Séance de dédicaces polémique en Moselle : Sylvie Tellier prend la défense de Miss France

Séance de dédicaces polémique en Moselle : Sylvie Tellier prend la défense de Miss France

MISE AU POINT – La présidente du Comité Miss France a réagi après l'attroupement provoqué par une séance de dédicaces en Moselle avec Amandine Petit, alors que la région connaît un rebond épidémique.

Pas facile d'être une Miss France au temps du Covid-19. Après avoir été élue au Puy du Fou devant une salle quasiment vide, l'année de règne d'Amandine Petit débute avec une polémique dont elle se serait bien passée. Ce samedi, la jeune femme âgée de 23 ans s'est rendue dans un centre commercial à Farébersviller, en Moselle, pour sa première séance de dédicaces. Alors que l'épidémie reprend de plus belle dans le Grand Est, l'événement a créé un véritable attroupement, rendant la distanciation physique impossible. 

De quoi susciter la colère de nombreux internautes sur les réseaux sociaux, d'autant que les restaurants, les bars et les différents lieux culturels sont fermés. De nombreux élus de son également indignés à l'image de Christophe Arend, député LaREM de la circonscription où se situe le centre commercial. "Où est la cohérence d’un couvre-feu à 18h qui provoque d’importantes contraintes sur de nombreux citoyens, en tous premiers lieu nos restaurateurs, et une foule compacte amassée autour de Miss France dans un milieu clos Centre commercial B’EST ?", a-t-il écrit sur Facebook. 

Toute l'info sur

Amandine Petit, Miss Normandie, devient Miss France 2021

Il n'est pas d'actualité d'interdire à Amandine de se déplacer, d'aller à la rencontre du public- Sylvie Tellier

Face au tollé suscité, Sylvie Tellier a pris la parole pour défendre sa protégée. La directrice générale de l'Organisation Miss France a expliqué au Parisien que le retour d'Amandine Petit en Normandie avait été volontairement reporté afin de ne pas créer d'attroupement. "Concernant la séance de dédicaces de samedi, nous ne sommes pas organisateurs. Nous avons accepté l'invitation du Républicain Lorrain. La gestion du public n'est pas de notre ressort. Mon collègue qui était sur place a constaté que toutes les mesures de sécurité et de distanciation sociale étaient mises en place", a-t-elle expliqué.

Si elle assure que l'organisation Miss France "n'organisera pas d'événements pour réunir du public", elle refuse d'enfermer Amandine Petit et renvoie la responsabilité de son accueil aux organisateurs locaux. "Il n'est pas d'actualité d'interdire à Amandine de se déplacer, d'aller à la rencontre du public. […] Nous ferons exactement comme Clémence Botino l'a fait l'an passé. Nous avons participé à des événements, à des élections locales, régionales, nous avons répondu à des invitations pour des séances de dédicaces, toujours dans le respect des normes sanitaires", a-t-elle poursuivi tout en précisant que c'était aux organisateurs de mettre en place "les structures nécessaires pour l'accueil du public".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vacances de février : les stations de ski lancent un SOS à Jean Castex

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Neige-verglas : la vigilance orange levée sur tout le territoire

EN DIRECT - Relations États-Unis-Europe : la France souhaite un moratoire sur le bras de fer commercial

Lire et commenter