"Je suis revenu chez mes parents sans argent" : Jeff Panacloc raconte ses débuts difficiles dans "Sept à huit"

REPORTAGE – Les relations artistiques et atypiques que vivent depuis douze ans Jeff Panacloc et Jean-Marc, sa marionnette. C’est troublant de trouver à quel point une marionnette peut donner l’impression d’exister, indépendamment de son marionnettiste.

INTERVIEW - Depuis 12 ans, Jeff Panacloc partage la scène avec Jean-Marc, sa marionnette. D'abord électricien sur des chantiers, le ventriloque a forcé le destin pour réaliser son rêve d'enfant. Objet du "Portrait de la semaine" de Sept à Huit ce dimanche, il s'est confié à Audrey Crespo-Mara.

Il est le ventriloque le plus célèbre de France. Mais avant la gloire, tout n'a pas été simple pour Jeff Panacloc. "J'ai fait des études d'électro-technique pour être éclairagiste de spectacles", raconte l'humoriste dans l'émission Sept à Huit, qui se retrouve ensuite "sur des chantiers à faire des tranchées dans la boue."  

Électricien en Seine-et-Marne dans les années 2010, l'artiste se planque pour mettre au point ses sketchs : "Le premier, je l'ai écrit sur un chantier", confie-t-il à Audrey-Crespo-Mara dans la vidéo de "Sept à Huit" en tête de cet article. Puis les week-ends, il s'échappe avec une petite troupe de cabaret amateur pour faire de la magie et chanter. Chaque semaine, il retourne au travail "la boule au ventre", jusqu'au moment où il plaque tout. "Je suis revenu avec ma valise chez mes parents, sans métier et sans argent", poursuit le trentenaire. "Il a fallu trouver une solution." 

Toute l'info sur

Sept à huit

Dès le lendemain, son père, chauffeur de bus, a la bonne idée d'aller "faire le tour de tous les cabarets de Paris. Il m'a dit 'il y en a bien un qui va t'embaucher.'" Recruté par l'un d'eux, il dépoussière enfin Jean-Marc, sa marionnette dénichée quelques années plus tôt dans une boutique de magie. "Il n'y avait que lui alors je l'ai acheté", se remémore l'artiste. 

Ce petit singe au franc-parler va le conduire tout droit vers le succès. Le public se prend instantanément d'affection pour la marionnette impolie, car "on a tous un Jean-Marc en nous qui peut ressortir quand on est énervé ou bourré", affirme son fidèle allié. "Il a d'ailleurs plus d'applaudissements que moi", note-t-il en précisant que, malgré tout, il l'"aime énormément."  

Lire aussi

Retrouvez en tête de cet article les confidences de Jeff Panacloc, qui, marionnette au bras, ne peut s'empêcher de rire dans le "portrait de la semaine" de Sept à Huit.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

EN DIRECT - Olivier Véran : "Le pass sanitaire, nous y mettrons fin à la minute où nous le pourrons"

La maladie de Charcot, le dernier combat de Jean-Yves Lafesse

Manifestations contre le pass sanitaire samedi dans toute la France: à quoi s'attendre?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.