Jean Tezenas du Montcel, héros de "Ninja Warrior" : "Je ne suis pas venu avec l’idée de faire le doublé"

Premier vainqueur français de "Ninja Warrior" lors de la saison 4, Jean Tezenas du Montcel a tenté à nouveau sa chance lors de la saison 5.

INTERVIEW – Premier concurrent français à être venu à bout du parcours de "Ninja Warrior", il peut devenir le premier au monde à remporter deux fois l’émission. Avant la finale, diffusée samedi à 21h05 sur TF1, l’ingénieur de 30 ans est descendu de ses obstacles pour répondre à nos questions.

L’exploit est à portée de main. Après cinq participations en cinq ans, autant de finales et une victoire, Jean Tezenas du Montcel a l’occasion d’inscrire davantage son nom au palmarès de "Ninja Warrior". Unique vainqueur français de l’émission, l’ingénieur passionné d’alpinisme de 30 ans tentera de conserver son titre lors de la finale de la saison 5 que TF1 diffuse ce samedi 30 janvier. 

L’émission ayant été enregistrée à la rentrée, on a bien tenté de lui faire avouer s’il avait réussi son défi. Évidemment sans succès. "La fin est encore meilleure à regarder que celle de la saison 4", promet celui que les téléspectateurs ont découvert dès le lancement du programme en France en 2016. Il fait avec LCI le bilan de son aventure.

Je suis déjà content d’être en finale, c’était mon objectif- Jean Tezenas du Montcel

Sur Instagram, rares sont les photos où vous avez le pied à terre. Il faut vivre la tête dans les nuages pour être un "Ninja Warrior" ?

Je suis quand même souvent par terre, c’est juste que je ne poste pas forcément sur Instagram les moments où je suis chez moi en train de faire ma lessive (il rit). On peut tenter l’aventure "Ninja Warrior" sans faire de sport mais on ne risque pas d’aller très loin. Je conseillerais de plutôt être sportif pour s’essayer à ce genre de parcours, surtout si on veut réussir.

 

Ce samedi, vous tenterez de devenir le premier au monde à remporter deux fois l’émission. Vous y pensez avant de débuter la finale ?

Absolument pas (il rit). Déjà, à aucun moment, je ne me suis dit que j’allais gagner la saison 4. Quand j’arrive sur la saison 5, je ne me dis pas "Cool, je vais faire le doublé" mais plutôt "J’y vais pour m’amuser et j’espère ne pas être trop ridicule". Je suis déjà content d’être en finale, c’était mon objectif. J’ai bien cru ne pas y arriver car Stéphane, mon adversaire de la demi-finale, était quand même très fort. J’essaie d’aller le plus loin possible et d’être au minimum à la hauteur des espérances que je peux avoir mais à aucun moment je me suis dit "Je suis parti pour le doublé"

En vidéo

"Ninja Warrior" du 16 janvier 2021 - Jean Tezenas du Montcel en 4 buzz

Vous avez participé à l’émission en Chine et aux cinq premières saisons en France. Les nouveaux obstacles de cette année ont-ils quand même réussi à vous surprendre ?

Oui, très honnêtement je n’en ai pas vu venir certains. Je regarde toujours ce qui se passe dans les autres pays avant la saison pour voir sur quoi je pourrais tomber. Mais en réalité, c’est la même chose pour tous les obstacles : tant qu’on ne les a pas essayés, on ne sait pas comment ça va se passer. Le seul moyen d’être sûr de soi, c’est d’avoir la main ou le pied dessus. On n’a jamais l’occasion de tester le parcours avant donc il faut le faire au feeling. C’est ça qui est intéressant dans ce jeu et qui fait que peu de gens aient réussi à aller au bout. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Jean Tezenas du Montcel (@jeantezenas)

Je me suis arraché un ligament dans le doigt pendant le premier confinement. C’est pour ça que j’ai toujours une bague à la main droite (...) Sans, je ne pouvais pas participer à l’émission- Jean Tezenas du Montcel

La saison 5 a été tournée à la rentrée et non au printemps en raison de la crise sanitaire, dans le strict respect des gestes barrières. Ce contexte a-t-il eu un impact sur votre préparation et votre état d’esprit ? 

Très honnêtement, ça n’a rien changé. C’est juste que l’eau était plus chaude et c’était très agréable (il rit). Les mesures Covid, avec le port du masque et un sens de circulation sur le plateau, n’ont pas changé grand-chose pour nous. C’était juste un peu lourd.

Le premier confinement vous a-t-il laissé plus de temps pour vous préparer physiquement ?

Alors en fait, je me suis blessé pendant le confinement... Je me suis arraché un ligament dans le doigt. Ça ne se voit pas trop mais c’est pour ça qu’en saison 5, j’ai toujours une bague à la main droite. Normalement je n’ai pas le droit d’avoir une bague mais là, c’était une bague thérapeutique. J’ai pu négocier pour la garder. Je l'ai imprimée en 3D et elle me tient le ligament. Sans, je ne pouvais pas participer à l’émission. Ça m'a beaucoup perturbé dans mes entraînements. Je me suis bousillé le doigt et ça a été un peu compliqué mais au moment où je suis revenu sur "Ninja", j'étais à peu près revenu à mon top niveau. 

On insiste beaucoup sur la performance physique mais devenir un "Ninja Warrior", c’est aussi une question de mental. Votre capacité de concentration, c’est votre meilleur atout ?

Oui, clairement je n'ai pas gagné la saison 4 et je n’ai pas été le meilleur de la saison 3 grâce à mon physique uniquement. Parce que les autres en face sont beaucoup plus forts que moi physiquement. Ce qui a fait la différence pour moi, c'est que j'essaie de limiter les erreurs. Je suis très concentré et j'ai une capacité de réflexion et de lecture sur les obstacles. Quand je me compare aux autres candidats, il y a des choses que j’arrive à faire et qu’ils n’arrivent pas à faire. Et inversement. 

Ce serait tentant de faire Koh-Lanta- Jean Tezenas du Montcel

Le casting pour la sixième saison est déjà ouvert. En tant que légende du programme, vous avez été inscrit automatiquement ?

Pour moi, ça ne se passe pas exactement comme ça. On en discute avec les personnes du casting et on voit en fonction. Avec le Covid, c’est un peu compliqué pour prévoir tout ça mais c’est possible que je revienne sur la saison 6.

Vous êtes désormais trop identifié par les téléspectateurs pour participer à "Koh-Lanta". Mais une édition all stars avec des célébrités, ça vous tenterait ?

(Il rit) "Koh-Lanta", c’est une des questions qui revient le plus de la part des personnes que je rencontre. J’en ai déjà parlé avec la production. Ça pourrait m’intéresser mais ce n’est pas moi qui décide (il rit). Je ne suis pas certain de pouvoir le faire. En fait, je ne connais pas bien l’émission. Le côté défi m’intéresse, être filmé tout le temps peut-être un peu moins mais je ne suis pas totalement fermé. Si on me le propose, la question est à étudier – all stars ou pas all stars parce que je ne me considère pas comme une star. Ce serait tentant de faire "Koh-Lanta". Bon, si je perdais 10 kilos je pense que je disparaîtrais parce que je ne suis pas gros de base… (il rit).

Lire aussi

Et une version all stars de "Ninja Warrior" avec les six autres gagnants mondiaux du programme ?

Ça pourrait être vraiment cool de faire ça mais pas uniquement avec les gagnants. Il y a aussi les candidats qui sont très forts mais qui n’ont pas été au bout du parcours. Je suis un peu déçu parce qu’il y a eu une version Europe vs USA et Europe vs Japon qui a été organisée aux États-Unis. Sauf qu’ils ont proposé à Thomas Hubener… J’aurais bien aimé le faire mais c’est comme ça ! Du coup, si je pouvais participer à quelque chose comme ça ce serait vraiment sympa.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Thomas Hubener (@thomashubener)

>> "Ninja Warrior : le parcours des héros" - la finale samedi 30 janvier dès 21h05 sur TF1

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EN DIRECT - Covid-19 : l'OMS appelle à cesser la vente de mammifères sauvages vivants sur les marchés

Covid-19 : la pandémie à un point "critique", alerte l'OMS

Lire et commenter