Menacée de mort sur les réseaux sociaux, Christelle de "Koh-Lanta" porte plainte

Menacée de mort sur les réseaux sociaux, Christelle de "Koh-Lanta" porte plainte

JUSTICE – Accusée d’avoir dénoncé la tricherie de Teheiura, le candidat de "Koh-Lanta : La Légende" évincé par la production, Christelle Gauzet a décidé de porter plainte suite aux messages de haine qu’elle reçoit sur les réseaux sociaux.

Elle dit stop. Candidate de la saison de "Koh-Lanta" en cours de diffusion sur TF1, Christelle Gauzet est la cible d’attaques violentes sur les réseaux sociaux. "Des sympathisants de Teheiura m’ont menacée de mort", explique-t-elle ce vendredi au Parisien. "Je ne peux pas laisser passer ça. Je suis allée déposer plainte mercredi, j’espère qu’on les retrouvera et qu’il y aura une réponse pénale."

Pour Christelle Gauzet, ces attaques seraient en grande partie liées à la diffusion de l’émission "Touche pas à mon poste" sur C8, le 10 novembre dernier. L’un des chroniqueurs y a en effet avancé que c’est elle qui aurait dénoncé Teheiura, coupable de s’être alimenté en secret avec l’aide de pêcheurs locaux. Une infraction au règlement qui a conduit à son départ de l’émission. "Mon nom a été donné sur la tricherie de Teheiura en disant, en gros, que c’était moi la balance", raconte la candidate au quotidien.

Elle reçoit le soutien de la production

Cette version des faits a été démentie par la société de production ALP en début de semaine. "Aucun aventurier n'a dénoncé Teheuira sur le fait qu'il ait reçu de la nourriture sur la camp", a-t-elle écrit dans un communiqué publié sur les réseaux. "Teheiura a avoué seul son moment d'égarement. Aucun événement lié à ce jeu ne donne le droit à l'envoi d'injures, de menaces et de messages haineux. Nous dénonçons fermement ce genre de comportement et conseillons aux aventuriers à déposer plainte."

Lire aussi

Christelle n’est pas la première candidate à porter plainte après la diffusion de messages haineux depuis le début de la saison. "Je suis quelqu’un d’assez fort, j’ai vécu des choses et je peux encaisser toutes les choses que je reçois", nous expliquait Coumba début novembre. "Mais si des gens plus faibles recevaient ne serait-ce que 10% de ces messages, il y aurait des suicides en masse ! Si je porte plainte, c’est pour tous les jeunes collégiens, les lycéens qui sont harcelés sur les réseaux."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - L'insuffisance de la vaccination et du dépistage est un "cocktail toxique", selon l'OMS

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.