VIDÉO – Marc Levy : "J’espère qu’un jour, le patron de Facebook passera par la case prison"

VIDÉO – Marc Levy : "J’espère qu’un jour, le patron de Facebook passera par la case prison"

INTERVIEW - Avec "Le Crépuscule des Fauves", le deuxième volet de la saga 9 (Robert Laffont / Versilio Editions), l'écrivain Marc Levy signe un techno-thriller qui dénonce les dérives des géants du net.

C’est un Marc Levy combatif et inspiré qu’on retrouve avec Le Crépuscule des Fauves, le deuxième volet de la saga 9, entamée en septembre dernier avec C’est arrivé la nuit. Ses héros ? Une bande de hackers de plusieurs nationalités qui partent en guerre contre une mystérieuse organisation qui manipule nos informations personnelles par le biais des nouvelles technologies. Tout sauf de la fiction, à en croire l’auteur aux 55 millions de livres vendus. "À des fins commerciales et à des fins de manipulation politique et sociétale, des entreprises collectent en permanence des données à notre insu et les réagrègent pour nous profiler et pour modifier la façon dont nous pensons", explique-t-il dans la vidéo ci-dessus.

 

Sa cible n°1, c’est le réseau social Facebook. "Cette société a vendu les données connectées de 55 millions de ses utilisateurs à une entreprise spécialisée dans la manipulation politique, Cambridge Analytica. Ça a donné naissance à un scandale mondial dont les conséquences sociétales sont considérables. Or les condamnations en justice de leurs dirigeants sont assez marginales", rappelle Marc Levy. "Et pourquoi ce scandale a été découvert ? Eh bien parce que des lanceurs d’alerte ont réussi à amener les preuves que les données n’avaient pas été volées, mais volontairement vendues !".

Lire aussi

Dire que Marc Levy ne porte pas dans son cœur Mark Zuckerberg, le patron, de Facebook, relève de l’euphémisme. "Quand il vous dit avec un grand sourire : ‘Nous avons créé Facebook pour réunir le monde", c’est un mensonge. C’est à lui foutre des claques !", lance-t-il. "Vous avez là une entreprise qui est devenue la plateforme de référence de tous les fascismes, qui a laissé faire uniquement pour des raisons d’enrichissement personnel la prolifération des fausses nouvelles (…) J’espère qu’un jour Zuckerberg passera par la case prison sans toucher les 20.000 francs pour les crimes que son entreprise a commis." 

 

Pour l’écrivain, la saga 9 est aussi l’occasion de rendre hommage à ces hackers surnommés les "Grey Hats", qui oeuvrent à la frontière de la légalité pour dénoncer la désinformation de masse. "Si vous allez chercher dans le coffre-fort d’un criminel la preuve de sa criminalité, vous avez vous-même commis un crime. Moral, certes, mais quand même un crime. Mes héros prennent des risques énormes, ils risquent de passer leur vie en prison. Leur courage, leur intelligence, leur compréhension de ce qui est en train de se passer m’ont donné envie de raconter leur combat."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 5.900 malades en réa, 385 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

Une personne tuée et une blessée devant un hôpital du 16e arrondissement de Paris, le tireur en fuite

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter