Ados, sextos et réseaux sociaux : la série "The Hunting" va vous mettre la boule au ventre

La série australienne "The Hunting" est disponible sur Salto.

À NE PAS RATER – Disponible sur Salto, cette mini-série australienne narre avec intelligence les répercussions d’un scandale impliquant des lycéens ayant diffusé sur Internet des photos sexuellement explicites de leurs camarades féminines. Aussi rageant que nécessaire.

L’histoire ne se déroule que sur quatre épisodes d’une heure. Mais la sensation qu’elle laisse sur le spectateur est presque indélébile. Une colère noire frappée d’une envie de justice pour les héroïnes de ce récit inspiré de faits réels. Dense, intense et profondément actuelle, The Hunting porte à l’écran une affaire qui a secoué l’Australie. 

En août 2016, la police locale a mis au jour un site Internet compilant des photos sexuellement explicites de lycéennes issues de près de 70 établissements du pays. Le choc pour les jeunes filles, leurs proches et leurs professeurs est d’autant plus grand que ces images ont été mises en ligne sans leur autorisation par leurs propres camarades de classe. Une sorte de boys' club numérique à vomir que dépeint avec précision la mini-série disponible sur Salto.

The Hunting installe son action dans la ville d’Adelaïde, où deux adolescentes qui ne se connaissent pas vont voir leurs destins se mêler à cause de leurs bourreaux. Zoe part en croisade après qu’une photo d’elle se masturbant a été capturée à son insu par Alex, un footeux de son école avec qui elle a eu un échange vidéo coquin en ligne. Dip découvre que le selfie d’elle nue qu’elle a envoyé à Nassim, le garçon qui lui plaît, se trouve lui aussi sur la même plateforme, au nom évocateur de Our Local Sluts (nos salopes locales). Sauf que le jeune homme assure ne pas être responsable. 

La misogynie et le slut-shaming sont partout, même chez les personnages féminins

De l’élément déclencheur aux répercussions, chaque épisode dissèque les étapes du scandale avec minutie. The Hunting part en chasse des travers d’une société qui préfère taper sur les victimes plutôt que de remettre en cause les présumés coupables. Quand l’un des professeurs apprend l’existence du site, sa première réaction est d’expliquer aux jeunes filles pourquoi il ne faut pas partager de contenus trop intimes avec les garçons… qui eux sont envoyés à la bibliothèque sans rappel à l'ordre. 

Laissant entendre qu'elles ont causé leur propre chute. La misogynie et le slut-shaming sont partout, même chez les personnages féminins. La proviseure ordonne aux jeunes filles de ne pas porter de soutien-gorge noir sous leurs uniformes, la mère d’Andy défend son fils envers et contre toutes. Comme l’impression d’assister impuissant à un triste spectacle qui dépasse les classes sociales, les générations et les genres.

Lire aussi

The Hunting interroge avec un réalisme brut le rapport des adolescents à la sexualité dans un monde qui va toujours plus vite. L’écriture est incisive, le jeune casting formidable. Son but n'est pas de donner une leçon de morale mais de mettre en lumière les ravages que peut provoquer le geste en apparence le plus anodin. Et de rappeler que la notion de consentement est plus que jamais nécessaire à inculquer.

>> The Hunting (2019) - 4x60 minutes à découvrir sur Salto

Sur le même sujet

Lire et commenter