La saison 5 de "La Casa de Papel" cale au démarrage avant de lâcher les chevaux

La saison 5 de "La Casa de Papel" cale au démarrage avant de lâcher les chevaux

¡ JODER ! - Les braqueurs au masque de Dali renfilent leurs combinaisons rouges pour enfin clore une intrigue entamée il y a déjà deux ans. Sauf que la série retombe vite dans ses travers et étire son action inutilement dans un premier épisode plutôt décevant. Heureusement que le deuxième vient nous offrir tout ce qu’on attendait : de l’action, de l’action et encore de l’action !

Une ombre qui s’avance dans un couloir obscur. Sous sa capuche noire, Alicia Sierra progresse pas à pas dans la planque de l’homme le plus recherché d’Espagne. La Casa de Papel reprend exactement là où elle s’était arrêtée, en plein confinement il y a un peu plus d’un an. 

Sur l’image d’une policière revancharde lâchant un retentissant "échec et mat" au Professeur, provoquant frustration et colère chez des spectateurs coupés dans leur élan. Alors l’attente était forcément grande pour ceux qui depuis bientôt quatre ans suivent avec passion cette bande de braqueurs très attachants. 

Des flashbacks trop nombreux et trop précoces

De sa saison 5, la série espagnole ressuscitée par Netflix n’a souhaité dévoiler que deux épisodes à la presse. Un choix au final assez judicieux, qui permet de lancer plusieurs pistes sans jamais laisser entrevoir de portes de sortie pour nos héros qui sont, faut-il le rappeler, enfermés dans la Banque d’Espagne depuis la saison 3. Annoncée comme explosive, cette suite s’ouvre pourtant comme un pétard mouillé. Trop long, trop brouillon, le premier épisode est symptomatique d’un des plus gros défauts de La Casa de Papel qui a le don d’étirer son action inutilement. 

Les flashbacks sont nombreux, introduisant notamment le fils de Berlin et l’ancien fiancé de Tokyo. Mais leur arrivée aurait sans doute pu être remise à plus tard. Car tout ce que l’on souhaite, c’est voir ce petit monde se mettre en mouvement à l’instant présent. Ce premier épisode s’intitule "Au bout du rouleau", comme si les scénaristes aussi frôlaient l’épuisement. La saison 5 de La Casa de Papel cale brusquement d’emblée avant de se ressaisir façon fous du volant dans l’épisode suivant, décuplant la tension et offrant enfin les prémices d’un grand final agressif qui virera à la "guerre ouverte" avec des membres de l'armée aux méthodes peu réglementaires. Sauf que comme souvent dans la série, le danger vient d’abord de l’intérieur. De quoi assurer au public qu'il n'est pas au bout de ses surprises.

Lire aussi

>> La Casa de Papel, saison 5 - Partie 1 dès le 3 septembre sur Netflix, Partie 2 dès le 3 décembre

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.