fêter l'anniversaire de sa fille, étaient attablées pour déjeuner lorsqu'une personne de l'émission est passée de table en table en intimant aux clients l'ordre de ne pas faire de photos et de vidéos.

Le ton est monté rapidement entre les familles et certains candidats. "Une femme hystérique est venue à notre table et a dit à ma femme 'Vous avez pris des photos ce n'est pas normal'. Je pensais qu'elle plaisantait, pas du tout", a raconté Joe Bédier. "Ma femme a fini au sol avec des bonhommes baraqués sur elle. Moi j'ai pris des coups, je pensais que je n'allais pas m'en sortir", a ajouté le maire.

Lire aussi

Les "Anges" agressifs ont finalement été calmés par des témoins. La police est ensuite arrivée sur les lieux et a déployé un important dispositif. La tension est encore montée d'un cran lorsque des personnes arrivant de l'extérieur de l'hôtel sont montées dans les étages où se trouvent les chambres des candidats, mais les policiers sont parvenus à calmer les esprits.

"Nous avons commencé nos investigations pour établir le déroulement des faits", a indiqué le commissaire Janick Liard. "Nous avons d'ores et déjà identifié trois individus et nous les avons interpellés". Ceux-ci ont été conduits au commissariat central sous les insultes et les quolibets de plusieurs dizaines de personnes spontanément rassemblées devant l'hôtel. "Ces faits ont choqué la population", a commenté le commissaire Liard, en demandant à toutes "les victimes de porter plainte". Plusieurs personnalités politiques ont condamné "l'agression" dont a été victime le maire de Saint-André.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Présidentielle 2022 : les équipes d'Eric Zemmour partent à la chasse aux parrainages

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

Variant Omicron : le PDG de Moderna juge prématuré de se prononcer sur l'efficacité de la 3e dose

EN DIRECT - Présidentielle : "Eric Zemmour a créé sa campagne sur des propos chocs et il se plaint aujourd'hui"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.