Mort de Claude Brasseur à l'âge de 84 ans

Claude Brasseur : 60 ans de succès auprès des Français

DISPARITION - L'immense comédien, popularisé par les films Un éléphant ça trompe énormément ou encore La Boum, est décédé à l'âge de 84 ans. Deux fois césarisé, il avait tourné dans plus de 110 films.

Une étoile du cinéma s'en est allée. Le comédien Claude Brasseur, popularisé par les films Un éléphant ça trompe énormément ou encore La Boum, est décédé ce mardi 22 décembre à l'âge de 84 ans "dans la paix et la sérénité entouré des siens", a annoncé son agent à l'Agence France Presse. 

"Il n’a pas été victime du Covid. Il sera inhumé à Paris dans le respect des règles sanitaires et reposera aux côtés de son père (le comédien Pierre Brasseur, ndlr), au cimetière du Père-Lachaise à Paris", a précisé  Elisabeth Tanner, à la tête de l'agence Time Art.

Césarisé deux fois

Claude Brasseur a marqué plusieurs générations de spectateurs. Pour certains, il restera le François Vidocq de la télévision. Pour d'autres, le premier père de cinéma de Sophie Marceau dans les deux films La Boum sortis dans les années 1980. L'acteur restera célèbres pour plusieurs grands rôles au cinéma, dont Un éléphant ça trompe énormément, qui lui vaudra le César du meilleur acteur dans un second rôle en 1977. Il recevra celui du meilleur acteur trois ans plus tard pour La Guerre des polices. Et fera scandale en 1986 en incarnant l'amant de la jeune Sophie Marceau, alors âgée de 20 ans, dans le drame Descente aux enfers.

"Il a ce qui ne s'apprend pas", avait déclaré son professeur d'arts dramatiques. Né en 1936 de l'union des acteurs Pierre Brasseur et Odette Joyeux, Claude Brasseur a fait ses armes au Conservatoire avant de débuter au théâtre dans les années 1950. Sur scène, il interprètera Fouché, Napoléon et Clémenceau. Et s'invitera même au célèbre "Dîner de cons" de Francis Veber. Il affirmait être "plus attentif au personnage qu'à l'histoire". La sienne l'a porté des planches au cinéma, de la comédie au drame. Toujours avec la même aisance. 

Ce serait très prétentieux de dire qu'on dirige Claude Brasseur, c'est lui qui nous dirige- Franck Dubosc, son partenaire dans Camping et son réalisateur pour Tout le monde debout

En plus de 60 ans de carrière, il aura tourné dans plus de 110 films. Les plus jeunes garderont en mémoire son fantasque Jacky, qu'il interprétait dans la trilogie Camping aux côtés de Franck Dubosc. "C'est aussi et surtout mon père de cinéma dans Tout le monde debout, mon premier film en tant que réalisateur. Ce n'est pas un hasard si je l'ai choisi. Ce serait très prétentieux de dire qu'on dirige Claude Brasseur, c'est lui qui nous dirige", explique sur LCI Franck Dubosc, ayant une pensée pour son fils Alexandre Brasseur, que les téléspectateurs de TF1 retrouvent tous les soirs dans le feuilleton Demain nous appartient.

En vidéo

Mort de Brasseur : "J'en ai marre de les voir partir tous", réagit Michel Boujenah

Compétitif dans l'âme, Claude Brasseur portait le même amour au sport qu'à la comédie. En 1964, un accident de bobsleigh le prive d'une participation aux Jeux olympiques d'hiver d'Innsbruck, en Autriche, pour lesquels il avait été sélectionné avec l'équipe de France. Pas de quoi décourager le comédien qui inscrira son nom au palmarès du Paris-Dakar en 1983 en tant que copilote du Belge Jacky Ickx.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Couvre-feu national à 18h : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 25.000 hospitalisations, 196 décès en 24 heures

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccin Pfizer : les livraisons à l'UE vont être retardées de "trois à quatre semaines"

Lire et commenter