PHOTOS - Collectionneur obsessionnel, Elton John expose ses trésors photographiques à la Tate Modern

PHOTOS - Collectionneur obsessionnel, Elton John expose ses trésors photographiques à la Tate Modern
CULTURE

EXPO – La Tate Modern, à Londres, expose une partie de l’impressionnante collection de photographies d’Elton John. "The Radical Eye" se concentre sur la période moderniste, des années 20 aux années 50, comprenant des tirages originaux d’œuvres célèbres.

Les stars amatrices d’art ont les moyens d’assouvir leur passion. Le jour où Elton John s’est piqué de photographie, il n’a pas regardé à la dépense. Tout a commencé en 1991, alors qu’il séjournait dans le sud de la France. Son ami David Fahey, marchand d’art, lui a montré un portfolio contenant des tirages de Herb Ritts et Edward Weston. Coup de foudre, achat compulsif. "Jusque-là, j’avais ignoré la photographie en tant que forme d'art, et j'en suis tombé amoureux. Ma passion n’a fait que croître depuis", explique le musicien dans le commentaire qu’il a enregistré pour la Tate.

Les nouveaux espaces de la Tate Modern accueillent une partie, déjà considérable, de la collection privée d'Elton John jusqu'au 7 mai 2017. Le name-dropping est inévitable : Man Ray, André Kertész, Berenice Abbot, Walker Evans… Un ensemble exceptionnel jusque-là conservé dans sa maison d’Atlanta où il a recouvert chaque mur de photographies. Sir Elton a une préférence marquée pour les portraits où l’on reconnaît Picasso, Cocteau, Breton, Satie, la crème des artistes de l'époque. Le "Radical Eye" qui donne son nom à l’expo désigne la période moderniste où la photo se fait plus expérimentale, avec des effets de lumière et de distorsion, d’une stupéfiante beauté plastique.

Une période documentaire aussi, comme ces images témoins de la Grande Dépression américaine. La fameuse Mère migrante (1936) de Dorothea Lange est devant nous, encore plus émouvante que sur ses innombrables reproductions. "J’avais lu John Steinbeck enfant", précise Elton John, touché par "ces temps de tristesse et d’anxiété. Elle semble changer d’expression chaque fois que je la regarde." Plus doux, le diptyque "Noir et blanc" de Man Ray invite à partager le rêve des Surréalistes : ce n’est pas un hasard si son heureux propriétaire les a accrochés au-dessus de son lit.

Elton John aurait pu se contenter d’acheter des photographies pour leur seule valeur marchande. Mais le bonhomme a du goût, et ses choix montrent une grande cohérence. Même les photographies abstraites et les très petits formats font forte impression. Sujet lui-même, Elton John s’est prêté à une série de portraits par Irving Penn, avec des effets de distorsion "qui collent bien à l’excentricité de ma vie", dit-il. Avec cette touche personnelle, la très officielle Sir Elton John Collection inaugure un partenariat à long terme avec la Tate Modern : les prochains volets devraient tout autant taper dans l'oeil. 

Bon plan : grâce à son programme "2 for 1", Eurostar favorise les échanges culturels entre Paris et Londres. Sur simple présentation de son billet, le visiteur bénéficiera de deux entrées pour le prix d’une dans neuf des plus grands musées de Londres, dont la Tate Modern.  Infos et réservations sur www.eurostar.com/fr.

En vidéo

Moment culte sur TF1 : Elton John reprend ses plus grands tubes pour le plaisir de vos oreilles

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent