VIDÉO - Pio Marmaï : "J'ai envie de manger du pied de porc et de boire du vin rouge, comme tout le monde !"

VIDÉO - Pio Marmaï : "J'ai envie de manger du pied de porc et de boire du vin rouge, comme tout le monde !"

INTERVIEW - C'est un Pio Marmaï toujours aussi en forme, mais quelque peu désabusé par la perspective d'un reconfinement, que nous avons rencontré à l'occasion du Festival International du film fantastique de Gérardmer. Il y préside le jury des courts-métrages. Un évènement qui cette année se déroule en ligne à cause du Covid.

Déjà 32 long-métrages à son actif, un Klapisch qui vient tout juste d'être bouclé, et le 4 février, on le verra pour la première fois dans une série, la très réussie En thérapie sur Arte. Pio Marmaï est partout. C'est dans le cadre du festival international du film fantastique, à Paris, que nous le rencontrons. Pour cette nouvelle édition, il préside le jury des courts-métrages. Et covid oblige, c'est en ligne que le festival se déroule cette année.  

L'occasion quelque part de populariser un peu plus l'évènement. "C'est mieux que les gens aient accès aux films par une plateforme commune qu'ils n'y aient pas accès du tout", nous confirme l'acteur. "Mais j'aime à croire que ça ne va pas durer, que dans 5 ans on se dira 'tu te rappelles l'époque où on était dans des bureaux en contreplaqué, et qu'on faisait un festival ?", s'amuse Pio Marmaï, avant de conclure : "Non mais le festival en ligne, je suis pour évidemment, mais seulement pour les mois à venir !" (voir notre interview vidéo ci-dessus).  

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Parce que le cinéma à partager ensemble, ça lui manque beaucoup. "La culture n'est pas un luxe, c'est une nécessité. Je pense que le fait de se rassembler autour d'un objet avec des gens, de le découvrir ensemble, d'échanger ensuite ensemble, c'est le sens de l'art, c'est indispensable. L'humain, il a besoin de ça !", lance Pio Marmaï. 

Et comme tout le monde, l'acteur blêmit au scénario d'un troisième confinement. "Ça me fait chier ! C'est bon là, Deliveroo et tout ça ! Moi j'ai envie de manger du pied de porc et de boire du vin rouge, comme tout le monde ! (...) Je ne sais pas ce qu'ils font dans leurs bureaux, les mecs qui sont chargés de gérer cette crise. Mais bon, ils sont quand même payés à réfléchir. Donc, je leur fais confiance quelque part... On n’a pas le choix, mais ça fait quand même ultra-chier !"

En attendant des jours meilleurs, l'acteur se délecte à regarder les films pour le festival de Gérardmer. Sa dernière frayeur au cinéma, justement ? Hérédité, de Ari Aster. "Ça m'a mis dans un malaise ! J'étais tout seul chez moi - ce qui est une connerie quand on regarde ce genre de trucs -, et j'ai bien crû que j'allais me faire dessus, j'étais vraiment très mal ! J'ai trouvé ça génial ! J'avais mon petit plaid en cachemire - extrêmement cher évidemment - et je le mettais comme ça sur moi, j'étais tellement mal !"  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Face au risque d'un confinement national, "il y a encore de l'espoir", estime Jérôme Salomon

EN DIRECT - Valérie Pécresse : "Il faudra des mesures de restriction supplémentaires en Ile-de-France"

Covid-19 : Jean Castex appelle à renforcer les contrôles dans les 20 départements sous surveillance

"C’est les mêmes gars" : avec Tom Ross, Florent Pagny a trouvé son double dans "The Voice"

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter