REVOIR - Festival de Cannes : la gaffe de Spike Lee, qui annonce bien trop tôt la Palme d'or

Cannes : la gaffe de Spike Lee

BOURDE - Le président du jury a dévoilé le nom de Julia Ducournau dès le début de la soirée. La Française, effectivement primée pour son film Titane, a donc dû patienter jusqu'à la fin de la cérémonie pour monter sur scène. Spike Lee s'est excusé par la suite.

Que serait le Festival de Cannes sans ses bourdes ? L'édition 2021 n'aura pas à répondre à cette question, grâce à un poids lourd du Septième art. Car samedi 17 juillet au soir, c'est Spike Lee, le président du jury, qui s'est emmêlé les pinceaux, annonçant le nom de la lauréate de la Palme d'or, Julia Ducournau, dès le début de la soirée.

Alors que l’actrice Doria Tillier, maîtresse de cérémonie, lui demandait d'annoncer le premier prix de la cérémonie, celui d'interprétation masculine, le scénariste et réalisateur s'est tout simplement trompé. Après une légère hésitation, il a tout simplement annoncé la Palme d'or, traditionnellement dévoilée en dernier. "Le film qui gagne la Palme d’or est Titane", a lancé le sexagénaire, avant d'être coupé trop tard. 

Toute l'info sur

Le Festival de Cannes de retour après un an de pandémie

Doria Tillier a bien tenté de retarder la gaffe, se fendant d'un "wait !" ("attendez !") qui n'a pas suffi. "Je suis comme celui qui rate le but (...), je suis désolé... Qu'ils oublient Spike Lee !", s'est ensuite excusé l'Américain en conférence de presse.

Julia Ducournau, submergée d'émotion, a bien été primée, mais a dû patienter jusqu'à la fin de la cérémonie pour monter sur scène et recevoir son prix. "Merci aussi au jury de laisser entrer les monstres", a déclaré, en larmes, la réalisatrice Julia Ducournau en montant sur la scène du Palais des Festivals. Avec ce prix, la réalisatrice devient la seconde femme à recevoir la Palme d'or, après Jane Campion, couronnée pour La Leçon de Piano, il y a 28 ans.

Lire aussi

Titane mêle hybridation femme/machine, amour pour les voitures et quête de paternité. C'était le film le plus violent de la compétition, loin de faire l'unanimité parmi les critiques. Il met en scène une nouvelle venue bluffante, Agathe Rousselle, et l'acteur français Vincent Lindon, en pompier sous stéroïdes.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas et 26 décès enregistrés en 24h

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.