VIDÉO - Jean Dujardin : "OSS 117, c'est parler d'une époque pour parler aussi d'aujourd'hui"

VIDÉO - Jean Dujardin : "OSS 117, c'est parler d'une époque pour parler aussi d'aujourd'hui"

INTERVIEW - À l'occasion de la sortie du troisième volet d'OSS 117, "Alerte rouge en Afrique noire", en salles à partir du 4 août, l'acteur Jean Dujardin est revenu sur le tournage du film et sur ce que représente le personnage qu'il incarne.

Le film était prêt, mais la crise sanitaire est passée par là. Le troisième volet des OSS 117, Alerte rouge en Afrique noire aurait dû sortir il y a un an et demi, il sera finalement en salle à partir de mercredi. 

Si l'attente a été vécue comme "une grosse frustration" par Jean Dujardin, qui incarne l'un des personnages principaux, le fameux OSS 117 ou Hubert Bonisseur de la Bath, elle a été récompensée par une projection en avant-première en clôture du festival de Cannes de cette année. "Présenter une comédie à Cannes, dans une salle de 2300 personnes, c'était quelque chose", reconnaît celui qui joue l'espion le moins doué du renseignement français.

Toute l'info sur

LE WE 20H

"On a parfois des pensées un peu courtes, c'est pas mal de s'en amuser plutôt que de s'opposer"- Jean Dujardin

Dans ce troisième volet, réalisé par Nicolas Bedos, OSS 117 partage l'affiche avec un nouveau personnage, OSS 1001, incarné par Pierre Niney. Si dans le film, la relation entre les deux espions de deux générations différentes n'est pas toujours simple, les deux acteurs se sont en revanche parfaitement entendus sur le tournage. Ce que confirme Jean Dujardin. "C'est vrai qu'il est assez obsessionnel dans la comédie Pierre, il est très précis dans ses temps de jeu, c'était savoureux", décrit l'acteur. 

Si le conflit de générations est mis en avant à travers ces deux personnages, Jean Dujardin assure que cela va plus loin : "Les OSS sont des prétextes pour voir des conflits, avec lui-même, avec le temps qui passe, avec les femmes, avec les homosexuels, avec les thèmes de société", ajoutant "ce n'est pas tellement pour l'intrigue qu'on vient voir les OSS, c'est aussi pour traverser toutes ces zones-là, parler d'une époque pour parler aussi d'aujourd'hui."

Lire aussi

Jean Dujardin estime que son personnage "n'est pas si raciste que ça. Je pense qu'il est plus candide, plus stupide". Un personnage à l'image des contradictions qui divisent la société selon l'acteur : "C'est assez cathartique, les OSS. Ça permet de se regarder, de se dire, on a pu penser comme ça, on a parfois des espèces de réflexes ou des pensées un peu courtes, et c'est pas mal de s'en amuser au lieu de, à chaque fois, s'opposer." 

Est-ce que le film aura le même succès que les deux précédents volets, sortis il y a plus de dix ans, dans une société  où les questions d'héritage colonial et de remise en cause du patriarcat sont devenues centrales ? Réponse mercredi avec la sortie en salle. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Elections en Allemagne : qui est Olaf Scholz, qui pourrait succéder à Angela Merkel ?

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Emmanuel Macron l'inaugure ce lundi : à quoi sert la nouvelle académie de l'OMS, dirigée par Agnès Buzyn ?

Éric Zemmour est l'invité de Ruth Elkrief sur LCI ce lundi 27 septembre à 20h35

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.