En France comme à l'étranger, la presse rend hommage à Jean-Paul Belmondo, "le Magnifique"

L'hommage de Belmondo dans la presse

REVUE DE PRESSE - De Libération à L'Équipe en passant par le Guardian, la presse a rendu hommage à la légende du cinéma français, qui s'est éteint lundi 6 septembre à 88 ans.

Après la disparition de Jean-Paul Belmondo lundi 6 septembre à l'âge de 88 ans à son domicile parisien, les hommages se sont multipliés, venant des quatre coins du monde et insistant sur son talent et son aura. Ce mardi, la presse tient, elle aussi, à saluer la mort de cette figure incontournable du cinéma français, qui a tourné avec les plus grands, de Jean-Pierre Melville à François Truffaut. 

Toute l'info sur

Jean-Paul Belmondo, la mort d'une légende

Pour La Croix, Belmondo était tout simplement "l'acteur qu'on aimait". Mais c'est à Libération que revient la palme de l'originalité avec "La vie Bébel", contraction de son célèbre surnom et du film italien de Roberto Benigni, "La vie est belle" (dans lequel il n'a pas joué). Il faudra attendre quelques heures pour découvrir la Une du quotidien du soir, Le Monde, en kiosque ce mardi midi. 

Du côté de la presse régionale, Ouest France salue "la mort d'un géant" tandis que La Voix du Nord opte pour "Le magnifique a tiré sa révérence". Il est certain que le 7e Art restera profondément marqué par la légende que fut Belmondo et cela, d'autres titres tiennent à le mettre en avant. L'acteur est "magnifique à jamais" pour Sud Ouest et restera "Bébel l'éternel" pour Midi Libre.

Pluie d'hommages à l'étranger

L'aura de Jean-Paul Belmondo dépassant les frontières, la presse étrangère salue également sa disparition et n'est pas avare de compliments. En Allemagne, le Süddeutsche Zeitung dit "Adieu (à) Bébel" tandis qu'en Italie, le Corriere della Serra retient la tristesse d'Alain Delon, son fidèle compagnon de route (et de cinéma), "annientato" ("anéanti") par la nouvelle. 

Outre-Manche, le Guardian opte pour la sobriété : "Fin. Jean-Paul Belmondo, face of the New Wave dies aged 88" ("La fin. Jean-Paul Belmondo, visage de la Nouvelle vague, mort à l'âge de 88 ans"). 60 ans plus tard, le cinéma français est toujours renvoyé à la période de la Nouvelle Vague, qu'a incarné Jean-Paul Belmondo sous la direction de Jean-Luc Godard dans "A bout de souffle", "Une femme est une femme" ou "Pierrot le fou". Pour le quotidien britannique, Bébel est d'ailleurs vu comme la "la star d'À bout de souffle", drame de 1960 dans lequel il partage l'affiche avec Jean Seberg.

Lire aussi

Le journal espagnol El Pais, lui, voit en Jean-Paul Belmondo une "icône du cinéma français". Le ton est le même du côté du quotidien bruxellois Le Soir, qui coupe sa Une en deux pour rendre hommage à "une icône française", accompagné d'une photo en noir et blanc. 

Le New York Times, connu pour ses Unes fragmentées, consacre son bas de page à Bebel en évoquant un "acteur français magnétique". "Jean-Paul Belmondo était comparé à Humphrey Bogart, Marlon Brando et James Dean", souligne le quotidien. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Passe d'armes entre Marion Maréchal et Marine Le Pen au sujet d'Éric Zemmour

EN DIRECT - Covid-19 : les hospitalisations en baisse de 12% sur une semaine

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

230.000 euros de dommages et intérêts pour une coupe de cheveux ratée

Que font Eric Zemmour et Marion Maréchal en Hongrie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.