"La pire expérience de ma vie !" : Karima choquée par son élimination de "Koh-Lanta"

"La pire expérience de ma vie !" : Karima choquée par son élimination de "Koh-Lanta"

INTERVIEW – L’épisode 4 de "Koh-Lanta : la légende" a été marqué par le départ de Karima, éliminée sur l’arène de l’île des bannis face à Maxime et Ugo. Une terrible désillusion pour cette militaire au caractère bien trempé.

Elle n’a toujours pas digéré. C’est une Karima amère qui nous a confié sa déception après son départ prématuré de "Koh-Lanta : la légende". Mardi soir, elle a été devancée par Maxime et Ugo dans l’arène de l’île des bannis et ne retrouvera pas les rivales qui l’avaient éliminée lors du conseil. Très remontée, la militaire n’accepte pas non plus le montage qui a été fait de son aventure par la production du jeu d’aventure de TF1.

Karima, on vous a senti très affectée par votre élimination après l'épreuve sur l’île des bannis. C’est encore une grosse déception ? 

C’est une déception, oui. Quand on refait "Koh-Lanta", c’est pour aller plus loin que la première fois. 

Avant de partir, vous dites que vous n’avez pas le droit à l’erreur. Vous parlez de Koh-Lanta ou de la vie de tous les jours ? 

De la vie de tous les jours. C’est le résultat de plein de choses : je me suis toujours interdit l’erreur, même si je sais que ça fait partie de la vie. Tout ce que je fais, je le fais avec passion. Dans ma tête, il y a toujours cette citation : "viser l’excellence pour être moyenne et non pas la moyenne pour être insuffisante". 

Cette vision de la vie, c’est quelque chose qui vient de votre éducation ? 

Disons que nos routes ne sont pas tracées à l’avance. Moi j’ai appris que dans la vie, c’est en travaillant dur qu’on obtient ce qu’on veut. Et que pour atteindre nos objectifs, il faut parfois s’armer de patience, quelle que soit la difficulté pour les atteindre.

Je me suis livrée, j’ai raconté des choses personnelles, même si on n’a pas vu les images. Je ne vois pas vraiment où est l’agressivité qu’on me reproche- Karima

Pensez-vous que cette détermination a pu faire peur aux autres candidats, et en particulier aux filles qui vous ont éliminé au conseil ? 

Je pense que c’est un manque de maturité de la part de certaines filles. Parce que je me suis très bien entendue avec Jade, avec Christelle, avec Coumba. Je ne pense pas avoir fait peur à 100% des candidates. Mais certaines ont une forme de fragilité quand on leur parle. Et m’opposer mon attitude, c’est peut-être une façon d’éliminer une concurrente. Mais c’est un peu facile de cataloguer les gens qui ont un métier comme le mien, un métier qui dégage quelque chose d’un peu "strict". Vous savez j’ai voulu refaire ce Koh-Lanta en m’ouvrant un peu plus, ce que je n’ai pas fait durant ma première aventure. Je me suis livrée, j’ai raconté des choses personnelles, même si on n’a pas vu les images. Je ne vois pas vraiment où est l’agressivité qu’on me reproche. Vous le verrez en parlant à Jade ou Christelle : je n’ai jamais été aussi ouverte que dans ce "Koh-Lanta".

S’ouvrir, c’est louable. Mais ne faut-il pas être un peu joueur, charmeur voire manipulateur pour avancer dans "Koh-Lanta" ?

Vous résumez bien les choses. Mais je n’arrive pas à être comme ça. Et puis lorsqu’on est sélectionné dans cette aventure, c’est pour être ce qu’on est. Or moi je ne me vois pas caresser les gens dans le sens du poil. Au contraire. Moi je parle avec les gens parce que j’aime l’être humain, parce que j’aime partager des choses. Je ne suis pas comédienne. Et si j’étais émue, c’est lorsque j’ai entendu certaines dire : "J’ai peur de ton caractère ». Mais tu ne me connais pas ! Je n’ai rien dit, rien fait contre les autres. J’ai l’impression de voir des fils qui ne se rejoignent pas. Comment ai-je pu arriver à ça ? Je ne comprends pas.

Sur Twitter, vous avez publié une vidéo où vous critiquez le montage de l’émission. Vous lui reprochez de ne pas avoir gardé des moments qui auraient donné une image plus souriante de votre aventure, c’est bien ça ? 

J’ai partagé tellement de choses inoubliables durant ce "Koh-Lanta". Quand je suis revenue en France, j’en ai parlé avec mon mari. Ok, certaines n’ont pas été très cool, mais j’ai aussi vécu des moments extraordinaires, avec certaines filles ou avec Ugo sur l’île des bannis. Je ne suis pas que celle qui tire la tronche à chaque fois ! C’est faux. Les images ne sont pas inventées, bien sûr qu’il y a eu des séquences tendues. Mais moi je n’ai pas été tendue ! Et j’aurais aussi aimé partager le positif avec mes proches, avec ma fille… Je ne suis pas quelqu’un d’aigrie. Je rigole tout le temps. Mais j’ai été un peu surprise parce que je ne me reconnais pas.

Êtes-vous malgré toute contente d’avoir fait ce "Koh-Lanta" ? 

On est toujours content d’avoir été sélectionné parmi des centaines d’aventuriers pour les 20 ans de cette émission. Maintenant je ne vous cache pas que ça a été une des pires expériences de ma vie. Partir aussi tôt, ça fait mal. J’aurais aimé partager cette saison avec certains aventuriers extraordinaires, chez les hommes et chez les femmes. J’ai un sentiment d’inachevé.

Lire aussi

Refaire un "Koh-Lanta", ça pourrait atténuer la déception ? Ou vous l’excluez d’emblée ? 

Sincèrement, je ne sais pas. Je me dis que dans la vie, il ne faut pas être trop gourmand. J’ai fait deux aventures, elles ne sont pas les mêmes. Ce sont des expériences de vie et je préfère positiver comme ça. Mais je vous avoue que revoir ces images, ça fait mal. Quand je vois les réseaux sociaux, ça fait mal aussi même s’il y aussi énormément de gens qui me soutiennent. Je ne vais pas faire ma Calimero, mais j’ai l’impression d’être incomprise. 

Vous allez quand même regarder jusqu’au bout ?

Bien sûr que je vais regarder jusqu’au bout ! Il y a des aventuriers extraordinaires dans cette saisons et je ne boycotte pas ce Koh-Lanta, non. Parce que je suis quand même honorée d’en avoir fait partie.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : Wejdene éliminée, Bilal Hassani arrive en tête du classement

Rémy Daillet, figure des milieux complotistes, mis en examen pour association de malfaiteurs terroristes

EN DIRECT - Covid-19 : le taux d'incidence remonte en Allemagne, pour atteindre son niveau de mai

Grève à la SNCF : 8 trains sur 10 sur la ligne TGV Atlantique ce samedi

Drogue au volant : l'étau se resserre sur les fumeurs de cannabis

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.