Retardé par la pandémie, le procès de R. Kelly pour trafic sexuel s’ouvre enfin à New York

Retardé par la pandémie, le procès de R. Kelly pour trafic sexuel s’ouvre enfin à New York

JUSTICE – Emprisonné depuis l’été 2019, le chanteur américain de 54 ans comparaît devant le tribunal de Brooklyn pour exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé. La sélection des jurés démarre ce lundi 9 août avant l’audition de premiers témoins la semaine prochaine.

Il a plaidé non coupable de toutes les charges qui pèsent contre lui. Retardé de plus d’un an par la pandémie, le procès du chanteur R. Kelly s’ouvre enfin ce lundi 9 août avec la sélection de douze jurés et six remplaçants. Des centaines de jurés potentiels étaient attendus devant le tribunal fédéral de Brooklyn, selon CNN qui rapporte que les personnes choisies seront le seul public autorisé à assister aux audiences.

La presse pourra suivre les débats en vidéo depuis une autre pièce. Une décision prise pour limiter les risques face au variant Delta. Mais aussi peut-être pour calmer l'intérêt médiatique autour d’une affaire retentissante qui s’étend sur plus de 25 ans.

Des jeunes fans recrutées lors de ses concerts

R. Kelly comparaît notamment pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé sur une période allant de 1994 à 2018. Le New York Times évoque le cas de cinq femmes anonymes, dont trois étaient mineures au moment des faits. L’une d’entre elles, nommée Jane Doe #1 dans le dossier, pourrait être la chanteuse Aaliyah, tuée il y a 20 ans dans un crash d’avion à l’âge de 22 ans. L’interprète de "I Believe I Can Fly" est accusé d’avoir corrompu un fonctionnaire de l’État de l’Illinois en 1994 pour obtenir de faux papiers et épouser sa protégée qui n’avait que 15 ans. Le mariage avait finalement été annulé.

L'acte d'accusation détaille également le mode opératoire de R. Kelly. Ou comment son entourage recrutait des jeunes filles lors de ses concerts et les préparait à avoir des relations sexuelles avec la star. Certaines étaient ensuite enfermées dans des chambres d’hôtel, "parfois sans manger pendant des jours". On leur demandait de porter des vêtements amples quand elles n'étaient pas avec lui, de "garder la tête basse" et de l'appeler "daddy". Un jeune homme, âgé de 17 ans au moment de son agression, devrait aussi s’exprimer au tribunal contre le chanteur d’après CNN.

Lire aussi

Autant de témoignages rendus possibles grâce à ceux d’autres victimes présumées de R. Kelly. Après une enquête édifiante de BuzzFeed en 2017 qui mettait au jour la secte sexuelle que menait le chanteur, le documentaire Surviving R. Kelly en janvier 2019 a fini de libérer la parole. Dans la foulée, la star a été inculpée par deux fois à Chicago et une autre fois à New York – avant d’être incarcérée en juin de la même année.

C’est la deuxième fois que R. Kelly se retrouve face à la justice. En 2008, il avait été acquitté alors qu’il était accusé de pédopornographie. Mais le climat n’est plus le même aujourd’hui, assure à l’AFP Kenyette Barnes qui a cofondé le mouvement #MuteRKelly ("Faites taire R. Kelly"). "Il y a cet effort concerté pour défaire la poupée gigogne que représente Robert Kelly", affirme-t-elle. "Le temps est venu pour les survivantes (...). Il a fait du mal à trop de jeunes femmes et de jeunes filles tout au long de sa vie, et a évité de rendre des comptes. Et il est temps que ce règne prenne fin." 

Le procès, aussi fort en symboles que celui du producteur Harvey Weinstein dans un monde post-#MeToo, pourrait durer entre six et huit semaines. Le chanteur encourt jusqu’à 20 ans de prison. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques chirurgicaux : pourquoi il ne faut pas s'en débarrasser

Relations Russie-Otan très tendues : que se passe-t-il entre Moscou et l'Alliance atlantique ?

Covid-19 : hospitalisations, taux d'incidence... faut-il s'inquiéter du léger rebond des indicateurs ?

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

"Squid Game" : faut-il vraiment craindre un phénomène d'imitation dans les cours d'école ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.