VIDÉO - "Sept à Huit" : à la rencontre des Berywam, les virtuoses français du beatbox

MUSIQUE – Les Berywam ne sont ni chanteurs ni musiciens, mais des athlètes vocaux. Ils font leur musique uniquement avec leur corde vocale, leur larynx, leur bouche et leur mâchoire. Une prouesse technique et physique plus exigeante qu'elle n'en a l'air.

MUSIQUE – Les Berywam sont les artistes français les plus suivis sur les réseaux sociaux. Ni vraiment chanteurs, ni vraiment musiciens, ces athlètes vocaux composent leurs chansons sans aucun instrument. TF1 est partie sur les traces de ces maîtres du beatbox.

Ils étaient installeur de pompes à bières, commercial, animateur pour enfants et bassiste : il y a cinq ans, ils ont tout lâché pour fonder les Berywam. Les quatre compères sont passés maîtres dans l'art du "human beatbox", littéralement "boîte à rythme humaine". Concrètement, ils composent leurs chansons avec rien de plus que leurs cordes vocales, leur larynx, leur bouche et leur mâchoire. "Pour maîtriser un son, ce sont des années de boulot", confie l'un des membres du groupe. 

Toute l'info sur

Sept à huit

Propulsés par leur style original de musique, sans instrument, les quatre trentenaires ont connu une ascension fulgurante. Ils remportent le championnat de France de beatbox en 2016. Deux ans plus tard, ils deviennent champions du monde de leur discipline, avant d'atteindre les quarts de finale de la célèbre émission "America's got talent". Ils ont déjà joué aux quatre coins du monde, à commencer par les États-Unis, berceau du beatbox depuis les années 80. Aujourd'hui, ils sont les artistes français les plus suivis sur les réseaux sociaux (15 millions de followers). Chaque jour, ils réalisent une vidéo pour leurs abonnés. 

En octobre dernier, Wawad, Beatness, Rythmind et Beasty ont été sélectionnés pour représenter la France à l'exposition universelle de Dubaï, qui se tient jusqu'au 31 mars 2022. Ils vont y donner une série de trois concerts. 

Lire aussi

Le beatbox a été créé par les chanteurs de hip-hop à Harlem. Sans argent pour acheter des instruments, ils ont appris à reproduire toutes les sonorités avec leurs bouches. En commençant par les bruits de la rue.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Omicron : 12 cas d'infection désormais détectés en France, 38 pays concernés par le nouveau variant

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.