Pour ses 5 ans, le Louvre-Lens s’offre de nouveaux chefs d’oeuvre

CULTURE
DirectLCI
LOISIRS - Inauguré en 2012 par François Hollande, le petit frère du Louvre fête son anniversaire avec une programmation événementielle. Et la volonté d’accompagner encore davantage le développement économique de la région.

Cinq ans déjà ! Du 2 au 10 décembre, Le Louvre-Lens célèbre cet anniversaire avec une programmation événementielle. La Galerie du Temps, immense espace en longueur retraçant 5. 000 ans d’histoire, accueillera ainsi une quarantaine de nouveaux chefs-d’œuvre du Louvre, dont une série exceptionnelle de Trésors nationaux acquis par l’Etat depuis 2012. 


Parmi eux, un rarissime portrait en marbre de Pompée, tout juste entré dans les collections nationales. Mais aussi deux pleurants du cortège funéraire du tombeau du duc de Berry, œuvres majeures de la statuaire médiévale, ainsi que "L’Amour essayant une de ses flèches" de Jacques Saly, joyau de la collection de la marquise de Pompadour.

2,8 millions de visiteurs depuis 2012

Elégant et lumineux musée de verre et d'aluminium poli bâti sur un ancien carreau de mine, oeuvre du célèbre cabinet d'architecture japonais Sanaa, le petit frère du Louvre aura accueilli 2,8 millions de visiteurs depuis son inauguration par François Hollande, le 4 décembre 20112, avec un pic à 870.000 en 2013 avant une stabilisation  autour de 450.000 par an. Soit la 3e fréquentation d'un musée en province, derrière le Mucem à Marseille et Confluences à Lyon. Sur 8.700 m2, le Louvre-Lens a proposé onze expositions temporaires payantes d'envergure internationale, soit plus de 3.200 œuvres venues du Louvre, de New York ou de Londres. 


"L'enjeu était de capter un public plus difficile à attirer, pas forcément le plus aisé ni le plus riche, et local, sans abaisser le niveau d'exigences. Nous avons marqué des points", explique à l’AFP la directrice Marie Lavandier, qui prépare des expositions sur la peinture polonaise et la couleur noire en hommage aux "gueules noires". 

Peu de visiteurs étrangers

Plus de 83% des visiteurs sont français, en majorité de la région, et environ 18% sont ouvriers et employés, selon le musée. 

Mais avec seulement 17% de visiteurs étrangers, originaires principalement du proche Benelux, l'impact sur l'économie locale reste limité : "Non seulement il n'y a pas de visiteurs étrangers, mais ils ne restent pas à Lens", analyse Xavier Greffe, professeur d'économie culturelle à Paris I. Selon un rapport de l'urbaniste Jean-Louis Subileau, les villes d’Arras et de Lille sont les principales bénéficiaires des retombées hôtelières. 


Certains signes incitent toutefois à l'optimisme : des guides touristiques sur le Louvre-Lens et le bassin minier ont vu le jour, un hôtel 4 étoiles est prévu en 2019, tout comme le pôle de conservation de 250. 000 œuvres du Louvre, à Liévin, tout près du musée.


>> Retrouvez la programmation complète des 5 ans du Louvre-Lens sur le site officiel du musée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter