VIDÉO - "Les Apaches de Paris", le gang qui a secoué la capitale au début XXe siècle

VIDÉO - "Les Apaches de Paris", le gang qui a secoué la capitale au début XXe siècle

HISTOIRE - Les affrontements entre bandes rivales se répètent en France, mais le phénomène ne date pas d'hier... À la Belle époque, un gang de voyous, "Les Apaches de Paris", semait la terreur dans la capitale.

Le phénomène des affrontements entre bandes tend à se multiplier en France. Selon le ministère de l'Intérieur, il y en a eu près de 350 l'an dernier. Une hausse de 24% - malgré la crise sanitaire. Dernier exemple en date, la mort de deux adolescents dans des rixes mortelles dans l'Essonne, fin février. Mais ce phénomène est loin d'être nouveau. Au début du XXe siècle, les guerres de gangs faisaient rage dans la capitale. 

"Les loups de la Butte à Montmartre", "les gars de Charonne", "les Monte-en-l’air des Batignolles"... Après les travaux du Baron Haussmann au milieu du XIXe, le centre de Paris s’est gentrifié. Issues d’un milieu défavorisé, ces bandes rivales sont originaires des portes du nord de la capitale. La presse parisienne leur donne un nom générique pour les désigner : "les Apaches". Une référence à la célèbre tribu indienne de Geronimo, connue pour son courage, mais aussi pour sa violence.

L'affaire de Casque d’Or

Mais c'est une affaire de mœurs qui va inscrire le nom des "Apaches" dans les annales. Deux chefs rivaux, Manda et Leca se partagent le cœur d'une prostituée, Amélie Elie, dite Casque d’Or. Coups de couteau, affrontements à balles réelles, les rixes se multiplient en plein cœur de la capitale et le feuilleton passionne la presse 

"Ce sont là des mœurs d’Apaches, du Far West, indignes de notre civilisation. Pendant une demi-heure, en plein Paris, en plein après-midi, deux bandes rivales se sont battues pour une fille des fortifs, une blonde au haut chignon, coiffée à la chien !", pouvait-on lire dans Le Petit Journal, en 1902. Manda et Leca finissent par être arrêtés et après un procès très médiatique, les deux hommes sont envoyés au bagne en Guyane dont ni l’un ni l’autre ne reviendra.

Tatouages, casquettes, foulards et bottines brillantes

Mais les "Apaches" se sont aussi fait connaître pour leurs codes bien spécifiques. Ils ont d'abord une apparence particulière : une casquette, un foulard, une veste cintrée et des bottines brillantes. Un look qui n'est pas sans rappeler celui de la bande des "Peaky Blinders" dans la série du même nom.  "Mort aux vaches", "Vive l'anarchie" ou "Le bagne sera mon tombeau", on leur attribue également des tatouages provocateurs, ce sont aussi des adeptes de l'argot.

Lire aussi

Leurs ennemis sont tout trouvés : les bourgeois, les policiers et le travail. "L’Apache nargue la société en place, fronde les autorités et méprise les travailleurs honnêtes, les ouvriers, esclaves avachis. Ses hantises : faire partie de l’horrible cortège des purotins et des fauchés. Aller à l’atelier, pire, à l’usine. Pourquoi gâcher sa jeunesse ? Pour vivre et consommer, il y a le vol et les femmes. Bien que leur violence soit surtout à usage interne, ils ne reculent pas devant la manière forte ; et leurs victimes sont aussi bien des faibles que des nantis. Apacherie n’est pas chevalerie", écrit Eugène Villiod, un détective, en 1912. 

C'est finalement la presse qui les rendra célèbre, leur attribuant un bon nombre faits divers pour attiser la peur et faire vendre. Et si certains journalistes affirment que les crimes ont augmenté à la Belle Époque, il semblerait qu'en réalité, les "Apaches" étaient surtout des délinquants et non des criminels. 

La Première Guerre mondiale signe leur disparition... Les "Apaches" sont nombreux à être envoyés au front et sont le plus souvent placés en première ligne pour en faire de la chair à canon. Une grande partie ne reviendra jamais. Le cinéma les fera renaître près de 40 ans plus tard. En 1952, Jacques Becker réalise "Casque d'or" et rejoue l'histoire de ce vaudeville macabre entre Manda, Leca et Amélie Élie avec Simone Signoret, Serge Reggiani et Claude Dauphin. 

>> Retrouvez toute l'histoire des "Apaches de Paris" dans notre vidéo en tête d'article

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Olivier Véran observe "une tendance à l'amélioration" mais "reste prudent"

VIDÉO - La directrice de la pharmacovigilance danoise s'évanouit en pleine conférence de presse

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Avec 100.000 morts du Covid, où la France se situe-t-elle dans le monde ?

100.000 morts du Covid en France : quel est le profil des victimes ?

Lire et commenter