Cet acteur fétiche de Quentin Tarantino est mort

Cet acteur fétiche de Quentin Tarantino est mort

TEXAS RANGER - Acteur culte de nombreux films de Quentin Tarantino, l'Américain Michael Parks est décédé mercredi à l’âge de 77 ans.

Quentin Tarantino était tombé sous son charme. A tel que point qu'il lui avait écrit un rôle sur mesure, qui allait devenir culte pour les fans du réalisateur américain. Michael Parks était le Texas ranger Earl McGraw dans Une nuit en enfer. Un rôle qu’il reprendra par la suite, dans Kill Bill : Volume 1 puis dans le diptyque Grindhouse (Boulevard de la mort et Planète terreur). Acteur fétiche du fantasque réalisateur, il apparait également au générique de Kill Bill : Volume 2 et de Django Unchained. Né le 24 avril 1940 à Corona, en Californie, Michael Parks est mort mercredi 10 mai, à 77 ans, dans sa ville natale.

Lire aussi

Fils d’un joueur de baseball, il avait participé aux qualifications pour les Jeux olympiques de Munich en 1972 comme coureur de 1500 mètres, dévoile IMDb. Marié à cinq reprises, il avait perdu sa seconde femme, Jane Moriarty, également actrice, emportée par une overdose deux mois seulement après leur union. Sa carrière avait pris un virage important à la fin des années 80 en interprétant le rôle de Jean Renault dans la série Twin Peaks.

Lire aussi

Si Quentin Tarantino le considérait jusque-là comme "le plus grand acteur vivant", ses deux derniers rôles marquants lui auront été offerts par Kevin Smith, dans Red State puis Tusk. Le réalisateur américain lui a d’ailleurs rendu hommage sur Instagram.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : "Il faut réquisitionner les entreprises pour produire le vaccin", estime Clémentine Autain

Covid-19 : le Pas-de-Calais confiné pour 4 week-ends, mesures renforcées dans 22 autres départements

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Séisme en Nouvelle-Zélande : alerte au tsunami en Nouvelle-Calédonie et dans tout le Pacifique

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Lire et commenter