On a discuté avec l'un des hackers de YouTube  : "On voulait juste s’amuser"

On a discuté avec l'un des hackers de YouTube : "On voulait juste s’amuser"

DirectLCI
BUZZ - Pendant quelques heures mardi, des pirates ont modifié les titres de nombreux clips largement visionnés sur des comptes "Vevo" d'artistes de renom. LCI a pu s'entretenir avec l'un des jeunes hackers français revendiquant la cyberattaque.

Durant quelques heures, ils ont fait trembler YouTube et son service de vidéos musicales en ligne Vevo. Des pirates informatiques ont modifié mardi les titres et le contenu des clips de certains grands noms de la scène musicale tels que Drake, Katy Perry, Taylor Swift, Shakira ou encore Adele, laissant apparaître en lieu et place des messages comme "FuckYouRap" et "Free Palestine" ou faisant référence au forum "18-25"de jeuxvideo.com, ou encore au jeu vidéo à succès Fortnite.


Les images de "Despacito" de Luis Fonsi, chanson la plus visionnée de la planète avec plus de cinq milliards de vues, ont elles été remplacées par la photo du gang masqué de la série espagnole "La Casa de Papel". Le clip a ensuite été supprimé, réalisant le "rêve que chacun d’entre nous a fait au plus profond de soi", a ironisé le site de Radio Nova. 


Si la majorité des clips hackés ont rapidement retrouvé leur forme originale, le piratage d’une des filiales de YouTube, propriété du géant Google, a eu un important retentissement médiatique. "Après avoir constaté une activité inhabituelle de téléchargement sur quelques chaînes Vevo, nous avons travaillé rapidement avec notre partenaire pour en désactiver l'accès pendant qu'ils enquêtent sur le problème", a simplement déclaré un porte-parole de YouTube.

"Par pur amusement"

Cette cyberattaque a été revendiquée par des pirates répondant aux pseudonymes de Kuroi'sh et Prosox. "En fait, on voulait juste s’amuser", assure Prosox, avec qui nous nous sommes entretenus par téléphone en compagnie d'un autre hacker, Tenshirock. Ce jeune Français passionné de jeux de vidéo et d'encodages inaccessibles à tout profane informatique assure avoir été surpris par l’ampleur prise par cette affaire. "On ne pensait pas que ça aurait un tel impact. Je voulais juste faire un jeu qui allait s’oublier en une heure, et puis finalement non...". Prosox, qui dit être majeur, soutient que le but "n’était pas de nuire à Vevo ou Youtube". "Si jamais j’avais voulu supprimer toutes les vidéos, j’aurais pu, argue le jeune homme. On n’a pas non plus touché aux clients. On a fait cela sans raison particulière, par pur amusement". Et il jure ne pas avoir supprimé le sacro-saint clip Despacito, mais simplement avoir "modifié la vidéo". 

Dépassé par l’avalanche de réactions, le hacker explique "regretter" son geste, s’inquiétant d’éventuelles répercussions judiciaires. "J’ai  tenté de contacter Vevo sur Twitter, je me suis excusé. Je leur ai même donné un indice pour trouver comment j’ai fait ça. Ce n’est pas de la magie, ce n’est même pas une faille ou un bug, c’est juste une histoire d’accessibilité avec une certaine authentification", poursuit-il. 


Quant au slogan "Free Palestine" interprété par certains sites comme un message politique, le jeune homme, "musulman non pratiquant", s’en défend : "Il n’y avait aucune revendication politique derrière, j’ai juste fait ça pour le buzz". Objectif réussi. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter