Loi "asile et immigration" : le producteur de "120 battements par minute" snobe l'invitation de Macron à dîner

Loi "asile et immigration" : le producteur de "120 battements par minute" snobe l'invitation de Macron à dîner

DirectLCI
"NON MERCI" - Hugues Charbonneau va boycotter le dîner donné à l'Elysée ce jeudi en l'honneur des personnalités du cinéma. Un refus qu'il justifie par le vote de la loi "asile et immigration" ce dimanche, qu'il a qualifiée de "violente".

Hugues Charbonneau est en colère contre la politique d'Emmanuel Macron et le montre. Le producteur du film 120 battements par minute, multi-récompensé à Cannes et aux César, n'a pas apprécié la loi "asile et immigration", dont le texte a été adopté, ce dimanche, à l'Assemblée nationale. Et pour protester contre celle-ci, il a annoncé mercredi 25 avril sur Twitter qu'il ne se rendrait pas au dîner donné en l'honneur des personnalités du cinéma français, ce jeudi à l'Elysée. 

"Vous faites ce que le vieux monde sait faire de mieux : stigmatiser et exclure"

"Emmanuel Macron, merci pour votre invitation à dîner à l'Elysée. Je ne viendrai pas. Comment se réjouir après l'abjecte loi votée dimanche par votre majorité ? Votre politique est violente, vous faites ce que le vieux monde sait faire de mieux : stigmatiser et exclure. Sans moi", a-t-il écrit sur Twitter. 


Le producteur de 120 Battements par minute, qui narre la genèse de l'association anti-Sida Act-Up, se fait ainsi le porte-voix de nombreuses associations de défense des migrants ainsi que de personnalités politiques opposées à la loi, qui jugent que le texte va particulièrement durcir les conditions d'accès des réfugiés au territoire français.

En vidéo

Trump salue le "leadership" de Macron pour sa politique migratoire

Ce dîner de l'Elysée doit réunir plus d'une centaine de personnalités du cinéma dont des acteurs, des réalisateurs, des producteurs, des distributeurs avant le Festival de Cannes  qui se déroulera du 8 au 19 mai prochains. Parmi les invités du chef de l'Etat figurent les comédiens Jeanne Balibar, Monica Bellucci, Sandrine Kiberlain, Virginie Ledoyen, Léa Seydoux, Gaspard Ulliel et Leïla Bekhti, les acteurs et réalisateurs Mathieu Amalric, Emmanuelle Bercot, Guillaume Canet, Catherine Corsini et Guillaume Gallienne, le réalisateur Gérard Krawczyk et les producteurs Alain Terzian, Dominique Besnehard et Jérôme Seydoux ainsi que la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte.


A l'image de l'événement organisé en mars dernier, à l'occasion de La Fashion Week, l'objectif de cet événement est de "montrer le dynamisme de la France en terme de création et son attractivité dans l’environnement industriel mondial du secteur" et le chef de l'Etat souhaite aussi "promouvoir le rôle très particulier que la France joue, en particulier à travers ses festivals, comme pivot de la création cinématographique mondiale", a indiqué l'entourage du chef de l'Etat. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter