REVIVEZ - César 2021 : Absent, Albert Dupontel triomphe avec 7 trophées pour "Adieu les cons"

REVIVEZ - César 2021 : Absent, Albert Dupontel triomphe avec 7 trophées pour "Adieu les cons"

RÉCOMPENSES - La 46e cérémonie des César se tenait ce vendredi 12 mars à l'Olympia à Paris. Une édition marquée par le sacre de "Adieu les cons", la comédie d'Albert Dupontel qui a décroché 7 trophées dont celui du meilleur film et de la meilleure réalisation. L'épilogue d'une soirée marquée par de multiples piques au gouvernement alors que les salles restent fermées depuis le 30 octobre.

C'est une cérémonie des César pas tout à fait comme les autres que la comédienne Marina Foïs a animé ce vendredi depuis l'Olympia, à Paris. Si de nombreuses personnalités du cinéma français avaient fait le déplacement, le grand gagnant est resté chez lui. Allergique aux cérémonie de remises de prix, Albert Dupontel a en effet triomphé depuis son salon avec "Adieu les cons", son irrésistible comédie qui a décroché 7 trophées dont celui du meilleur film, de la meilleure réalisation et du meilleur scénario original ainsi que le César des lycéens. 

Sortie seulement dix jours en octobre dernier, le film avait réalisé un démarrage fulgurant avec plus de 700.000 entrées. Parmi les autres lauréats de la soirée on retiendra Laure Calamy, désignée meilleure actrice pour "Antoinette dans les Cévennes", la comédie champêtre qui a cartonné entre les deux confinements. Sami Bouajila meilleur acteur pour "Un fils", 13 ans après avoir remporté le César du meilleur second rôle masculin pour "Les Témoins" d'André Téchiné.

Complice d'Albert Dupontel depuis ses débuts, Nicolas Marié a reçu le César du meilleur second rôle masculin pour Adieu les cons tandis que Emilie Dequenne a obtenu celui du meilleur second rôle féminin pour Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait. C'est la seule récompense pour le film d'Emmanuel Mouret, qui faisait figure de favori avec 13 nominations.

Marina Foïs tacle Roselyne Bachelot

Au cours de la soirée, la grande famille du cinéma français n'a pas épargné le gouvernement et la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, taclée d'entrée par la maîtresse de cérémonie Marina Foïs au sujet d'un livre de cuisine "disponible à 18 euros en pré-commande sur Amazon" et intitulé "La vie en rose".

Quelques minutes plus tard, le service de presse de la ministre démentait l'information dans un communiqué. "Aucun livre de la ministre ne va sortir, son éditeur doit faire diligence vis-à-vis des plateformes sur lesquelles il est annoncé depuis des mois, ça n'est pas dans nos mains. Ma vie en rose n'est pas écrit et ne le sera pas", peut-on lire.

L'autre scène marquante de la soirée, c'est le happening de la comédienne Corinne Masiero. Venue remettre le César des meilleurs costumes, la star de la série Capitaine Marleau a progressivement retiré sa tenue de Peau d'âne puis sa robe de soirée "à la Carrie au bal du diable" avant de se mettre dans le plus simple appareil façon "Qui veut la peau de Roger l'intermittent", dévoilant l'inscription "No Culture No Futur" sur sa poitrine. Difficile de faire plus explicite.

La troupe du Splendid, 40 ans après

Dans un registre tout aussi politique, Jean-Pascal Zadi, acteur et réalisateur de "Tout simplement noir", a rendu hommage à Adama Traoré et Michel Zecler dans son discours de remerciements pour le César de la révélation masculine. "On peut se demander si notre humanité compte lorsque l'esclavage a été retenu comme crime contre l'humanité en 2001 et qu'aujourd'hui, dans l'espace public, certaines personnes qui ont activement participé aux crimes contre l'humanité sont glorifiées par des statues", s'est-il interrogé.

Des sorties engagées qui ont relégué au second plan le César d'honneur remis à la troupe du Splendid. 40 ans après leurs débuts au théâtre, Christian Clavier, Gérard Jugnot, Thierry Lhermitte, Michel Blanc, Josiane Balasko, Marie-Anne Chazel et Bruno Moynot ont reçu une standing ovation. 

Si le coussin péteur de Josiane Balasko n'a guère fait recette, Gérard Jugnot s'est fendu de la punchline la plus judicieuse de la soirée : "Je veux remercier la chance, le destin, Dieu peut-être, d'avoir rencontré ces crétins. Parce que depuis 50 ans, nous sommes cas contacts".

En vidéo

VIDEO LCI PLAY - En aparté avec Albert Dupontel

>> Et aussi

 Ecoutez Albert Dupontel nous parler de "Adieu les cons" dans le podcast "Le cinéma, c'est la vie en mieux"

>> Téléchargez cet épisode sur ApplePodcasts ici

>> Ecoutez-le en streaming sur sur Spotify ici

>> Ecoutez-le en streaming sur Deezer ici

Live

LA PROVOC DE MASIERO


"C'est trop trash, Peau d'âne. On ne va pas se mentir, qui va financer Peau d'âne aujourd'hui ?", a lancé la comédienne Corinne Masiero, venue remettre le César des meilleurs costumes. "J'ai bien un autre costume", a-t-elle ensuite prévenue avant de se mettre nue pour dénoncer la situation des intermittents.

BYE BYE


C'est la fin de ce direct consacré à la 46e cérémonie de César. On vous souhaite une bonne soirée et on espère, comme vous, pouvoir bientôt retourner au cinéma pour (re)découvrir les lauréats de la soirée. Et tous les films qui attendent avec impatience la réouverture des salles...

L'INTERVIEW


Grand vainqueur de la 46e cérémonie des César avec "Adieu les cons", Albert Dupontel s'était confié à LCI avant la sortie du film en octobre dernier....

MEILLEUR FILM


Le César est attribué à "Adieu les cons" de Albert Dupontel. C'est le 7e trophée de la soirée pour le film, le premier dans cette catégorie pour son auteur. En son absence, la productrice Catherine Bozorgan, l'actrice Virginie Efira et toute l'équipe montent sur scène.


Sortie le 21 octobre, cette comédie corrosive est restée dix jours à l'écran après avoir attiré plus de 700.000 spectateurs dans les salles. Albert Dupontel y incarne un cadre qui après avoir raté son suicide, vient en aide à une coiffeuse qui a décidé de retrouver son fils né sous X, après avoir appris qu'elle était atteinte d'une maladie incurable.


A la fois tragique, drôle et tendre, Adieu les cons porte la patte de son auteur, trublion majeur du cinéma français depuis Bernie en 1997. S'il déteste recevoir des prix, sa collection est désormais bien remplie puisqu'il avait déjà décroché le César du scénario original pour Neuf mois ferme et celui de la meilleure réalisation et de la meilleure adaptation avec Pierre Lemaître pour Au revoir là-haut.

MEILLEURE REALISATION


Le César est attribué à Albert Dupontel pour "Adieu les cons". C'est le sixième trophée de la soirée pour le film, le deuxième dans cette catégorie pour le cinéaste, après celui qu'il avait décroché pour "Au revoir là-haut" en 2018. "Nous ne comprenons pas la politique du gouvernement", déclare sur scène la productrice Catherine Bozorgan, regrettant que la France soit l'un des rares pays à ne pas donner de perspective pour la réouverture des salles de cinéma.

MEILLEURE ACTRICE


Le César est attribué à Laure Calamy dans "Antoinette dans les Cévennes". Une récompense méritée pour la pétillante interprète de la comédie de Caroline Vignal qui a crée la surprise en salles entre les deux confinements. Elle y incarne une femme qui décide de rejoindre son amant parti marcher en montagne avec femme et enfant. Sur sa route, elle va croiser Patrick, un âne pas tout à fait comme les autres...


"Je voulais remercier mon ami "Paul Emploi", qui m'a soutenu pendant toutes ces années. Du moins, quand je pouvais lui ramener suffisamment d'heures. Sans son ton existence, beaucoup de projets que j'ai fait n'auraient pas forcément vu le jour. C'est une subvention indirecte aux artistes", a estimé la comédienne, très émue. 

MEILLEUR ACTEUR


Le César est attribué à Sami Bouajila dans "Un fils". L'histoire de Farès, un chef d'entreprise tunisien dont le fils est grièvement blessé lors d'une embuscade terroriste. En 2008, l'acteur avait été récompensé du César du meilleur second rôle masculin pour "Les Témoins" d'André Téchiné. Joli hasard, il succède au palmarès à Roschdy Zem, son partenaire dans "Indigènes" qui l'avait dirigé en 2011 dans "Omar m'a tuer".


"J'ai souvent l'impression que les rôles nous choisissent plus qu'on ne les choisit", explique l'acteur sur la scène de l'Olympia. "On a tourné le film dans le désert de Tataouine, à quelques kilomètres de la frontière libyenne. Là où dans les années 1940, mon père alors âgé d'une dizaine d'années, traversait clandestinement cette même frontière avec son père pour rejoindre le village de mon grand père, que je n'ai jamais connu."

VU DE TWITTER

VU DE TWITTER

VU DE TWITTER

MEILLEUR FILM ETRANGER


Le César est attribué au Danois Thomas Vinterberg pour "Drunk", avec Mads Mikkelsen. L'histoire de quatre amis qui décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait, dès la naissance, un déficit d’alcool dans le sang. Mais bien vite, la situation devient hors de contrôle. 


Sorti en octobre dernier, le film a réuni plus de 200.000 spectateurs. Candidat à l'Oscar du meilleur film international, il ressortira en France à la réouverture des salles a annoncé sa distributrice en venant recevoir le trophée.

REVIVEZ


Corinne Masiero a surpris l'Olympia (et les téléspectateurs) en quittant son costume de peau d'âne pour se retrouver entièrement nue. Regardez...

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE


Le César est attribué à Emilie Dequenne pour "Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait". Elle y incarne l'épouse trompée du personnage interprétée par Vincent Macaigne. C'est seulement la première récompense pour le film d'Emmanuel Mouret, qui avait reçu 13 nominations.

MEILLEUR MONTAGE


Il est attribué à Tina Baz pour "Adolescentes" de Sébastien Lifshitz. Un travail dantesque puisque ce documentaire qui suit l'amitié de deux adolescentes pendant cinq ans a donné naissance à 500 heures de rushes. C'est le troisième trophée de la soirée pour le film.

MEILLEUR SECOND RÔLE MASCULIN


Il est attribué à Nicolas Marié dans "Adieu les cons". Une magnifique récompense pour celui qui a joué dans tous les films d'Albert Dupontel. Cette-fois il incarne un archiviste aveugle un brin loufoque qui vient en aide à Suze, l'héroïne, à la recherche de son fils né sous X. C'est la cinquième récompense de la soirée pour le film.

BANDE ORIGINALE


Ecoutez un extrait de la BO de "La nuit venue" signée Rone, avec en guest la chanteuse Camélia Jordana qui joue dans le film...

MEILLEUR MUSIQUE ORIGINALE


Le César est attribué à Erwan Castex, alias Rone, pour "La nuit venue" de Frédéric Farrucci. La partition hypnotique de ce musicien électronique rythme de bout en bout ce premier film qui met en scène un jeune immigré sans papiers qui conduit un VTC pour le compte de la mafia chinois, à Paris.

MEILLEURE ADAPTATION


Le César est attribué à Stéphane Demoustier pour "La fille au bracelet". Ce drame est une adaptation d'Acusada, film argentin de 2018. C'est l'histoire de Lise, 18 ans, qui vit dans un quartier résidentiel sans histoire et vient d'avoir son bac. Mais qui depuis deux ans, porte un bracelet car elle est accusée d'avoir assassiné sa meilleure amie. 


Sur scène le cinéaste en appelle à Roselyne Bachelot, choqué qu'on puisse "aller chez Zara" et pas au cinéma.

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL


Le César est attribué à Albert Dupontel pour "Adieu les cons". C'est le quatrième de la soirée pour le réalisateur. Le deuxième aussi de sa carrière après celui qu'il avait décroché pour "Neuf mois ferme".

VU DE TWITTER

VU DE TWITTER

LA PROVOC DE MASIERO


"C'est trop trash, Peau d'âne. On ne va pas se mentir, qui va financer Peau d'âne aujourd'hui ?", a lancé la comédienne Corinne Masiero, venue remettre le César des meilleurs costumes. "J'ai bien un autre costume", a-t-elle ensuite prévenue avant de se mettre nue pour dénoncer la situation des intermittents.

MEILLEURS COSTUMES


Le trophée est attribué à Madeline Fontaine pour La Bonne Épouse. Il a été remis par la comédienne Corinne Masiero, la star de Capitaine Marleau qui après être arrivée sur scène dans le costume de Peau d'âne, le sang en plus, s'est mise toute nue devant les spectateurs de l'Olympia. Malaise...

MEILLEUR SON


Il est attribué à Yolande Decarsin, Jeanne Delplancq, Fanny Martin et Olivier Goinard pour Adolescentes. C'est le deuxième trophée de la soirée pour le documentaire.

MEILLEURE PHOTO


Il est attribué à Alexis Kavyrchine pour "Adieu les cons". C'est le troisième trophée de la soirée pour le film d'Albert Dupontel, après le César des décors et le César des lycéens. Le grand gagnant de la soirée ? 

MEILLEUR FILM DOCUMENTAIRE


Il est attribué à "Adolescentes" de Sébastien Lifshitz, un documentaire qui suit pendant cinq ans la vie d'Emma et Anaïs, deux adolescentes vivant à Brive, du collège à l'immédiat après-baccalauréat. Notons qu'il est également nommé dans la catégorie meilleur film...

VU DE TWITTER

HOMMAGE


La troupe du Splendid reçoit un César d'honneur. Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Michel Blanc, Christian Clavier, Marie-Anne Chazel et Bruno Moynot... Ces légendes de la comédie française reçoivent une standing ovation. "Je veux remercier la chance, le destin, Dieu peut-être, d'avoir rencontré ces crétins. Parce que depuis 50 ans, nous sommes cas contacts", ironise Gérard Jugnot.

MEILLEUR FILM D'ANIMATION


Il est décerné à "Josep", de Aurel, l'histoire vraie de Josep Bartolí, combattant antifranquiste et dessinateur de presse qui en 1939, quitta l'Espagne pour se réfugier en France où parqué dans un camp, il se lia d'amitié avec un gendarme.

REVIVEZ


Lauréat du César de la révélation masculine pour sa performance dans "Tout simplement noir", Jean-Pascal Zadi a livré un discours ému et engagé. Regardez...

VU DE TWITTER

MEILLEUR COURT METRAGE D'ANIMATION


Il est attribué à "L'Heure de l'ours" de Agnès Patron

CESAR DES LYCEENS


Crée en 2019, le César des lycéens est remis pour la première fois en direct. Une récompense inspirée par le Goncourt des lycéens. Il est attribué à "Adieu les cons" de Albert Dupontel, le deuxième de la soirée pour le film, le quatrième aussi de la carrière de l'acteur et réalisateur. En son absence, c'est Catherine Bozorgan, sa productrice, qui vient chercher le trophée.

MEILLEURS DECORS


Le César est attribué à Carlos Conti pour "Adieu les cons". C'est le premier trophée de la soirée pour le film d'Albert Dupontel, nommé dans 12 catégories.

FARY BALANCE


Venu remettre le César des décors, l'humoriste Fary ironise : "Sachez quand même que si vous êtes 100 dans une salle de 2 000 cette année, ça n'a rien à voir avec le Covid, hein. Non, c'est que cette année, on n'a gardé que ceux dont on est sûr qu'ils n'auront jamais un "balance ton porc"."

EN ROUE LIBRE


La maîtresse de cérémonie n'a vraiment pas sa langue dans sa poche...

MEILLEUR COURT-METRAGE


Le César est attribué à "Qu'importe si les bêtes meurent" de Sofia Alaoui. Il raconte l'histoire de d'Abdellah, un jeune berger et son père, bloqués par la neige dans les hautes montagnes de l’Atlas au Maroc. Au village, le jeune garçon découvre que celui-ci est déserté à cause d’un curieux événement qui a bouleversé tous les croyants.

MEILLEUR PREMIER FILM


Le César est attribué à "Deux" du réalisateur italien Filippo Meneghetti. Candidat de la France aux prochains Oscars, ce drame étonnant raconte l’histoire de Nina et Madeleine, deux voisines âgées qui sont amoureuses l’une de l’autre, sans que personne ne soupçonne la nature de leur relation. 


Jusqu’au jour où un événement tragique fait tout basculer. Barbara Sukowa et Martine Chevallier sont les interprètes de ce drame au générique duquel figure également Léa Drucker.

BANDE-ANNONCE


Découvrez la bande-annonce de "Deux", César du meilleur premier film et candidat de la France à l'Oscar du meilleur film international...

INTERVIEW


Meilleur espoir masculin, Jean-Pascal Zadi avait répondu à nos questions à l'annonce de sa nomination. Voilà ce qu'il nous disait...

Jean-Pascal Zadi nommé aux César 2021 : "Sortir 'Tout simplement noir', c’était un acte politique !"

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN


Le César est attribué à Jean-Pascal Zadi, l'acteur et co-réalisateur de la comédie engagée "Tout simplement noir", "un film qui parle d'humanité", explique-t-il sur scène, rendant hommage "à Adama Traoré et Michel Zecler" avant de rappeler que "l'esclavage n'a été reconnu comme crime contre l'humanité qu'en 2001".

ZOOM


Outre-Atlantique, "Mignonnes" a déchaîné les passions. Explications...

Appels au boycott, colère des conservateurs... Le scandale autour du film "Mignonnes" ne faiblit pas aux Etats-Unis

MEILLEUR ESPOIR FEMININ


Isabelle Huppert remet le trophée à Fathia Youssouf pour le rôle de Aminata dans "Mignonnes", le film de Maïmouna Doucouré qui met en scène un groupe de jeunes danseuses, inspirées par les chorégraphies lascives des stars américaines. Diffusé outre-Atlantique sur Netflix, ce long-métrage avait provoqué la fureur des associations conservatrices et du parti républicain.

LE DISCOURS DU PRESIDENT


"La pandémie a touché le cinéma dans sa chair", rappelle sur scène l'acteur Roschdy Zem, président de cette 46e cérémonie des Césars. "Il y a eu, il y a toujours, des situations de détresse financière créative partout. Et si l'enfermement que nous avons à peine touché du doigt de ce côté ci du monde nous a paru éprouvant, il doit surtout nous réveiller sur celui, autrement plus tragique, de frères et de sœurs parqués en camp de migrants ici et là."

MARINA FOÏS BALANCE


Maîtresse de cérémonie de cette 46e cérémonie des César, Marina Foïs livre un discours corrosif en ouverture d'une soirée chargée de célébrer le meilleur de l'année 2020 au cinéma, "celle où est arrivé un virus, euh pardon une virus. En fait, non. Au début on l'a appeler le Covid mais quand on a compris que ce serait très, très long et très, très chiant, on l'a mis au féminin."


Marina Foïs n'a évidemment pas manqué de tacler les décisions du gouvernement vis-à-vis du monde du spectacle. "La Covid, ça tue les vieux et les gros. Comme ça tue les vieux on a enfermé les jeunes et fermés les cinémas", a-t-elle ironisé. 


"Que faire quand on n'a plus confiance en son ministre de tutelle ?",  s'est-elle également interrogée, taclant la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et son livre "en prévente sur Amazon à 18 euros, 'Ma vie en rose'". Présente dans la salle, l'intéressée a dû apprécier...

CULTE


Séquence nostalgie avec la troupe du Splendid sur le tapis rouge des César...

VU DE TWITTER

LE MESSAGE DE BACHELOT


"Je veux tenir un message d'espoir", lance Roselyne Bachelot sur le tapis rouge des César. Très critiquée ces derniers jours, la ministre de la Culture est venue à l'Olympia, l'occasion de confirmer qu'elle travaille avec les professionnels du Septième art  à "un processus de réouverture des salles". Si elle n'a pas fixé de date, elle l'assure : "On va revoir des films !".

PODCAST


Candidate au César de la meilleure actrice pour son rôle dans "Adieu les cons" de et avec Albert Dupontel, Virginie Efira se confie dans notre podcast "Le cinéma, c'est la vie en mieux". Ecoutez...

Virginie Efira : "Faire du cinéma, c'est fouiller dans des choses qu'on ne connaît pas"

PRUDENT


Nommé pour le César du meilleur acteur pour sa performance dans "De Gaulle", Lambert Wilson a pris quelques précautions avant de se rendre à l'Olympia, regardez...

EN LICE


Il est nommé dans la catégorie meilleur acteur pour "Les choses qu'on dit, les choses qu'on fait". Niels Schneider est sur le tapis rouge de l'Olympia...

Infos précédentes

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire mise en place dès samedi

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai