"Mon père devrait être en prison" : l’audition de Britney Spears en 5 déclarations chocs

"Mon père devrait être en prison" : l’audition de Britney Spears en 5 déclarations chocs

TÉMOIGNAGE – Entendue par une juge de Los Angeles mercredi 23 juin, la chanteuse américaine a livré un long exposé pour demander la levée de la tutelle sous laquelle elle vit depuis 13 ans. Et n’a retenu ni ses attaques, ni les détails les plus sordides de son quotidien.

Elle avait déjà plaidé sa cause auprès de la cour. Mais jamais de manière aussi publique. Britney Spears s’est exprimée devant un tribunal de Los Angeles mercredi 23 juin dans l’espoir de "retrouver sa vie". La chanteuse, qui vit sous un régime de tutelle dirigé par son père Jamie depuis 2008, a pris la parole lors d’une audience menée via Internet. 

Pendant 24 minutes, elle a martelé combien elle était malheureuse et prise au piège. Un témoignage aussi puissant qu'inattendu qui a donné raison aux fans à l’origine du mouvement #FreeBritney, qui cherche à libérer leur idole. 

Toute l'info sur

#FreeBritney, la chanteuse Britney Spears s'oppose à sa tutelle

Celle qui interprétait "I’m a slave for you" ("je suis ton esclave") affirme aujourd’hui qu’elle "n’est l’esclave de personne". Et révèle avoir été contrainte sous la menace de partir en tournée en 2018. On comprend mieux, maintenant, le show sans vie qu'elle avait donné à Bercy un soir d'été. La chanteuse n’épargne personne, surtout pas son père qu’elle qualifie d'"ignorant" et à qui elle entend bien demander des comptes. Elle raconte, en détails, que tous ses faits et gestes sont contrôlés. Même les plus intimes. Extraits.

"La seule situation similaire à la mienne a un nom : le trafic sexuel"

"La seule situation similaire à la mienne a un nom : le trafic sexuel. Faire travailler quiconque contre sa volonté, lui enlever tous ses biens - carte de crédit, argent, téléphone, passeport - et le placer dans une maison où il travaille avec les gens qui vivent avec lui. Ils ont tous vécu dans la maison avec moi, les infirmières, la sécurité 24h/24 et 7 jours/7. Il y avait un chef qui venait et cuisinait pour moi en semaine. Ils me regardaient me changer tous les jours - nue - matin, midi et soir. Je n'avais pas d'intimité dans ma chambre".

Lire aussi

"J’ai menti et dit au monde entier : 'Je vais bien et je suis heureuse'"

"Je vous dis tout ça deux ans après, après avoir menti et dit au monde entier : 'Je vais bien et je suis heureuse.' C'est un mensonge. Je pensais que peut-être si je le disais suffisamment, ça me rendrait heureuse. Parce que j'étais dans le déni. J'étais en état de choc. Je suis traumatisée. Vous savez, vous faites semblant jusqu'à ce que vous réussissiez. Mais maintenant je dis la vérité, d'accord ? Je ne suis pas heureuse. Je ne peux pas dormir. Je suis si en colère, c'est dingue. Et je suis déprimée. Je pleure tous les jours". 

"Mon père devrait être en prison"

"Madame la juge, mon père et tous ceux qui sont impliqués dans cette tutelle et mon management, qui ont joué un énorme rôle en me punissant quand je disais non... Madame, ils devraient être prison (...). J'aimerais vraiment porter plainte contre ma famille, pour être totalement honnête avec vous. J'aimerais aussi être capable de partager mon histoire avec le monde et dire ce qu'ils m'ont fait, au lieu que tout soit un secret bien gardé à leur avantage".

"Je veux récupérer ma vie"

"Je ne mens pas. Je veux juste récupérer ma vie. Ça fait 13 ans et ça suffit. Ça fait bien longtemps que je n'ai pas été propriétaire de mon argent. C'est mon souhait et mon rêve que tout ça s'arrête sans que je subisse un test d'évaluation psychologique (...). À partir de maintenant, je ne veux plus rencontrer ni voir personne. J'ai rencontré suffisamment de personnes contre ma volonté. J'en ai assez. Tout ce que je veux, c'est posséder mon argent, que tout ça s'arrête et que mon petit ami puisse me conduire dans sa putain de voiture (...). Si je suis ici, c'est avant tout parce que je veux mettre fin à cette mesure de tutelle sans être évaluée (...). Je ne devrais pas être sous tutelle si je peux travailler, gagner de l'argent et rémunérer d'autres personnes. Ça n'a aucun sens. Les lois doivent changer".  

"Cette soi-disant équipe ne veut pas que j’enlève mon stérilet"

"J'aimerais avancer petit à petit et avoir ce qu'on veut tous. Je veux pouvoir me marier et avoir un bébé. On m'a dit que je ne pouvais pas le faire en étant sous tutelle. J'ai un stérilet pour ne pas tomber enceinte. J'ai voulu l'enlever pour tenter d'avoir un autre enfant. Mais cette soi-disant équipe ne me laisse pas aller chez le médecin pour l'enlever parce qu'ils ne veulent pas que j'ai d'autres enfants. Donc cette tutelle me fait beaucoup plus de mal que de bien (...). Je mérite d'avoir une vie. J'ai travaillé toute ma vie (...). Je me sens attaquée, harcelée, abandonnée et seule. Et je suis fatiguée de me sentir seule. Je mérite d'avoir les mêmes droits que tout le monde, en ayant un enfant, une famille, toutes ces choses et bien plus."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Trois choses à savoir sur Novavax, le nouveau vaccin dont vous entendrez bientôt parler

EN DIRECT - Covid-19 : Londres supprime la quarantaine obligatoire pour les voyageurs vaccinés venant de France métropolitaine

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

Catalogne : un Français recherché pour avoir jeté un mégot depuis la fenêtre de sa voiture

The Offspring se sépare de son batteur qui ne s’est pas fait vacciner pour raisons médicales

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.