Gérard Jouannest, pianiste de Jacques Brel et Juliette Gréco, décède à l'âge de 85 ans

Gérard Jouannest, pianiste de Jacques Brel et Juliette Gréco, décède à l'âge de 85 ans

DirectLCI
DISPARITION - Au terme de dix années de collaboration avec Jacques Brel, Gérard Jouannest avait signé au piano quelques unes des chansons les plus emblématiques de la chanson française. "Bruxelles", "Madeleine", "Les vieux" ou encore "Mathilde" resteront associées à son talent.

La mélodie de "Ne me quitte pas" c'était lui. Le pianiste Gérard Jouannest, homme de l'ombre de Jacques Brel puis de 

Juliette Gréco, dont il fut l'époux, laisse la chanson française orpheline d'un de ses plus grands compositeurs. Le musicien virtuose, si discret dans la vie mais connu de tous les amateurs de chanson, est décédé mercredi à Ramatuelle (Var) à l'âge de 85 ans, a-t-on appris dans son entourage.

"Nous sommes honorés et heureux d'avoir pu travailler à ses côtés. Il n'était pas seulement un immense musicien mais aussi un homme discret, parfois espiègle et toujours d'une grande gentillesse", a salué Alexandre Baud, directeur de Quartier Libre qui avait produit la tournée "Merci" de Gréco en 2015.

Gérard Jouannest se destinait à une carrière dans la musique classique. Mais en 1959, il rencontre Jacques Brel, par l'intermédiaire du producteur Jacques Canetti. Brel est alors à la recherche d'un accompagnateur. Le début d'une longue et fructueuse collaboration. "Ne me quitte pas/Il faut oublier/Tout peut s'oublier": par ces mots, Brel, traumatisé par une séparation amoureuse, tient l'entame d'un des plus célèbres morceaux, et ne le sait-il pas encore, de l'histoire de la chanson française. Car derrière, des notes au piano l'accompagnent, imposant un contrepoint qui magnifie la mélodie. 

Qu'importe: pour ce fils d'ouvrier, né à Vanves le 2 mai 1933, une nouvelle vie commençait pour ce jeune musicien qui avait suivi des études classiques et qui subvenait aux besoins de sa famille en étant accompagnateur pour le groupe Les Trois Ménestrels.


Un rôle de l'ombre qu'il dépassera allègrement au cours des dix années d'une collaboration parfois agitée avec Jacques Brel. De leurs sessions sortiront des chansons éternelles comme "Bruxelles", "Madeleine", "Les vieux" ou encore "Mathilde".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter