Mis en examen pour viols et agressions sexuelles, Gérard Depardieu clame son innocence

"Accusé de viols" et d'"agressions sexuelles", Gérard Depardieu clame son innocence dans les colonnes de "La Repubblica".

DEFENSE – Dans une interview accordée au quotidien italien "La Repubblica", le comédien français a réagi pour la première fois publiquement à sa récente mise en examen pour "viols" et "agressions sexuelles".

"Je suis innocent et je n'ai rien à craindre". Mis en examen le 16 décembre 2020 pour "viols" et "agressions sexuelles", Gérard Depardieu a clamé son innocence dans les colonnes du quotidien italien La Repubblica, ce jeudi. "Il n'y a aucune preuve, il n’y a rien contre moi et donc je suis très serein", a assuré le comédien français réagissant à la réouverture d'une enquête à son encontre. "Je ne peux que rejeter le plus clairement possible, comme déjà fait devant les enquêteurs, toutes les accusations. Pour moi, l'enquête a été close faute de preuves. Au tribunal, je réaffirmerai mon innocence".

Le comédien, qui dit ressentir "un sentiment de tristesse et de perplexité", précise qu'il sera à nouveau entendu par les enquêteurs le 10 mars prochain. Il regrette également "le brouhaha médiatique" autour de cette affaire. "C'est comme si nous vivions avec un casque en permanence qui diffuse de mauvaises nouvelles et des informations souvent fausses ou biaisées. Je déteste tout cela", fustige-t-il. 

Lire aussi

D'abord classée, l'enquête a été réouverte

La plaignante est une jeune comédienne d'une vingtaine d'années. Elle avait déposé plainte à la gendarmerie de Lambesc (Bouches-du-Rhône), fin août 2018, affirmant avoir été violée à deux reprises au domicile parisien de la star, un hôtel particulier du 7e arrondissement, les 7 et 13 août 2018, l'accusant également d'agressions sexuelles. 

Elle avait obtenu à l'été 2020 que l'enquête, d'abord classée sans suite par le parquet de Paris après neuf mois d'investigations, soit reprise par un juge d'instruction. L'avocate de la plaignante, Me Elodie Tuaillon-Hibon, a indiqué mercredi sur Twitter qu'elle ne ferait "aucun commentaire suite à la révélation de cette mise en examen". "C'est le temps de l'information judiciaire et du respect de la vie privée de ma cliente, qui doit être particulièrement protégée", a-t-elle demandé.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France s'approche du cap des cinq millions de cas

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

Lire et commenter