VIDEO - Måneskin, les vainqueurs de l'Eurovision : "Nous sommes jeunes et nous ne sommes pas parfaits !"

VIDEO - Måneskin, les vainqueurs de l'Eurovision : "Nous sommes jeunes et nous ne sommes pas parfaits !"

INTERVIEW – Vainqueurs controversés de l’Eurovision 2021, les rockeurs italiens de Måneskin publient l’album "Teatro d'ira - Vol. I" en France le 18 juin prochain. Depuis leur home studio, ils ont accepté de répondre à nos questions.

Rarement une victoire à l'Eurovision aura autant été débattue. Après avoir électrisé les téléspectateurs avec son titre Zitti E Buoni, le jeune groupe italien Måneskin s'est retrouvé dans l'œil du cyclone, le chanteur Damiano David étant accusé d'avoir consommé de la cocaïne dans une séquence diffusée en boucle sur les réseaux. 

Après avoir démenti, le jeune homme s'est soumis à un test de dépistage qui a prouvé sa bonne foi. Place désormais à la musique avec la sortie en France le 18 juin de Teatro d'Ira - Vol.1, un album dont il prépare déjà actuellement la suite en studio. Entre deux séances d'enregistrement, ils ont accepté de répondre aux questions de LCI.

Qu’avez-vous fait depuis votre victoire à l’Eurovision ? Vous avez eu un peu le temps de dormir ? 

Damiano David : Non !!! On a fait pas mal d’interviews et, en ce moment, nous passons notre temps dans ce home studio pour écrire un nouvel album. C’est la deuxième partie de Teatro d'Ira

Teatro d'Ira, c’est un peu un album concept comme on en faisait dans les années 1970 ? 

Victoria De Angelis : Non, ce n’est pas un album concept. 

Damiano David : Mais ça y ressemble.

Victoria De Angelis : C’est le fruit de notre inspiration et des groupes que nous écoutons. Vous pouvez l'entendre dans nos chansons et la manière dont nous enregistrons. Les choses sont très naturelles avec ce groupe. Nous parlons et écrivons à propos d’expériences personnelles et ça vient de manière très spontanée. Dans ce sens-là, ce n’est pas un album concept.

Est-ce vrai qu’il y a encore quatre ans, vous vous produisiez dans les rues de Rome ? 

Damiano David : Oui, c’est comme ça qu’on a commencé. À l’époque ce n’était pas facile de trouver un lieu où jouer à Rome, parce que la scène musicale n’est pas très développée. Alors on a décidé de jouer dans la rue, pour cette raison, mais aussi parce qu’on avait besoin de gagner un peu d’argent pour enregistrer notre musique (Rires).

Quand j’ai été informé des rumeurs, ma première réaction a été de dire que je voulais être testé. Ça me semblait la manière la plus rapide de mettre un terme à tout ça- Damiano David

Avant l’Eurovision, vous avez participé à "X-Factor". Dans un cas comme dans l’autre, ce n’est pas très courant pour un groupe de rock. Pourquoi passer par ces émissions ? 

Victoria De Angelis : On a fait X-Factor et l’Eurovision pour la même raison. Parce que ça nous donnait l’occasion de jouer devant un immense public. Mais ce qui était clair dès le départ, c’est que nous ne voulions pas changer en participant à ces compétitions. Nous voulions rester nous-mêmes. Nous écrivons notre musique, nous la jouons sur scène. Au final, c'est la même chose si tu joues dans la rue où à X-Factor ou à l’Eurovision. Ce qui compte, c’est qui tu es et la musique que tu joues. Donc on s’est entre guillemets servis de ces émissions pour agrandir notre public. En particulier l’année écoulée, où nous n’avons pas eu la chance de nous produire en live. Ça nous manquait et un événement comme l’Eurovision donnait un beau message d’espoir à l’ensemble du continent et au monde de la musique en particulier.

Avant le concours, vous étiez les favoris des bookmakers, devant la Française Barbara Pravi. Et puis après le vote des professionnels, vous vous êtes retrouvés quatrièmes. Avez-vous cru que c’était fichu à ce moment-là ? 

Victoria De Angelis : En réalité on ne comprenait pas très bien le système d’attribution des points. Mais on pensait que c’était fini, qu’on ne pouvait plus gagner. Et puis on a vu arriver tous les points du public et là on a été sous le choc !

Rapidement une controverse a éclaté sur les réseaux suite à la diffusion d’images laissant penser que Damiano se droguait. Quand avez-vous été mis au courant ? 

Damiano David : Immédiatement après notre victoire. Nous sommes retournés en loges et notre manager nous en a informé tout de suite. 

Victoria De Angelis : Oui, ensuite nous sommes allés en conférence de presse et les journalistes nous ont posé la question. En sortant de scène, nous n’avions pas compris quelle importance ça avait pris. C’est en conférence de presse qu’on a réalisé les choses.

Ça vous a gâché la soirée ? 

Victoria De Angelis : Non, nous étions contents malgré tout. 

Damiano David : Ça n’a rien gâché. Mais c’était un peu désagréable. Et puis bon, c’est fini maintenant.

Damiano en rentrant en Italie tu as fait un test anti-drogue. Etait-ce ta décision ? En as-tu parlé avec le groupe avant ? 

Quand j’ai été informé des rumeurs, ma première réaction a été de dire que je voulais être testé. Et les autres ont tout de suite été d’accord avec moi parce que nous n’avons rien à cacher. Ça me semblait la manière la plus rapide de mettre un terme à tout ça.

Ils démentent tout plagiat

En Italie, on vous en parle toujours ? 

Victoria De Angelis : Non, et franchement ça n’a aucun sens. Un truc extraordinaire nous est arrivé et ce qu’on veut, c'est parler de notre musique et pas de ces rumeurs stupides. Nous avons prouvé notre honnêteté avec ce test anti-drogue. Ce dont on nous accuse n’est pas arrivé et désormais l’affaire est terminée.

Maintenant il y a une nouvelle polémique puisque le groupe néérlandais The Vendettas trouve que Zitti E Buoni ressemble beaucoup à sa chanson You want it, You've got it. Que lui répondez-vous ? 

Victoria De Angelis : Honnêtement on ne connaissait pas cette chanson. Peut-être qu’il y a des similarités, mais c’est juste un bon gros riff de rock, très simple. Si vous écoutez la chanson en entier, vous pouvez entendre qu’elle est totalement différente de la nôtre. Nous n’avons copié personne. Nous avons écrit cette chanson il y a cinq ans lorsqu’on a commencé à jouer ensemble. On ne connaissait même pas ce groupe !

En vidéo

VIDEO LCI PLAY - Eurovision : accusé de plagiat, Maneskin se défend

Quelles sont les influences de Måneskin ? Beaucoup de jeunes préfèrent se lancer dans le rap ou l’electro. Vous, c'est le rock depuis toujours ? 

Damiano David : Oui, nous avons tous des backgrounds différents, mais lorsque nous avons commencé à jouer ensemble, nous étions très influencés par les grands groupes des seventies, bien sûr, mais aussi des plus récents comme Arctic Monkeys, Royal Blood, Franz Ferdinand. D’ailleurs ils nous ont écrit des SMS pour nous féliciter et c’était un immense honneur. 

Victoria : Nous n’avons pas un groupe de référence. Chacun d’entre nous est musicien, chacun a ses inspirations, y compris des choses très différentes de notre musique qui peuvent nous inspirer pour un riff où l’approche d’une chanson. Nous avons tellement d’influences !

Victoria, c’est toi qui as donné son nom au groupe. Peux-tu l’expliquer ?

C’est un mot danois, car je suis moitié danoise. On l’a choisi lorsqu’on a commencé jouer ensemble parce qu’on devait se présenter à un concours musical. On ne trouvait pas d’idées et puis les garçons m’ont dit : "Balance des mots au hasard en danois !". C’est tombé sur Måneskin qui signifie Claire de Lune. On pensait en changer ensuite, mais en fait on l’a gardé.

Nous ne sommes pas des exemples, mais on s’autorise aussi de parler du racisme ou de l’homophobie, des choses qui nous choquent et qu’on a envie de combattre- Victoria

Damiano tu chantes un peu en anglais, beaucoup en italien. Est-ce important pour toi de véhiculer la langue italienne à travers le monde ? 

Oui, c’est important parce que c’est notre maternelle. Mais pour être honnête lorsque nous avons commencé à jouer ensemble, nous n’écrivions que des chansons en anglais. Parce qu’on considérait que c’était plus approprié avec le genre de musique que l’on fait. Mais très vite on nous a poussé à écrire aussi en italien, parce que ça ne se fait pas trop d’écrire des chansons en anglais dans ce pays. Mais maintenant qu’on a la chance de nous adresser à public plus large, nous avons envie de tenter de nous exprimer à nouveau en anglais. 

Mais l’Italien vous donne une identité plus originale, non ? 

Victoria De Angelis : Ce qui est sûr, c'est que c’était un vrai challenge de faire marcher notre musique avec la langue italienne. Je pense qu’on continuera à faire les deux. Parce que c'est la façon dont nous avons envie de nous exprimer.

Damiano David : Parce que c’est mon bon vouloir ! (Rires)

Qui sont les fans de Måneskin en Italie ? 

Victoria De Angelis : Un truc qu’on a remarqué, c’est que le public qui vient à nos concerts est très varié. Il y a des gamins de 10 ans et des grands-pères de 80 ans ! La musique, c’est un truc universel. Peu importe ton âge. Et c’est génial parce que ça veut dire qu’on ne s’adresse pas que à des ados ou à des gens plus vieux, mais à tout le monde. On a envie que ça continue comme ça en nous faisant entendre dans d’autre pays.

Lire aussi

On en revient à la polémique de l’Eurovision. Avoir des fans très jeunes, ça donne des responsabilités en termes d’image ? 

Damiano David : On a bien sûr envie de véhiculer un message positif. Parce qu’on a de l’influence sur les plus jeunes. Mais en même temps nous ne ressentons pas la nécessité d’être des exemples. 

Victoria De Angelis : Nous sommes connus grâce à notre musique. Mais ça ne veut pas dire qu’on doit tout bien faire et donner l’exemple. 

Damiano David :  Nous sommes jeunes. 

Victoria De Angelis : Nous sommes jeunes et nous ne sommes pas parfaits. Bien sûr qu’on peut faire des erreurs. Nous ne sommes pas des exemples, mais on s’autorise aussi à parler du racisme ou de l’homophobie, des choses qui nous choquent et qu’on a envie de combattre. Mais on ne va pas s’arrêter de fumer parce qu’on montre le mauvais exemple. Nous aussi nous sommes des ados !

Donc vous, c'est "sex, cigarettes & rock 'n'roll" ? 

Victoria De Angelis : Disons "Sex, cigarettes & alcohol !" (Rires)

Damiano David : Moi je dirais "Sex, rock n’roll… & rock 'n’roll again" !

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - "J'ai reçu une dose du vaccin Pfizer" : Emmanuel Macron publie une nouvelle vidéo sur les réseaux sociaux

"On attend juste que le soleil se couche" : en Grèce, "la pire canicule" depuis 30 ans

Covid-19 : traités "comme des animaux", le cauchemar de Français bloqués dans un hôtel insalubre en Sicile

Extension du pass sanitaire : les points que le Conseil constitutionnel pourrait censurer

EN DIRECT - JO de Tokyo : les handballeuses et les basketteuses bleues filent en demies !

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.