Alain Delon "fracassé" et "complètement anéanti" par la mort de son ami Jean-Paul Belmondo

Alain Delon "fracassé" et "complètement anéanti" par la mort de son ami Jean-Paul Belmondo

RÉACTION - L’autre monstre sacré du cinéma français s’est dit "bouleversé" par la disparition, à l’âge de 88 ans, de celui qui a longtemps été présenté à tort comme son rival.

Sa voix tremble en l’évoquant. Alain Delon a appris, comme l’ensemble des Français, la mort de Jean-Paul Belmondo ce lundi 6 septembre à l'âge de 88 ans. "C’est un ami que je perds", témoigne-t-il sur Europe 1. Il parle d’un "confrère" plus que d’un rival, comme les ont longtemps présentés les médias, à tort. L’autre monstre sacré du cinéma français se dit "bouleversé", "fracassé".

"C’est terrible, je suis complètement anéanti", ajoute-t-il sur CNews. "Ça fait quelques semaines qu’on y pense et ça me fait moins mal maintenant", ajoute-t-il.

Toute l'info sur

Jean-Paul Belmondo, la mort d'une légende

"Je n’étais pas plus que lui, il n’était pas plus que moi"

De son Bebel, Delon veut avant tout garder près de six décennies de souvenirs. "Cela fait 60 ans qu’on se connaissait, qu’on travaillait ensemble et qu’on était tellement proches l’un de l’autre", raconte-t-il, rappelant que les deux hommes ont même "habité ensemble" au début des années 1960. "Je n’étais pas plus que lui, il n’était pas plus que moi", insiste-t-il.  Comme une réponse à ceux qui les imaginent encore dans la peau de leurs personnages de Borsalino. Dans le film mythique de Jacques Deray, les deux acteurs incarnent des malfrats de la pègre marseillaise des années 30. Un duel de stars qui se transforme rapidement en amitié solide.

Lire aussi

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - La nécro de Jean-Paul Belmondo

Alain Delon ne cessera de décrire leur relation avec la même métaphore, celle des coureurs du marathon : "Ça fait quarante ans qu'on court un marathon ensemble, et une fois ou l'autre l'un est en tête et l'autre second. Mais ce qui compte, c'est l'arrivée, et nous arriverons ensemble. Nous passerons la ligne d'arrivée ensemble", analysait-il. Ce lundi, il évoquait même la possibilité de quitter ce monde en même temps. "Je vais essayer de m’accrocher pour pas faire la même chose dans 5h. Remarquez, ce serait pas mal si on partait tous les deux ensemble", glisse-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.