"Tu sais pas qui je suis" : deux mois sous bracelet électronique requis contre Ademo de PNL

"Tu sais pas qui je suis" : deux mois sous bracelet électronique requis contre Ademo de PNL

JUSTICE - Le rappeur Ademo, moitié du duo PNL, était jugé mercredi 14 avril pour "usage de stupéfiants", "outrage" et "rébellion" suite à son interpellation musclée en septembre dernier à Paris.

La scène, filmée par des passants, avait fait le tour des réseaux sociaux. Le 5 septembre dernier, le rappeur Ademo, moitié du duo PNL, était interpellé dans une rue du XIVe arrondissement de Paris alors qu’il se préparait un joint de cannabis tandis que sa compagne promenait leur fils en poussette. 

Rapidement, le ton monte avec les forces de l’ordre et le trentenaire, de son vrai nom Tarik Andrieu, se retrouve plaqué en sol. "Vous m'avez pris pour un fils de p...", peut-on l'entendre dire aux agents alors qu'il est emmené vers un fourgon de police. Placé en garde à vue, il sera libéré le lendemain. 

Mis en examen pour trafic de stupéfiant, outrage et rébellion, Ademo était jugé ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Paris. Il ne s’est toutefois pas présenté à l’audience, laissant le soin à son avocat de défendre sa version des faits. 

Trois des quatre fonctionnaires qui l'avaient interpellé ont raconté à la barre que le rappeur s'était "tout de suite montré agressif" et les avait insultés à nombreuses reprises. "Il me dit : 'Tu vas faire quoi toi, tu sais pas qui je suis'", a témoigné l’un d’eux, faisant également part des "menaces" qu'il a ensuite reçu sur les réseaux sociaux de la part de nombreux fans appelant à "retrouver" les policiers.

Deux versions opposées

Après son interpellation, Tarik Andrieu avait expliqué avoir été "surpris" quand le policier lui avait tapé sur l'épaule, soutenu qu'il ne voulait pas attirer l'attention, mais que les policiers s'étaient montrés violents. "En fait, vous avez des versions qui sont les mêmes, mais avec les rôles inversés", a résumé la juge.

Le groupe PNL n'a "pas une parole, pas un clip" anti-police, a martelé pour sa part l'avocat du rappeur, Me Vincent Brengarth, qui assure que son client se serait bien passé de la "publicité"  en qualifiant l'interpellation de "complètement disproportionnée". 

Le parquet a requis le placement de l’artiste sous bracelet électronique pendant deux mois. Il a également demandé cinq mois de prison avec sursis et 1000 euros d'amende. Le tribunal rendra sa décision le 5 mai.

Lire aussi

Le groupe PNL, composé d’Ademo et de son frère N.O.S, connaît un succès phénoménal en France depuis 2015. Originaire de la cité des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes, ils ont publié trois albums dont le dernier, Deux frères, a remporté la Victoire de la musique de la création audiovisuelle pour le clip de la chanson Au DD, tourné à la Tour Eiffel.  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

EN DIRECT - Proche-Orient : le pape François met en garde contre la "spirale de mort et de destruction"

EN DIRECT - Des restrictions aux frontières seront maintenues "au moins jusqu'à la fin de l'été", selon Clément Beaune

EN DIRECT - Double meurtre des Cévennes : Valentin Marcone déféré devant le juge pour assassinat avec préméditation

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.