"Raya et le dernier dragon" : l’héroïne Disney qu’on aurait aimé voir au cinéma

"Raya et le dernier dragon", film d'animation Disney, est disponible dès le 4 juin 2021 sur la plateforme Disney+.

GIRL POWER - Privé de sortie en salles par la crise sanitaire, le dernier film d’animation des studios Disney arrive sur Disney+ ce vendredi 4 juin. Une belle aventure portée par une jeune guerrière qui n’a pas peur de grand-chose, dans un royaume imaginaire d’Asie du Sud-Est.

Ne dites surtout pas d’elle qu’elle n’est qu’une princesse. Elle se présente d’emblée comme "une aventurière solitaire" évoluant dans "un monde de désolation". Première héroïne Disney originaire d’Asie du Sud-Est, Raya partage la hargne de Mulan et la malice de Vaiana. Et dispose d’une rage de vaincre à toutes épreuves.

Alors quand la force maléfique qui a détruit l’harmonie de son royaume de Kumandra réapparaît 500 ans plus tard, la jeune guerrière n’hésite pas une seconde à se mettre en ordre de bataille. C’est seule qu’elle part en quête du dernier dragon, unique être capable d'aider à rétablir la paix. 

Un hommage aux différentes cultures de l'Asie du Sud-Est

Dernier-né des studios d’animation Disney, Raya et le dernier dragon entraîne le spectateur dans une épopée aussi rythmée que rocambolesque aux quatre coins d’un somptueux territoire imaginaire. Visuellement, c’est un sans-faute. Aucun des cinq territoires du Kumandra ne ressemble à un autre. Un paysage désertique succède à une flore luxuriante et à une autre terre entourée d’eau. Et chacun est peuplé par sa propre ethnie, comme pour capturer au mieux les différentes essences de l’Asie du Sud-Est. Des décors aux traditions, en passant par les costumes et les musiques. Les équipes artistiques du film ont été puiser leur inspiration au Laos, en Indonésie, en Thaïlande, au Vietnam, au Cambodge, en Malaisie et à Singapour.

"Le public doit s’attendre à être surpris. C’est une aventure fantastique, bien sûr, mais c’est bien plus que ça", souligne dans les notes de production Carlos López Estrada, qui co-réalise le film avec Don Hall (Les nouveaux héros). Raya et le dernier dragon fait évoluer sa drôle de galerie de personnages dans un univers où les combats d’arts martiaux se mêlent à de savoureux dialogues. Le dragon Sisu, doublé par une Géraldine Nakache hilarante, mériterait même de voir son nom figurer dans le titre. Aussi attachante qu’imprévisible, la créature mythique apporte à l’ensemble la dose d’humour idéale.

Dans sa quête, Raya réapprend peu à peu à faire confiance aux autres et retrouve foi dans un vivre-ensemble qu’elle croyait à jamais disparu. Un message plus actuel que jamais qui apporte son lot d’émotions à un film fier de mettre en avant des héroïnes au fort tempérament. De quoi nous faire regretter la sortie directement sur Disney+ d’une œuvre qui aurait trouvé toute sa place sur grand écran…

Lire aussi

>> Raya et le dernier dragon, avec les voix de Géraldine Nakache, Anggun et Frédéric Chaud – disponible depuis le 4 juin sur Disney+

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Euro : le calendrier détaillé des retransmissions TV de tous les matchs

Un prix Pulitzer spécial pour Darnella Frazier, qui avait filmé le meurtre de George Floyd

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.