Pourquoi "Soul" est le petit supplément d’âme qui manquait à 2020

Pourquoi "Soul" est le petit supplément d’âme qui manquait à 2020

COUP DE COEUR - En tentant de percer l’origine de nos personnalités, Pixar fait un sans-faute avec son nouveau film d’animation pour qui le mot chef-d'œuvre semble avoir été inventé. 1h40 de bonheur pur qui élève l’esprit autant qu’il réchauffe le cœur. À voir absolument dès le 25 décembre sur Disney+.

Résumer Soul n’est pas chose aisée. D’une poésie folle, le dernier-né des studios Pixar s’invite dans notre psyché en se demandant ce qui fait de nous… nous. Une réflexion passionnante née dans l’esprit de Pete Docter, à qui l’on doit déjà le formidable Vice Versa qui s’intéressait à nos émotions.

La recherche de la définition de l’âme humaine passe par la quête d’identité de Joe Gardner, un professeur de musique new yorkais qui se rêve pianiste de jazz professionnel. Alors qu’il vient de décrocher un contrat inespéré, un accident le conduit directement dans une bouche d’égout. Sauf que le malheureux se retrouve propulsé dans le Grand Avant, le monde où les âmes se dotent de leur personnalité. Pour espérer retrouver sa vie, il va devoir aider la récalcitrante Âme 22 à faire le grand saut vers la Terre. Et autant dire que ce n’est pas gagné…

Soul émeut autant qu’il surprend. Car Disney s’est bien gardé de tout dévoiler dans sa bande-annonce. L’aventure s’étend entre les différents mondes, mettant sur la route de Joe des personnages charismatiques qui vont le pousser à se remettre en question. Et nous avec. "Mais qu’est-ce que je suis en train de faire de ma vie ?", martèle le musicien qui s’aperçoit qu’une partition réussie peut aussi reposer sur les petits bonheurs du quotidien. Le message est beau, invitant chacun à relativiser et profiter de l’instant présent. Un Carpe Diem à la sauce Pixar d’autant plus fort qu’il est incarné par le premier héros noir du studio.

Omar Sy, solaire, prête sa voix à Joe

Si dans sa version originale Joe est doublé par Jamie Foxx, il hérite de la voix grave d’Omar Sy dans sa version française. Une évidence. Solaire, l’acteur français insuffle une joie supplémentaire à un personnage qu’on soutient de bout en bout. Soul est presque philosophique, "spirituel" selon Ramzy Bédia qui donne vie avec brio à une sorte de Walker Texas Ranger chargé de sauver les âmes perdues. Camille Cottin complète cette distribution française diablement efficace, apportant tout le piquant nécessaire à une Âme 22 qui symbolise à elle seule tout le génie de l’animation du film.

Pixar parvient encore à mettre en image l’impossible en donnant un visage à un concept aussi impalpable que l’âme humaine. L’agitation de la ville de New York contraste avec le calme aérien du Grand Avant, où tous les assistants chargés d’encadrer les âmes s’appellent Michel. Un comique de répétition efficace qui fait beaucoup rire, à l’image d’un film beaucoup plus drôle qu’il n’y paraît. Oui, Soul parle du sens de la vie et du pourquoi de la mort. Mais toujours avec intelligence. De quoi permettre d’ouvrir des discussions sérieuses avec les plus jeunes à l’issue d’un visionnage essentiel en cette fin d’année bien compliquée.

>> Soul de Pete Docter et Kemp Powers, avec les voix françaises d'Omar Sy, Camille Cottin et Ramzy Bédia - disponible dès le 25 décembre sur Disney+

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Épidémie "préoccupante", restrictions locales : le gouvernement change de ton

EN DIRECT - Covid-19 : près de 32.000 nouveaux cas mercredi, du jamais vu depuis novembre

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Covid-19 : quels sont les départements où la situation est "très préoccupante" ?

Les patients hospitalisés pour Covid de plus en plus jeunes : comment l'expliquer ?

Lire et commenter