Alain-Fabien Delon dans "Sept à huit" : "L’AVC de mon père a ressoudé toute la famille"

TÉMOIGNAGES – Après l'accident qui a failli lui enlever son père, Alain-Fabien Delon nous parle de sa ressemblance physique et de son lien si fort à Alain Delon, victime d'un AVC il y a près de deux ans.

CONFIDENCES – Interviewé par Audrey Crespo-Mara ce dimanche, le fils d’Alain Delon confesse "avoir eu très peur de perdre" l’iconique acteur lors de son hospitalisation il y a bientôt deux ans.

Il le reconnaît aisément. Alain-Fabien Delon "n’a pas été facile". L’adolescent perturbateur a laissé place à un jeune homme de bientôt 27 ans qui aura rarement été aussi bien dans ses baskets. "Tourmenté, je ne le suis plus depuis longtemps", assure-t-il à Audrey Crespo-Mara qui dresse son portrait dans "Sept à huit" ce dimanche 14 mars. Un bonheur que le jeune homme a notamment retrouvé grâce à l’écriture. 

Avec un premier roman d’abord, publié en 2019. Puis avec un scénario, relatant la soirée organisée en 2011 dans l’appartement genevois de son père lors de laquelle une jeune femme a été grièvement blessée par balle. "À chaque ligne on se libère grandement du mal qui vous ronge. Parce que ça continue encore à me hanter", souligne-t-il.

Toute l'info sur

Sept à huit

La famille Delon assise dans l’hôpital par terre en train de pleurer à 2h du matin, je n’avais jamais vu. Et je n’aurais jamais cru le voir un jour- Alain-Fabien Delon

Les fantômes avec lesquels il a grandi ont revanche disparu. Enfin presque. De son père Alain Delon, Alain-Fabien a hérité d’un nom, d’une partie de son prénom mais aussi d’un physique. Ces traits carrés, ce regard intense et cette mèche légèrement orientée vers le côté. "De temps en temps, je me pose la question : c’est moi ou c’est lui ?", explique-t-il, notant qu’"avec l’âge, ça s’accentue". Une ressemblance "troublante" parce que "de temps en temps, vous vous perdez vous. Vous ne savez plus qui vous êtes. Si des fois je le vois en moi, ça peut me troubler", détaille-t-il.

Lire aussi

Entre le père et le fils, les rapports se sont tendus au fil des années. En mai 2019, Alain Delon n’invite d’ailleurs ni lui ni son aîné Anthony lorsque le Festival de Cannes l’honore avec une Palme spéciale pour l’ensemble de sa carrière. Mais un mois plus tard, la vie du clan bascule quand le patriarche est hospitalisé après un AVC. "La famille Delon assise dans l’hôpital par terre en train de pleurer à 2h du matin, je n’avais jamais vu. Et je n’aurais jamais cru le voir un jour. Ça nous a ressoudés", assure Alain-Fabien Delon. Le jeune homme raconte aussi ce moment où il a été "confronté à la réalité". Cette visite dans la chambre où "vous voyez cet homme qui est votre père, qui est relié à des machines et ça bipe". "J’ai eu très peur de le perdre. Ça fait de la peine de voir un homme qui toute ma vie m’a marqué de sa puissance (…).  Il incarne la montagne, le mur incassable. Et là, tout s’écroule. Je me suis senti comme un vrai gamin. Pour moi, il n’allait pas revenir. Je n’arrivais pas à m’imaginer autre chose", se souvient-il.

Aujourd’hui, il marche, il parle. Il pète la forme pour un mec de 86 ans- Alain-Fabien Delon sur son père

Depuis, sa relation avec son père "a radicalement changé". "Beaucoup moins houleuse, beaucoup plus ouverte et beaucoup plus agréable", dit-il. "Une relation père-fils plus ou moins normale" en somme. Près de deux ans après son AVC, Alain Delon "va très bien". "Il revient de loin. Il avait envie de vivre, il s’est vraiment battu pour s’en sortir. Aujourd’hui, il marche, il parle. Il pète la forme pour un mec de 86 ans", sourit son fils. 

Lui aussi comédien, il a récemment été à l’affiche de la série Grand Hotel sur TF1. Et il a bien conscience que sa carrière n’égalera pas celle de son illustre aîné. "À 27 ans, il était déjà beaucoup plus loin. Pour rattraper, il faudrait vraiment que je mette les bouchées doubles. Ce n’est pas possible. Être un acteur iconique comme Alain Delon, dont même une Kim Kardashian poste une photo en noir et blanc, ça n’arrivera jamais. Je ne vais pas me faire des films non plus dans ma tête", admet-il. Une leçon d’humilité que son père n’aurait pas reniée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : les États-Unis vont atteindre leur objectif de 200 millions d'injections cette semaine

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... Les dates à connaître pour les prochaines semaines

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

Vacances : les destinations les plus prisées pour cet été

Lire et commenter