Etats-Unis : le chanteur R. Kelly jugé coupable d'exploitation sexuelle de mineurs

Le chanteur R.Kelly

JUSTICE - Connu notamment pour son tube mondial "I Believe I Can Fly", l'ancienne star du R&B R. Kelly a été condamné pour avoir commis des crimes sexuels notamment sur des mineurs. Les faits auraient duré une vingtaine d'années.

Il avait été rattrapé par l'ère MeToo. Lundi, l'ex-star du R&B R. Kelly a été reconnu coupable d'avoir dirigé pendant des années un "système" d'exploitation sexuelle de jeunes, dont des mineures. Les jurés ont repris dans leur verdict l'ensemble des neuf chefs d'accusation qui lui étaient reprochés, dont ceux d'extorsion, d'exploitation sexuelle de mineur, d'enlèvement, de corruption et de travail forcé.

Le tribunal de New York a déclaré que Robert Kelly, son nom à la ville, punissait, parfois "violemment" ses victimes, les gardait "dociles" et "silencieuses", "les faisant chanter" notamment avec des informations des photos et vidéos qu'il avait enregistrées.

Les faits ont débuté en 1994 et se seraient prolongés jusqu'en 2018. 

Ce verdict intervient au terme de six semaines de procès éprouvantes. Un enchaînement de témoignages de femmes, de jeunes filles et de garçons face à un accusé qui a toujours nié ces accusations et qualifié d'"immobile" et de "mutique" par la presse américaine tout au long de la procédure.

Un "prédateur" présumé de longue date

Par le passé, celui qui est derrière le tube planétaire "I Believe I Can Fly" (sorti en 1996) avait été jugé, puis acquitté, dans une affaire d'images pédopornographiques. En 1994, le chanteur avait déjà scandalisé lors de son mariage illégal avec la chanteuse de R&B Aaliyah, alors qu'elle n'avait que 15 ans. Entre temps, la vague de dénonciation des violences faites aux femmes portées par le hashtag #MeToo a encouragé une partie des victimes du chanteur à se faire connaître auprès de la justice américaine. 

Les allégations contre lui ont ensuite trouvé un écho auprès du grand public par l'intermédiaire du documentaire "Surviving R Kelly", diffusé en 2019, qui explorait le système qui aurait été mis en place autour du chanteur pour faire taire ses victimes. Il avait été arrêté plusieurs mois après.

Lire aussi

Depuis lors, ce procès était l'un des plus attendus aux Etats-Unis. "Je pratique le droit depuis 47 ans. Pendant ce temps, j'ai poursuivi de nombreux prédateurs sexuels qui ont commis des crimes contre des femmes et des enfants. De tous les prédateurs que j'ai poursuivis, M. Kelly est le pire", a commenté l'avocate des victimes Gloria Allred, qui a par ailleurs travaillé sur les procès de Harvey Weinstein et Jeffrey Epstein.

Selon l'un de ses avocats, le chanteur, qui a été placé en détention provisoire, envisagerait de faire appel du verdict. Il devra encore attendre jusqu'au 4 mai 2022, date de la décision sur la sanction pénale qui lui sera imposée. Il encourt la prison à vie.  

Ce n'est pas le seul procès auquel est confronté le chanteur, qui a plaidé "non coupable" dans deux autres scandales sexuels dans l'Illinois et le Minnesota. Les dates de ces procès ne sont pas encore connues.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

VIDÉO - Vladimir Poutine, père d'une fille cachée de 18 ans ?

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.