VIDÉO - "Ça fait des adultes brisés" : dans "Sept à Huit", Thierry Beccaro se confie sur son passé d'enfant battu

VIDÉO - "Ça fait des adultes brisés" : dans "Sept à Huit", Thierry Beccaro se confie sur son passé d'enfant battu

INTERVIEW – "Sept à Huit" consacre ce dimanche son "portrait de la semaine" à Thierry Beccaro. À Audrey Crespo-Mara, l'ancien animateur télé se livre, revient sans fard sur son passé d'enfant battu.

Est-ce que maman va rentrer de bonne humeur ? Dans quel état sera papa ? Toute son enfance, Thierry Beccaro aura vécu la peur au ventre. La peur de recevoir des coups "qui font mal", la peur des humiliations, quotidiennes. Il y a quatre ans, l'ancien animateur de "Motus" brisait le silence en révélant ses blessures d'enfant battu dans le bouleversant livre "Je suis né à 17 ans" (Éditions Plon). 

À l'occasion de son nouvel ouvrage, intitulé "Ma résilience à moi" (Éditions Plon), où il revient une nouvelle fois sur cette enfance traumatisante et sur les addictions engendrées, il a accepté de se livrer face à Audrey Crespo-Mara, pour l'émission de TF1 "Sept à Huit".

Une profonde tristesse, qui perdure encore aujourd'hui

De ces violences, des années plus tard, il n'en a rien oublié. "Ça fait mal, ça vous fracasse le corps et ça vous fracasse la tête. Ça vous fracasse la vie. Ça vous fait des adultes qui sont brisés, vraiment", tient à souligner l'acteur. De sa vie d'enfant et d'adolescent il ne garde rien, si ce n'est "la peur", "la trouille", pour lui et pour sa sœur "témoin de tout ça"

"Avant que mon père ne rentre, je la suppliais de ne pas faire des boulettes en mangeant parce que ça allait le rendre fou", raconte l'homme de télé et de théâtre marqué à 65 ans par une profonde tristesse, qui perdure, avec cette difficulté "d'accéder au bonheur".

Car si, longtemps, l'ancien présentateur a tenté de faire bonne figure, cela ne l'a pas empêché de faire une grave dépression et de tomber dans une addiction aux anxiolytiques. "Des produits qui vous enveloppent, qui vous permettent de vous évader un peu", décrit Thierry Beccaro. Selon lui, c'était alors le seul moyen pour "surmonter ce qui parfois vous semble être, à vous, l'insurmontable".

Lire aussi

Une addiction dont il n'est toujours pas guéri, confiant avoir toujours une boîte sur lui. "Je m'en sers pas forcément, mais c'est ma rassurance", explique-t-il, ajoutant cependant : "J'aimerais bien un jour ne pas l'avoir". L'acteur assure être sur le chemin de la reconstruction, notamment en ayant pardonné les actes de son père. "Pardonner, ce n'est pas oublier, mais s'offrir un petit morceau de vie, enfin ce qui vous reste, un petit peu plus facile, un petit peu plus apaisé", livre-t-il.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal, mode d'emploi : ce que change le projet de loi adopté par le Parlement

Marseille : séquestrée et violée, une adolescente de 14 ans localisée grâce à ses messageries Instagram et Snapchat

Après "cinq ans de déclin", la France est-elle passée septième puissance économique mondiale ?

Alerte au tsunami du Japon aux États-Unis : la menace terminée mais d'importants dégâts aux Tonga

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 14 janvier

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.