VIDÉO - "Bébel" : les plus belles cascades de l'acteur casse-cou

VIDÉO - "Bébel" : les plus belles cascades de l'acteur casse-cou

HOMME DE BRIO - Durant son immense carrière sur grand écran, Jean-Paul Belmondo a bluffé par sa capacité à réaliser ses propres cascades. Florilège.

Durant sa longue carrière, Jean-Paul Belmondo ne s’est jamais caché, assumant tous ses faits et gestes. Naturellement, et alors que tous ses compères de l’époque faisaient appel à des doublures, "Bébel" a décidé de tout faire lui-même. Ainsi, dans de nombreux films dans lesquels il a figuré, l’acteur a fait ses propres cascades, quitte à risquer sa vie et à se blesser sur plusieurs tournages. Le JT de TF1 revient sur ses plus belles cascades dans la vidéo ci-dessus.

L’un de ses plus coups d’éclat les plus célèbres s’est déroulé sur le tournage du film "L’homme de Rio", réalisé par Philippe de Broca (1964). Campant le rôle d’Adrien Dufourquet, un soldat de deuxième classe, Jean-Paul Belmondo va faire parler ses talents de cascadeur en passant notamment d’un immeuble à un autre grâce à un câble tendu au-dessus du vide.

Toute l'info sur

Jean-Paul Belmondo, la mort d'une légende

Mais quand il se lance, le câble n’est pas assez tendu et Belmondo se retrouve coincé au milieu, son instructeur lui conseillant de s’accrocher autour du câble avec ses jambes. Ilrestera dans cette position inconfortable près de douze minutes, sous une chaleur suffocante. Dans "Peur sur la Ville", d’Henri Verneuil (1975), Belmondo descend en rappel d’un immeuble pour briser une vitre avec ses pieds, mais va surtout va monter sur le toit d’un métro en marche.

Dans "L’Animal" de Claude Zidi (1977), Belmondo joue même un cascadeur raté, Michel Gaucher, un rôle dans lequel il en fera des tonnes, notamment en voiture dans les rues de Montmartre. Dans une des scènes du film, Belmondo dévale près de 80 marches d’escalier et refait la scène plus d’une dizaine de fois, s’infligeant notamment une grosse entorse à la cheville.

Des blessures à la pelle

Des blessures, Belmondo en a eu beaucoup, allant d’une fracture de la main dans "Peur sur la Ville" à une cuisse déchirée dans "Le Magnifique" (1973). Le monstre sacré du cinéma français sera même attaqué à la gorge par un tigre sur le tournage de "L’Animal", s’en tirant avec une morsure à l’oreille. Pas de quoi effrayer "Bébel" qui, deux ans plus tard, va se surpasser dans "Le Guignolo" de Georges Lautner.

Lire aussi

L'acteur va alors notamment se suspendre à l’échelle d’un hélicoptère en marche, à la seule force de ses bras, au-dessus de Venise. Il réalisera une nouvelle fois une cascade incroyable lors d’une course-poursuite en voiture dans "Joyeuses Pâques" (1984), notamment dans le village de Puget-Théniers, à une soixantaine de kilomètres de Nice. Il se frottera de nouveau à un animal majestueux dans "Itinéraire d'un enfant gâté" (1988), faisant face à un autre lion, celui de la jungle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Perpignan : une jeune femme meurt après être restée enfermée dans une voiture en plein soleil

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 8 millions de Français éligibles à la vaccination n'ont reçu aucune dose

Covid-19 : Sanofi renonce à son vaccin à ARN messager malgré des résultats encourageants

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.