Silvio ("The Voice") : "Je voulais prouver qu'on pouvait torturer un peu les chansons des autres"

Silvio ("The Voice") : "Je voulais prouver qu'on pouvait torturer un peu les chansons des autres"

INTERVIEW - Ancien danseur, Silvio s'est qualifié pour les Battles de "The Voice" avec une reprise de "J'envoie valser", de Zazie. Il nous livre ses premières impressions.

Il aurait pu participer à "Danse avec les stars". Ancien danseur professionnel, Silvio, 31 ans, a trouvé dans la musique une deuxième passion. Ce samedi, il s'est qualifié aux auditions à l'aveugle de "The Voice" en revisitant à sa sauce J'envoie valser, de Zazie. Un choix gagnant puisqu'il a vu trois coachs se retourner : Vianney, Florent Pagny et Marc Lavoine. Une belle surprise pour cet interprète. 

Vous êtes qualifié pour les Battles : comment vous sentez-vous ? 

Super heureux. Pour moi, c'est une vraie performance d'avoir réussi à me qualifier en chantant une chanson qui ne soit pas de mon répertoire. Je ne chante pas autour du feu pour les copains, mais pour me libérer l'esprit. Voir trois coachs se retourner en me donnant presque l'embarras du choix, c'était fou. Je suis très heureux, car il y avait une pression énorme, plus que lorsqu'on fait un concert. 

Toute l'info sur

The Voice 2021

Pourquoi avez-vous eu envie de vous confronter à cette expérience ? 

Ma démarche était de prouver qu'on pouvait torturer un peu les chansons des autres. L'idée était de voir ce qu'on allait pouvoir faire avec mon violoniste Adrian sur une reprise. On a recomposé la chanson plutôt que de la réinterpréter de façon rectiligne. Et franchement, on était très contents de notre performance. Voir les coachs se retourner, c'était un plus. 

Je ne peux pas chanter quelque chose de lisse car je suis un interprète, j'ai besoin de vivre le truc pour que ça me parle- Silvio

Pourquoi avez-vous choisi J'envoie valser, de Zazie ?

Parce que le texte me correspondait. Je voulais trouver une corrélation entre les mots que j'ai l'habitude de chanter et ce que j'allais pouvoir véhiculer. Je ne peux pas chanter quelque chose de lisse, car je suis un interprète, j'ai besoin de vivre le truc pour que ça me parle. Mais le choix de la chanson était vraiment orienté vers les mots. 

Vous dites que vous n'avez pas "une grande voix", mais 3 coachs se sont tournés. C'était une surprise ? 

Oui bien sûr. Moi, mes armes, ce sont l'interprétation et les mots. Je ne sais pas ce qui va se passer pour les Battles, mais si je tombe sur une grosse voix, par exemple, je sais que je ne pourrais pas la concurrencer. Donc il faudrait que je l'attaque sur autre chose. Là, les coachs se sont retournés sur une émotion, pas sur une performance vocale. 

Pagny a parlé de signature vocale. C'est ça le plus important ? 

Complètement. Il m'a un peu dérouté en me disant ça. C'est pour cela que j'ai choisi d'aller dans son équipe alors qu'au départ, je pensais aller avec Vianney parce qu'il est plus jeune et qu'il joue de la guitare comme moi. Mais les mots de Florent Pagny m'ont touchés et ça m'a semblé plus judicieux d'aller vers lui. 

Je ne suis pas là pour gagner, même si je l'espère parce que je suis un compétiteur, je ne pars pas perdant.- Silvio

Vous étiez danseur professionnel de danses latines,  mais vous avez quitté cette voie pour la musique. La musique vous comble plus ? 

C'est un milieu que j'ai quitté il y a 10 ans, c'était toute ma vie, toute ma jeunesse. Mais après quand on est sportif professionnel ce n'est pas facile, tout est axé sur la danse. J'en faisais 8 heures par jour et le week-end, il y avait les compétitions. Et puis, on est séparé de sa famille aussi. Je faisais de la guitare pour me libérer l'esprit et j'écrivais beaucoup aussi. Aujourd'hui, je ne sais pas si la musique me comble, mais elle me correspond plus, même si j'aime toujours danser. 

Lire aussi

Qu'attendez-vous de la suite ? 

J'attends de voir ce que je vais être capable de faire sur les prochains challenge de Battles, et plus si affinités. Je ne suis pas là pour gagner, même si je l'espère parce que je suis un compétiteur, je ne pars pas perdant. Mais je suis surtout là pour me challenger à chaque passage.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

EN DIRECT - Covid-19 : 30.671 personnes hospitalisées, dont 5838 en réanimation

SEPT À HUIT - La résurrection de Priscille, première femme bionique de France

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

Lire et commenter