Nouveaux coachs, nouvelles règles : "The Voice 2021" promet "une saison unique en son genre"

La 10e saison de l'émission "The Voice" débutera ce samedi soir, sur TF1. Immersion dans les coulisses du show.

COMEBACK – Le télécrochet de TF1 fait son retour ce samedi soir, porté par l’arrivée de Vianney et le retour de Florent Pagny dans les fauteuils rouges aux côtés de Marc Lavoine et Amel Bent. Un quatuor explosif qui réserve quelques surprises aux téléspectateurs.

L'émission fait partie de ces rendez-vous incontournables qui le sont devenus d’autant plus depuis la pandémie. "Il y a une nécessité à chanter", souligne Amel Bent qui dit avoir pris "un grand bol de passion, d’humanité et de vérité qui fait du bien à l’âme" sur le tournage de la saison 10 de "The Voice". 

Rebaptisée "The Voice 2021", cette nouvelle édition du télécrochet de TF1 - dont le premier volet est diffusé ce samedi soir - a été tourné dans des conditions forcément particulières. Le public est désormais virtuel et c’est du coude que les coachs viennent saluer les talents. "Le masque, c’était juste la petite différence", souligne Florent Pagny qui reprend son fauteuil rouge après deux ans d’absence.

Marc Lavoine rempile pour une deuxième saison tandis que Vianney inaugure un rôle qu’il a mis un peu de temps à accepter. "Avant, c’était un peu tôt", expliquait-il lors d’une conférence de presse virtuelle donnée mardi 22 décembre depuis les coulisses du plateau où les équipes enregistraient les battles. Alors forcément, c’est vers le néo-coach – "le plus jeune de l’histoire de l’émission en France" souligne Nikos Aliagas – que le regard se tourne au moment de découvrir les premières images du programme.

Les cross-battles, l'ingrédient secret pour "pimenter" cette édition

Vianney semble tellement à l’aise sur son fauteuil qu’il ne tient pas en place. Tantôt debout, tantôt assis avec les genoux recroquevillés contre sa poitrine, il accepte avec humour les vannes de ses camarades et se montre très enthousiaste. Peut-être trop, quitte à casser le matériel. "On va se recoiffer les poils un peu", lâche-t-il à l’issue d’une prestation qu’il semble avoir vécue comme si c’était la sienne. L'alchimie entre les coachs est presque palpable. Comme l'impression d'assister aux retrouvailles de vieux potes, entre rires et tensions. La bataille pour les talents s'annonce rude. D'autant que la production promet "une saison unique en son genre", portée par un casting "très hétéroclite" mêlant les genres et laissant la place à des artistes engagés et désireux de porter un message. Au rang des co-coachs qui viendront épauler les équipes, on note la présence détonante du rappeur Vald qui assistera Marc Lavoine et ses talents aux côtés de Benjamin Biolay.

Lire aussi

Le bouton permettant de bloquer son voisin lors des auditions à l'aveugle et le vol de talent lors des battles sont toujours en place. Mais pour "pimenter" un ensemble déjà bien relevé, les têtes pensantes de l'émission y ont ajouté une étape supplémentaire. Entre les KO et les lives, place aux cross-battles. Le principe ? Les équipes, qui compteront alors quatre talents chacune, se feront face lors de duels. Nikos Aliagas désignera un premier coach qui choisira son talent puis l'équipe à affronter, qui sélectionnera à son tour son chanteur. Chaque artiste se produira avec sa propre chanson et c'est le public en plateau qui désignera le vainqueur de la battle. Un moyen de "passer le témoin aux téléspectateurs" avant les premiers primes en direct. Huit talents seront qualifiés pour les demi-finales mais impossible de savoir si les coachs y accéderont avec le même nombre de candidats. Certains pourraient même l'atteindre sans plus personne à superviser...

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden promet suffisamment de vaccins pour tous les adultes américains "d'ici fin mai"

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : "J’ai ressenti l’injustice profonde, choquante", explique Nicolas Sarkozy dans le Figaro

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Lire et commenter