Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

INTERVIEW – Chef de l’équipe jaune, Aurélien a été éliminé lors du 5e épisode de "Koh-Lanta : les armes secrètes" sur TF1. Une grosse déception pour celui qui avait pris son rôle à bras le corps, au point d’en énerver certains. Il s’est confié LCI, aussi cash que dans l’émission.

Coup de massue pour Aurélien, le pharmacien du Calvados. Trop sûr de lui, le chef des jaunes a été victime de la rébellion de Shanice, fatiguée par ses excès d’autorité, et du retournement de veste de Thomas, son fidèle lieutenant. À l'issue du conseil, il n'a d'ailleurs pas hésité à leur dire ses quatre vérités. Aussi direct que dans l'émission de TF1, il s'est confié à nous.

Cette élimination est-elle une surprise totale pour vous ? 

Je me doutais que le vent avait tourné avec Shanice. Après nos dernières discussions, je sentais que ça allait être problématique avec elle. Mais je ne pensais pas qu’elle allait parvenir à catalyser autant de forces autour d’elle. Là où elle a été maline, c’est qu’elle est allée dire à Vincent que j’avais évoqué son prénom. Ce qui fait qu’elle a tout de suite eu son adhésion. A ce niveau-là, j’ai sans doute faire une erreur…

Car ça se joue à une voix près !

Exactement. Je sais que je vais avoir l’air d’être fixé là-dessus, mais si je devais refaire le tour des votes, il y en a un qui me surprend plus que les autres, c’est celui de Thomas. C’est clairement celui pour qui je pourrais parler de trahison. J’avoue que c’est resté en travers de ma gorge. Il s’était beaucoup confié à moi pendant l’aventure, il m’avait parlé à cœur ouvert. Je l’avais écouté avec beaucoup d’attention. Je pensais même m’en être fait presque un ami, alors que je m’étais juré de ne pas le faire pendant l’aventure. Il m’avait juré qu’il ne voterait pas contre moi et c’est là où j’ai été bête parce que je l’ai cru. D’autant plus qu’il semblait vraiment sincère. C’est là qu’il a été fort. Alors que moi, j’ai vraiment occulté que Koh-Lanta, ça reste un jeu de dupes. J’étais trop focalisé sur le fait de faire manger ma tribu. Il s’en est excusé depuis, et il faut passer à autre chose. Mais c’est le vote qui m’a le plus surpris.

Si je devais refaire les choses, je leur passerais un peu plus la pommade, même si ce n’est pas dans ma nature. Après, on n’était pas là en classe verte ! - Aurélien

Vous avez donc aplani les choses depuis ? 

Oui, oui. Et j’espère que les réseaux sociaux ne vont pas s’abattre sur lui, parce qu’il ne le mérite pas. Ce n’est qu’un jeu, il n’y a pas mort d’homme. J’ai joué, j’ai perdu. 

Pour de nombreux téléspectateurs, votre façon d’être chef explique cette élimination. Est-ce que vous avez fait votre autocritique aussi à ce niveau ? 

Clairement. Dans toute façon de manager, il y a le fond, et il y a la forme. Sur le fond, je sais que j’ai raison sur à peu près tout ce que je leur dis. Après je pense que ce sont des gens qui n’ont pas l’habitude d’être bousculés. Quelqu’un qui leur dit les choses de manière assez "cash", ils ont peut-être du mal avec ça. Si je devais refaire les choses, je leur passerais un peu plus la pommade, même si ce n’est pas dans ma nature. Après, on n’était pas là en classe verte ! C’est de la survie, il faut se bouger. Or lorsqu’on voit leur efficacité sur le camp, c’est doucement le matin et pas trop vite l’après-midi. Et ça me gonflait un petit peu ! (Rires)

Quand je suis sous l’eau, avec les pieds de mes petits camarades dans la tronche pendant que je me balade avec le sac de 100 kilos sur le dos, je fulmine !- Aurélien

Six mois après, je vois que vous êtes toujours aussi cash !

Bien sûr ! Je n’ai pas changé parce que je n’ai pas joué un rôle. Peut-être que j’aurais dû atténuer ce côté-là. Mais moi? j’aime lorsque ça va de l’avant. Quand c’est dynamique et quand tout le monde se donne. J’ai un peu ce côté militaire qui ne plaît pas à certains parce qu’ils ont peut-être l’habitude d’être cocoonés, je n’en sais rien. Mais sur le fond, j’avais juste.

Quand vous leur dites qu’il n’y a "pas de cerveaux" dans l’équipe, vous y allez quand même un peu fort. Vous ne pensez pas que ça va être blessant ? 

Mais non parce que je suis tellement dans la spontanéité que ça ne me traverse pas trop l’esprit à ce moment-là. Quand je suis sous l’eau, avec les pieds de mes petits camarades dans la tronche pendant que je me balade avec le sac de 100 kilos sur le dos, je fulmine ! Alors oui, j’aurais dû arrondir un peu les angles. Mais à partir du moment où vous êtes chef, votre position est très compliquée. Regardez Laetitia qui était co-cheffe avec moi. Au début, on lui reprochait de ne pas assez s’investir et on la menaçait de voter contre elle parce qu’elle n’assumait pas son rôle. Ou alors on vous trouve trop directif et on veut vous éliminer parce que vous êtes trop cash… C’est une situation où, quoi qu’il arrive, on ne peut pas plaire à tout le monde.

En temps normal, j’arrive un petit peu plus à amender les choses. Je ne peux pas dire à mes employés : 'Ben là, vous ne réfléchissez pas !'- Aurélien

Assumer le rôle de chef, c’est une seconde nature chez vous ? 

Oui et non. C’est vrai que dans les groupes, souvent, quand il y a besoin de prendre des décisions, on se repose un peu sur les mêmes et ça devient une habitude. Moi, je le fais au quotidien avec une dizaine de personnes et c’est pour ça que c’était assez naturel à Koh-Lanta.

Mais ça se passe toujours bien ? Vous êtes parfois confronté des résistances comme dans Koh-Lanta

Ce qui est très agréable dans mon job, c’est que je ne subis pas la faim, je ne subis pas la fatigue, je ne subis pas les épreuves physiques. En temps normal, j’arrive un petit peu plus à amender les choses. Je ne peux pas dire à mes employés : "Ben là, vous ne réfléchissez pas !". Ou alors en le formulant différemment. Disons que là, j’étais aussi cash que je peux l’être avec mes amis, des groupes de gens que je connais depuis des années.

Lire aussi

En partant, vous leur dites clairement qu’ils vont le regretter. Là aussi vous n’allez pas un peu trop loin ? 

Ah non ! Pas du tout. C’est assez réfléchi. Certes, je parle rapidement. Mais je me dis qu’en perdant leur tête pensante, ça risque de tirailler entre eux parce que si vous regardez bien, ça se joue à une voix près. Il n’y a pas d’unité chez eux. Et puis il ne faut pas oublier que je peux tout à fait revenir dans l’épisode d’après (en cas de blessure d’un autre candidat – ndlr) et là ça peut complètement modifier les choses !

Pour finir Aurélien, je vais vous demander de noter votre aventure sur 10…

6,5 ! Parce que je n’ai pas réussi à avoir ce côté vraiment fédérateur. Non pas dans ce que je pouvais apporter, mais dans le fait de donner l’envie de me suivre. Sur les épreuves, je pense que j’ai montré que j’en avais sous la pédale. Sur le camp, je me suis découvert une véritable âme d’aventurier. J’ai adoré ça. Mon seul regret, c’est de ne pas avoir joué ma partie de talisman. Mais bon, il faut aller savoir aller de l’avant… 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Un morceau de fusée chinoise continue sa chute vers la Terre, sans que l'on sache sa destination

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation poursuit sa baisse

Avignon : qui était le policier abattu ?

Nick Kamen, l'ex-protégé de Madonna, est mort à 59 ans

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.