Des films Netflix au cinéma ? La plateforme organise son festival malgré la polémique

Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence dans "Don't look up" de Adam McKay.

CONTROVERSE – Après avoir envisagé de présenter plusieurs de ses films dans les salles d’art et essai dans toute la France début décembre, Netflix a revu ses ambitions à la baisse devant la levée de boucliers des distributeurs de cinéma. Explications.

Voir un film Netflix au cinéma ? C’est jusqu’ici impossible en France en raison de la loi sur la chronologie des médias qui donne aux salles la primeur des nouveautés, les plateformes de streaming payantes devant patienter 36 mois pour les proposer à leurs abonnés. 

Alors que ce délai est sur le point d’être renégocié, la société californienne est peut-être allée un peu vite en besogne en se rapprochant de plusieurs salles d’art et essai, dont les réseaux MK2 et Utopia, afin d'organiser avant Noël un festival proposant plusieurs de ses films originaux, déjà en ligne ou à venir.

La colère des distributeurs et des exploitants

Ce projet, dévoilé en début de semaine par Le Film Français, a fait bondir les distributeurs de cinéma au moment où la fréquentation bât de l’aile, notamment depuis l’instauration du pass sanitaire. Si des blockbusters hollywoodiens comme Mourir peut attendre ou Dune enregistrent de beaux scores, les films indépendants, français et étrangers, sont en effet à la traîne.

"Une telle initiative autour de productions Netflix viendrait priver ces films de séances et de salles au moment où ils en ont le plus besoin", a réagi pour sa part la Fédération Nationale des Cinémas Français (FNCF). "La campagne marketing de la plateforme viendrait aussi éclipser la sortie de ces films".

Plusieurs films inédits sur la plateforme

Visiblement soucieuse de ne pas mettre la profession à dos, la direction française de la plateforme a revu ses ambitions à la baisse. Ce jeudi, elle annonce la tenue du 7 au 14 décembre du "Netflix Film Club", un cycle de projection qui se tiendra à la Cinémathèque française à Paris et à l’Institut Lumière à Lyon. 

Au programme, plusieurs films qui seront déjà disponibles à cette date sur la plateforme :  Pieces of a Woman de Kornél Mundruczó, Malcolm & Marie de Sam Levinson, The Harder They Fall de Jeymes Samuel, The Power of the Dog de Jane Campion, The Guilty d’Antoine Fuqua et Clair-Obscur de Rebecca Hall. 

Le Netflix Film Club proposera aussi trois films inédits : Don’t Look Up : Déni cosmique d’Adam McKay avec Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence à la tête d'un casting de stars affolant, La Main de Dieu de l'Italien Paolo Sorrentino et The Lost Daughter, le premier film de l'actrice américaine Maggie Gyllenhaal.

Le choix de ces deux institutions non-commerciales n’est pas anodin puisqu’il dispense Netflix de demander aux autorités une dérogation à la chronologie des médias. Il faut dire aussi que plateforme travaille déjà main dans la main avec ces deux lieux. Au printemps dernier, elle a notamment annoncé sa participation, aux côtés de la Cinémathèque française, au financement de la reconstitution du Napoléon d’Abel Gance, classique du cinéma muet sorti en 1927.

En vidéo

Netflix absorbe près d'un quart du trafic internet en France

C’est d’ailleurs en échange d’une contribution au financement du cinéma français que Netflix, comme les autres plateformes de streaming payantes, s’apprête à négocier un raccourcissement du délai entre sortie en ligne et en salles, en vertu de l’application d’une directive européenne datant de 2018. 

Lire aussi

Le sujet crée de vives tensions au sein de la profession puisque pour de nombreux distributeurs et exploitants, il est hors de question que les plateformes puissent effectuer des sorties simultanées en salles et streaming, comme c’est le cas aux Etats-Unis.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 37.000 cas détectés ces dernières 24 heures en France

Covid-19 : Belgique, Italie, Allemagne... l'Europe confrontée au variant Omicron

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

VIDÉO - À Marseille, Éric Zemmour termine son périple chahuté par un échange de doigts d'honneur

"Autonomie" de la Guadeloupe : de quoi parle-t-on ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.