VIDÉO - De la Marilyn Monroe de Warhol au "Papa triple" de May Stevens, deux oeuvres du Pop art décryptées

DirectLCI
DÉCRYPTAGE - Difficile de définir simplement le Pop art, dont la production s'étend du milieu des années 50 jusqu'aux années 70. Souvent résumé à de la provocation superficielle, ce mouvement incite pourtant à regarder le monde de manière différente. Comme le démontraient chacun à sa façon les artistes Andy Warhol et May Stevens... Des oeuvres à découvrir en ce moment au musée Maillol à Paris.

Au début des années 60, les États-Unis voient émerger en l’espace d’une décennie une génération d’artistes en réaction à l’expressionnisme abstrait qui domine à l’époque. La société de consommation se développe parallèlement à une situation économique en pleine croissance. C’est dans ce contexte que le fulgurant et coloré Pop Art va émerger. 

Les artistes du courant Pop représentent les objets du quotidien et les signes de la culture de masse populaire. S'approprient souvent des figures iconiques comme Jackie Kennedy ou Marilyn Monroe. Utilisent des techniques employées dans la publicité et la bande-dessinée. Bref, bousculent les us et coutumes de l'art, de façon inédite, pour célébrer et en même temps critiquer l'American Way Of Life, dans une ravissante confusion.

Je ne crois pas au rêve américain mais je crois que l’on peut en tirer profit.Andy Warhol

Dans les années 60-70, Andy Warhol livre sa vision saisissante d’icônes emblématiques de son temps - Marilyn, Jackie - mais aussi de la chaise électrique. Le glam l'excite, la morbidité aussi. D'où son art "glamour à mort". 

En vidéo

Marilyn icone pop art

Les images dépeintes par Warhol, et la manière dont il les traite, reflètent profondément la façon dont les médias fabriquent et expriment les espoirs, les désirs et les deuils qui imprègnent la culture américaine de cette époque. Son Diptyque Marilyn, une sérigraphie qu'il a réalisée en 1962, est sans doute son chef-d'oeuvre. Il contient 50 images de l'actrice américaine Marilyn Monroe, toutes basées sur la même photographie publicitaire pour le film Niagara (1953).

Les 25 images sur la gauche du diptyque sont très colorées, tandis que les 25 images sur la droite sont en noir et blanc, et floues. Les 25 de gauche représentent la vie de Marilyn (couleurs), alors que celles de droites représentent la fin de sa vie, en noir et blanc, jusqu'à complètement s'effacer : sa mort.

Autre Marilyn, également "glamour à mort", celle qui arbore un sourire forcé, fuyant la silhouette masculine qui la pourchasse dans Marilyn pourchassée par la  mort (Rosalyn Drexler, 1963).

Warhol adoptera la même démarche avec Jackie Kennedy, montrant à travers une série de portraits son visage et le passage du temps, à partir du moment où la balle a touché John Kennedy jusqu'à l'enterrement.

Autre genre, celui de May Stevens, qui a fait de son art un débat social et politique. Dans sa peinture militante, le personnage central de Big Daddy (1968) n’entretient qu’une relation affective distante avec la figure paternelle qui l’a inspiré. 


Le père de l’artiste, qui a pourtant servi de modèle, devient dans ses toiles l’incarnation monstrueuse et générique d’une autorité patriarcale indécente dont l’artiste dénonce l’arrogance et l’obscénité. C'est encore plus frappant dans "Triple Daddy Blue".

En vidéo

Pop Art Trois choses à savoir sur Triple Daddy Blue

Ainsi, à travers deux visages patibulaires, ceux de trois pères tous puissants et des trois bulldogs docilement assis sur ses genoux, Stevens raconte son pays. Une allégorie des Etats-Unis pendant la Guerre du Vietnam où la figure du père incarne les Etats-Unis et celle du bulldog, vêtu avec les couleurs d'un drapeau américain, renvoie aux Marines. 


Deux exemples très différents, parmi tant d'autres, invitant chacun à déchiffrer chaque toile Pop Art, à lire à travers les images et, chose plus que nécessaire aujourd'hui, à stimuler l'esprit critique. 


Pour citer Roy Lichtenstein, "Le Pop Art regarde le monde, il semble accepter son environnement qui n’est ni bon ni mauvais, mais différent. Un autre état d’esprit."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter