Oublié le téton polémique, Pedro Almodovar et Penélope Cruz illuminent la Mostra avec "Madres Paralelas"

Le maître espagnole et sa muse, mercredi à Venise.

RETROUVAILLES - Le cinéaste espagnol Pedro Almodovar a donné mercredi le coup d’envoi de la 78e Mostra de Venise avec "Madres Paralelas", un drame dans lequel il dirige la comédienne Penélope Cruz pour la septième fois.

Almodovar en guerre contre Instagram ? C’est déjà du passé. Au cœur de l’été, le maître espagnol s’était ému de la brève censure de l’affiche de Madres Paralelas, en raison du téton duquel perlait une goutte de lait. La direction du réseau social s’était platement excusée quelques jours plus tard, offrant au film une exposition médiatique inattendue. En France, il sortira le 1er décembre prochain.

Dévoilé ce jeudi en ouverture de la Mostra de Venise, ce nouveau long-métrage marque les retrouvailles du cinéaste de 71 ans avec Penélope Cruz, sa muse qu’il dirige pour la septième fois. Si elle était au second plan dans Douleur et Gloire, en 2019, la comédienne tient ici le rôle central de Janis, une photographe qui tombe enceinte d’Arturo, un homme marié.

Un film au coeur de l'Histoire de l'Espagne

Archéologue, ce dernier lui a promis de l'aider à retrouver la sépulture de son arrière grand-père, disparu aux débuts de la guerre civile espagnole, et à l'exhumer dans son village natal. Un thème d'actualité en Espagne où le gouvernement actuel œuvre pour le travail de mémoire en faisant sortir des fosses communes les milliers de victimes de la dictature franquiste.

Selon les estimations d'historiens et de descendants des victimes, plus de 100.000 victimes de la Guerre civile (1936-1939), remportée par Franco, qui a ensuite dirigé l'Espagne d'une main de fer jusqu'à sa mort en 1975, se trouvent dans des fosses communes.

"Nous ne pouvons pas solder définitivement notre histoire tant qu'on n'aura pas payé notre dette envers les disparus", a déclaré mercredi le cinéaste à la Mostra. "Dans les foyers espagnols, chez moi par exemple, personne ne parlait de la guerre". Aujourd'hui, en Espagne, "ce sont les générations des petits enfants qui demandent l'addition car ce traumatisme collectif a été mis sous le tapis à l'arrivée de la démocratie".

Lire aussi

Vêtus de noir tous les deux, Pedro Almdovoar et Penélope Cruz n’en ont pas moins illuminé le tapis rouge de la Mostra mercredi soir. Une édition présidée par Bong Joon-ho, le réalisateur sud-coréen de Parasite, la Palme d’or 2019. Il est entouré d’un jury international composé notamment de la comédienne belge Virginie Efira et de la réalisatrice chinoise Chloé Zhao, lauréate du Lion d’or à Venise l’an dernier avec Nomadland, futur Oscar 2021 du meilleur film.

Trois films français sont en lice cette année à Venise. Un autre monde, un drame social de Stéphane Brizé, Illusions perdues où Xavier Giannoli adapte Balzac ou encore L'Evénement, une adaptation d'un roman d'Annie Ernaux sur l'avortement. Le palmarès sera dévoilé le 11 septembre, au terme de cette deuxième édition depuis le début de la pandémie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Elections en Allemagne : qui est Olaf Scholz, qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Éric Zemmour est l'invité de Ruth Elkrief sur LCI ce lundi 27 septembre à 20h35

Eric Zemmour sur LCI : les déclarations du polémiste que nous avons déjà vérifiées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.